AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Pour le meilleur... ou le pire? [PV Cally']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Kann-u
Nomade, niv 2
Nomade, niv 2
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Pouvoirs: Dissimulation, Souffle ardent & Réflexes accrus
Armes: Un Katana, ainsi qu'un Podao.
Relations:

MessageSujet: Pour le meilleur... ou le pire? [PV Cally'] Mer 16 Mai - 14:20

La pineraie carbonisée. Notre homme avait déjà entendu parler de ce lieu à de nombreuses reprises. On lui avait aussi parlé du volcan qui se trouvait jadis en ces lieux. C'est plein d'amertume que notre nomade se rendait en ces lieux. Certes, il avait l'habitude du désert, il y trouvait du charme. Mais il avait tout de même plus de mal avec des terres dévastées par le feu.
Kann' était comme à son habitude sur son fier destrier. Celui-ci marchait comme à son habitude, ne semblant pas dérangé par la dureté du sol. Son cavalier scrutait les horizons, regardant à droite, à gauche. Tous ses sens étaient alertes. Non pas qu'il s'attendait à une menace particulière, c'est juste qu'il se trouvait face à tellement d'informations nouvelles... Il essayait de tout assimiler d'un coup, en vain.
C'était l'après-midi. Pourtant, l'air était frais, un léger vent soufflait. Le soleil n'osait que peu se montrer. De ce fait, sa fameuse écharpe cachée le bas de son visage. Seul le haut de son visage était donc perceptible. Mettant comme à son habitude ses yeux en avant. Ce regard vide de tout sentiment. Cette pâleur du jaune qui les pigmente.
Ce triste paysage ne le dérangeait pas. Il y trouvait même un certains intérêt, une certaine beauté. Après tout, ils se ressemblaient.

Ekyl semblait prendre du plaisir à se trouver en ces lieux. Il faisait le beau, la tête haute. Comme s'il était autre chose qu'un cheval de course. Comme s'il était un peu humain, dans le fond.
Le duo se remarquait de loin. Les bruits des sabots résonnaient. Notre homme ne cachait pas sa présence. Ni celle de son compagnon. Cela n'en valait pas la peine. Il ne ressentait aucune présence, de toute façon, jusqu'à présent.
Une fois acclimaté au paysage, notre jeune homme se calma. Regardant maintenant droit devant lui, ne s'agitant plus dans tous les sens. Laissant peut-être un peu trop ses pensées agir.
Le voilà qui se disait que son désert lui manque. Quelle ironie. Il décidait de faire le tour de ces lieux, et le voilà qu'un tas de sable lui manque. Ce n'était pas non plus un tas de sable comme les autres. C'était le sien, son tas de sable. C'était sa maison, sa protection. Il n'avait que peu dormi depuis qu'il l'avait quitté. Déjà que sur place, il dormait peu... La fatigue commençait à agir. Ses pensées fusaient dans tous les sens, et il avait du mal à les retenir.
Cependant, il ne regrettait rien de ce qu'il avait fait, jusqu'à présent. Les réponses qu'il recherche, il ne les as toujours pas trouvées. Il savait que ce serait long... Mais il ne s'attendait pas à se poser autant de nouvelles questions, après si peu de temps. Comment pourrait-il en stocker autant, au fond de son crâne ? Alors c'était donc ça, vivre ? Une fois l'étape de la survie dépassait, il ne reste plus que la vie, non ? Dans ce cas là, il était entrain de vivre, il était entrain d'évoluer, de grandir. Il se rattrapait. Oui, c'est ça. Il se rattrapait de tout ce dont il avait été privé, de tout ce qu'il avait vécu par le passé. C'est ce qu'il désirait, après tout. Prendre une grande claque dans la gueule, chaque jour qui passe. Peut-être que ça le rendra moins dégueulasse, peut-être que ça le rendra plus acceptable. Peut-être même qu'il finira par s'accepter lui-même...

Le vent continuait de souffler, notre homme appréciait cette sensation. C'était agréable et revivifiant à ses yeux. Il n'en perdait pas une brise.
Ekyl, quant à lui, continuait de vagabonder. Cependant, ce n'était pas un simple vagabondage. Il allait là où son maître le désirait.
Et les voilà tous deux arrivé au niveau du cratère du volcan, qui avait implosé dévastant tout sur une large zone.
Devant ce sinistre spectacle, Kannwu ne pu s'empêcher d'abaisser son écharpe, dégageant le bas de son visage. Il contemplait cet immense cratère tandis qu'Ekyl semblait reprendre des forces.
Il ne pourrait pas se permettre de rester longtemps en ces lieux. Il n'avait plus de vivres, et son cheval ne devait plus tarder à ressentir la faim. Mais au point où il en était. Il ne pouvait pas se permettre de pas être venu jusqu'ici... Pour le meilleur ainsi que pour le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calliopé Grey
Archimage Maléfique, niv 3
Archimage Maléfique, niv 3
avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 23
Localisation : Une Grey ne se perd pas ! Une Grey... oublie momentanément le chemin qu'elle est censée prendre...

Feuille de personnage
Pouvoirs: Magie noire | nécromancie | force surhumaine
Armes: Un couteau de cuisine | une poupée en chiffon dissimulant des sachets de poison
Relations:

MessageSujet: Re: Pour le meilleur... ou le pire? [PV Cally'] Mer 16 Mai - 18:27

    Calliopé était partie vers le nord-est, elle voulait faire un tour en forêt… Elle garde de la dernière fois qu’elle avait mis le pied dans cet amas de branches, de tronc et de vert un souvenir pour le moins glaçant, même si cela avait tout de même été assez agréable. Mais pourtant cette virée ne se fit pas facilement : elle dut argumenter d’enfer avec son frangin pour qu’il daigne lui prêter sa monture… Et comme son noble grand frère estimait qu’elle ne pourrait jamais tenir sur son cheval qui lui avait été donné avec son armure d’aigrefin, elle dut re-argumenter mais cette fois avec sa sœur qui accepta de lui passer -pour la journée seulement- son mulet qu’elle utilisait quand elle partait à la recherche de nouvelles plantes empoisonnées dans les montagnes… Et avec ceci un message textuel extrêmement clair : « Il lui arrive la moindre broutille, je ferais un collier avec tes entrailles Cally. ». Comme c’était agréable parfois les tendres sentiments fraternels…

    Enfin, la gamine monta la bestiole et quitta Malificium sans trop de souci. Et justement pour ne pas avoir de problème elle portait sa classique robe robe, tellement classique que pour les habitants de la cité, c’était comme s’il y avait écrit : « Mage noire » dans son dos, et puis noir sur noir elle passait plutôt inaperçue. Donc elle put quitter la ville sans encombre. Quand elle fut dehors, elle se dirigea vers la forêt et c’est là que l’on peut admirer tout le talent Greyiste en ce qui concerne l’orientation… Elle se rendit compte au bout de plusieurs minutes qu’elle tournait allègrement en rond, parce qu’elle repassa plusieurs fois près d’un drôle d’arbre en forme de main squelettique et quand cette remarque frappa sa conscience, elle s’arrêta net, ou plutôt elle fit stopper net la bestiole qui lui servait de monture pour réfléchir au pourquoi du comment et de quelle manière elle pourrait bien se rendre dans cette forêt.

    Richard IV dit le Machiavélique profita de ce moment de doute de la part de la fillette pour venir ajouter son grain de sel -ou plutôt sa pointe de bave- et commença à rhétoriquer sur l’inutile et effrayant désir qu’elle avait de faire une balade en forêt alors que la forêt n’était bonne qu’à se prendre des branches dans la figures et des racines dans les jambes. Calliopé savait qu’il réagissait comme ça parce que la forêt était le cœur du territoire des escargots et qu’il n’aimait pas vraiment y mettre les pieds en ce moment, mais elle ne voulait pas se laisser dicter sa conduite par un gastéropode visqueux. Pourtant, cette fois ci Richard employa des procédés particulièrement convainquant en lui sussurant qu’ils pourraient plutôt faire un tour vers ce coin qui semblait bien désertique, bien sombre, bien… machiavélique ? Calliopé suivit du regard le fameux endroit que son compagnon de voyage pointait avec ses antennes/yeux et put remarquer qu’il s’agissait en effet, à première vue -et vue de loin également- un endroit relativement… dévasté.

    Or tout ce qui pouvait être dévasté semblait intéressant aux yeux de Calliopé, parce qu’elle pouvait avec de la chance y trouver quelques corps morts avec lesquels elle pourrait s’entraîner à la nécromancie et parce qu’en général l’atmosphère lugubre s’accordait plus à son humeur plutôt que les lieux plus piou-piou, cui-cui… Elle décida donc de procéder à une rectification de dernière minute et fit tourner sa monture pour se diriger vers cet endroit qui semblait si attirant. Au bout d’un certain moment, le point qui lui avait semblé bien loin devenait de plus en plus net, précis et rapproché pour finalement finir sous ses pas : elle avait enfin atteint ce point. Et c’était vrai que ça avait du charme, pas le même qu’une forêt, mais ça avait du cachet. A la vue du sol qui s’étendait sous ses yeux dans un dégradé de plus en plus sombre, il s’était passé ici quelque chose de pas courant… Elle laissa son regard continuer à couler sur le sol noirâtre pour remonter le long d’une pente et s’accrocher à la silhouette de ce qui semblait fort bien être…

    - Nom d’une limace asthmatique ! s’exclama Richard qui lui aussi avec tous ses sens tournés vers cette montagne, c’est un volcan ! Attend, attend… Vu lque ce coin aurait bien besoin de l’aide d’un paysagiste, cela veut dire que… ce volcan est entré en éruption et a tout dévasté ! Mince, manquerait plus qu’il se mette à recracher ses intestins flambants alors qu’on est dessus ! Mon idée n’était peut être pas terrible ma jeune amie, alors je te conseille quelque chose d’autre : on se taille !

    Si Richard avait eu des jambes, il se serait déjà précipité à Bénécius tant il semblait terrorisé à l’idée de se faire engloutir par la lave d’un volcan. Si cet escargot avait été une terreur au sein de son peuple, il était clair qu’à l’échelle de l’homme il avait tout d’un bon trouillard. Mais Calliopé n’était pas une trouillarde, et même si elle ne voulait pas non plus finir carbonisée elle était bien trop curieuse pour ne pas faire une petite visite des lieux. Elle fit avancer encore un peu plus son mulet tout en regardant attentivement autour d’elle… La vache ! Elle n’aurait pas aimé être là quand ce volcan est entré en éruption… Vu ce qui restait de l’endroit ça avait du être relativement violent. Et ce fut quand elle arriva au pied du volcan qu’elle comprit pleinement où elle se trouvait :

    - Richard… C’est, enfin je crois que c’est la Pineraie. Tu sais, ma mère m’en a souvent parlé… C’était l’endroit où vivait des créatures mi humaines, mi animales… Un peu comme les druides mais en encore plus étrange. On m’avait bien raconté qu’un volcan avait tout rasé… C’est super non ?
    - Moui… mais je trouverais moins super le fait de me faire brûler la coquille.
    - Tu n’as pas honte d’être aussi peureux ? Aller viens on va monter ça ! Je veux voir le cratère qui a craché ces flammes bénies !

    Calliopé n’aimait pas, par principe, les gens qui pouvaient se transformer en bestiole… Calliopé était humaniste dans le sens où pour elle les seules personnes qui peuvent avoir le droit à son respect sont les humains -les elfes, les démons et les nains entrant aussi dans cette catégoriée « humain » et Richard étant une exception toute relative- donc c’était pour elle une vraie bénédiction que tout un peuple aussi métissé avec les animaux se soient fait éradiquer tranquillement, sans trop de souci. Bref, elle voulait voir ce cratère !

    A cette expédition de curiosité s’opposait trois petits problèmes, le premier c’était que sa monture ne pourrait jamais grimper la pente avec la gamine, l’escargot et le sac de Calliopé sur le dos. Le deuxième était que Richard allait l’embêter pendant toute la montée et le troisième c’était qu’une fois en haut… elle devrait redescendre et que se connaissant, elle serait crevée. La petite mage noire éradiqua bien vite le troisième problème en comptant sur sa bonne volonté, elle évacua tout aussi rapidement le deuxième en donnant à Richard deux énorme feuilles de salade qu’il pourrait grignoter durant la monter (et Richard qui mange n’est pas Richard qui cause) et le premier… eh bien elle dut se retrousser les manches, descendre de la bête, attraper la bride et commencer à grimper à la force de ses petites jambes la pente du volcan en traînant le mulet derrière elle.

    L’ascension lui prit un petit temps mais elle parvint au sommet, haletante et affamée -mais elle avait toujours faim donc en soi ce n’était pas une nouveauté- mais bien heureuse d’être parvenu au sommet. Et elle pouvait enfin voir ce cratère ! Elle fit quelques pas et remarqua bien vite une silhouette non loin d’elle, près du cratère également… Bah ça alors ! D’où cette ombre débarquait ? Il y avait deux possibilités, soit il poireautait là depuis un certain temps -le temps que Cally traverse la pineraie et grimpe la pente, soit il était monté par un autre chemin… Ce dernier selon la petite était le plus plausible, après tout un volcan c’était comme une montagne, il y avait plusieurs pentes… Enfin, quoiqu’il en soit, ça l’étonnait un peu de voir une personne ici. Ce n’était pas vraiment un endroit pour faire un pique-nique… Mais puisqu’elle-même s’y trouvait, c’était peut être lui aussi un amateur de plaines carbonisées et de cratères.

    Tout en tirant derrière elle son mulet et en reprenant sa respiration, elle vint se mettre à l’opposée du type, elle ne savait pas trop si c’était sage de parler à quelqu’un qui venait contempler un cratère. En tout cas elle était persuadée que sa mère serait contre. Quoiqu’il en soit elle jeta un regard vers le cratère et ne put s’empêcher de ressentir comme un sentiment de… vide. C’était super grand tout de même ! Elle en était même tellement impressionnée qu’elle relâcha sa prise sur la bride de la mule de sa frangine, comme happée dans un autre monde, le monde des cratères… Oui oui. Mais la réalité se rappela à son esprit quand elle sentit une sorte de coup de vent dans son dos et un bruit de sabot ; uhu ? Elle se retourna pour voir sa monture foncé droit vers l’autre type à cheval avec une vitesse que Calliopé n’avait pas pu apprécié quand elle était sur son dos… Eh mais ! Qu’est-ce qui lui prenait ? Se remémorant les menaces de sa sœur et craignant que sa bête ne tombe dans le cratère, elle se mit à lui courir après en l’invectivant. Elle qui ne voulait pas s’approcher de l’inconnu, voilà qu’elle fonçait joyeusement dans sa direction tout en criant.

    - Eh ! Eh ! Sale bête ! Reviens ici ! Si tu tombes, je t’étripe ! Reviens ! Par tous les dieux infernaux ! Reviens !

    Elle trouvait que sa mule était bien trop près du cratère à son goût, comme l’espace était assez mince entre le sol et le vide, il y avait tous les risques que la bestiole tombe et qu’elle se fasse démonter à coup de tatanne par son empoisonneuse de sœur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kann-u
Nomade, niv 2
Nomade, niv 2
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Pouvoirs: Dissimulation, Souffle ardent & Réflexes accrus
Armes: Un Katana, ainsi qu'un Podao.
Relations:

MessageSujet: Re: Pour le meilleur... ou le pire? [PV Cally'] Jeu 5 Juil - 23:46

Vide, c'était vide. Le spectacle qui lui était donné l'aidait à se perdre dans ses pensées. C'était donc tout ce qui restait de cette affolante force de la nature. C'était donc ce qui avait été à l'origine d'un tel massacre. Un léger sentiment d'amertume traversait notre jeune homme. Cela lui faisait bien comprendre qu'à l'échelle de la nature, l'homme, au final n'était qu'un insecte.
Tandis qu'il devait rejoindre Eternia, il s'était autorisé cette halte en ces lieux. Il s'était autorisé de prendre du temps pour contempler et se remémorer ce que la nature pouvait faire. D'une certaine façon, personne ne pouvait le nier... On apprenait généralement à faire avec, on tentait de la contrôler tant bien que mal, on tentait de l'apprivoiser... Mais c'est juste parce qu'elle le voulait bien. Si elle ne se laissait pas faire, elle pourrait tous les annihiler, tous autant qu'ils sont. Cette pensée lui laissa un frisson dans le dos. Quelle idée ! Perdu entre le côté admirable et magnifique de la chose... ainsi que dans le côté désastreux de la catastrophe.

Cependant... Il n'était pas seul. Surpris dans un premier temps, de se dire qu'une autre âme se trouvait en ses lieux, certainement elle-même venue contempler le cratère, ou peut-être même était-elle venue faire des recherches, ou on ne sait quoi d'autre ? Peut-être que c'était un druide ? Pour l'instant, il n'était pas en mesure de le savoir.
Quel fut l'étonnement de Kannwu lorsqu'il aperçut cette jeune et jolie petite fille. Amusée de la voir en ces lieux, seule, accompagnée d'un mulet. Celle-ci se plaça à son opposé, le cratère les séparant. Faisait-il si peur que cela ? Était-il si effrayant que cela ? Dans tous les cas, il ne pouvait s'empêcher de sourire légèrement, visage découvert, et de l'observer.
La voilà qui lâchait la bride de sa monture. Quelle insouciance ! Le fort caractère des mules était connu de tous, quelle grossière erreur ! Mais cela ne faisait qu'amuser notre nomade de plus en plus. C'était plaisant, de se retrouver dans un des bastions de la destruction, et de voir ce qui représentait le monde de demain aussi présent.

Notre jeune nomade avait vu juste. La mule avait décidé de n'en faire qu'à sa tête, et la voilà, se précipitant dans sa direction, contournant le cratère... Encore heureux. Allait-elle tomber ? Ce serait dommage... Et notre homme ne pouvait se permettre de ramener cette pauvre petite fille chez elle. Après tout, il était attendu. Même s'il avait encore pas mal de temps devant lui, il ne pouvait pas se permettre de faire demi-tour vers Bénécius ou il ne savait quelle ville.
Le spectacle qui lui était offert semblait tellement être à son goût, qu'un sourire amusé se figea sur ses lèvres au moment où la fillette courant derrière sa monture se mit à crier après celle-ci. Kannwu aurait pu passer l'après-midi à l'observer. Néanmoins, plus il attendait, plus il contemplait cette scène, plus ce mulet s'approchait de lui. Que devait-il faire ?
Lui faire peur n'était certes pas une bonne idée. Celui-ci finirait au fond du cratère.... Dans ce cas là, il se devait de descendre de sa monture à son tour. Heureusement pour lui, Ekyl lui était fidèle depuis de nombreuses années... Il ne se mettrait pas à courir dans tous les sens comme cette chose s'écourant vers eux.

Un pied à terre, puis l'autre. Le voilà donc de tout son être face à cette mule qui courait toujours dans leur direction.
Une légère brise soufflait. Ce n'était pas désagréable. Ses cheveux volaient au vent, tout comme son écharpe.
Un pas en avant, puis un autre. Et le voilà maintenant entrain de marcher dans la direction de ses deux énergumènes allant à toute allure vers lui.
Comment allait-il s'y prendre, lui-même ne le savait pas. Comment cette créature allait-elle réagir ? Hum... ça, il pouvait encore moins le savoir. Une mule, c'était têtu. Même s'il avait le contact facile avec les animaux en général, sûrement parce qu'il leur donnait un regard différent de ceux que les hommes leur donne habituellement... Cette fois-ci, il se trouvait face à une créature vide de toutes pensées, courant à perdre halène.

Un dernier pas, et le voilà à moins d'une dizaine de mètres de l'animal qui n'avait toujours pas ralenti. Maintenant, il fallait agir. Le tuer n'était pas vraiment une bonne solution. Cependant, il allait devoir prendre des risques... Ouvrant les bras en grand, comme pour se grandir, pour se donner un aspect plus imposant, s'inclinant légèrement en direction du cratère, afin que le mulet ne tente pas de l'esquiver en se jetant dans celui-ci...
Oui, il avait certainement adopté la bonne attitude. La mule se cabra rapidement, essayant de le contourner par la droite... Le sourire toujours présent sur ses lèvres se transforma en sourire en coin, et ses bras se rabattirent sur l'animal, la tête de celui-ci s'heurtant au ventre du nomade, lui coupant la respiration l'espace de quelques instants. Toutefois, il avait réussit à la contenir, à la bloquer. Maintenant, il devait faire en sorte qu'elle ne s’échappe pas. Relâchant progressivement sa pression de l'animal, venant attraper la bride de celui-ci de sa main gauche, il la tenait bien en main tandis que le captif semblait se débattre dans le but de se libérer. Mais rien à faire, la pression que Kannwu lui infligeait eu rapidement raison de lui.
De sa main droite, il vint lui caressait la tête doucement, dans le but de le calmer, tout en soufflant de légers : « Tout doux, tout doux... Tu ne crains rien... tout doux... »

Voilà la jeune fille qui arrivait à leur niveau, maintenant. Notre homme la dévisagea du regard rapidement, plus dans le but de s’imprégner de son visage, que de l'insulter. Toujours un léger sourire en coin...
La mule donna un dernier coup de tête, stoppé net par la poigne de notre bâtard, qui avait légèrement relâché son attention de cet animal, afin de la reporter sur la fillette arrivant à son niveau.
Lâcha finalement un léger : « Tout vas bien... » dans la direction de la jeune fille, le sourire toujours présent sur ses lèvres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calliopé Grey
Archimage Maléfique, niv 3
Archimage Maléfique, niv 3
avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 23
Localisation : Une Grey ne se perd pas ! Une Grey... oublie momentanément le chemin qu'elle est censée prendre...

Feuille de personnage
Pouvoirs: Magie noire | nécromancie | force surhumaine
Armes: Un couteau de cuisine | une poupée en chiffon dissimulant des sachets de poison
Relations:

MessageSujet: Re: Pour le meilleur... ou le pire? [PV Cally'] Dim 22 Juil - 12:25

    Était-elle maudite ? Il devait certainement y avoir de ça… Calliopé était intimement persuadée qu’une sorte de force la poursuivait et faisait absolument tout pour lui pourrir la vie. Et cela durait depuis qu’elle était entré dans l’ordre des mages noirs, avant cela elle n’avait jamais eu affaire à ce genre de problèmes. Il fallait bien dire qu’avant elle ne s’était jamais éloignée de sa ville… Enfin quoiqu’il en soit, cette drôle de force maléfique qui la suivait à la trace comme un esprit frappeur et qui aimait la fourrer dans les pires guêpiers savait que : mort de la mule = mort de Cally à coup de savate… Râââh ! Elle aurait mieux fait d’y aller à pied ! Surtout qu’à la base elle ne voulait pas venir ici… Tout ça c’était de la faute à Richard qui avait piquer sa curiosité. Une sœur sans pitié, une mule bête comme ses sabots, un escargot de mauvais conseil… Son espérance de vie en prenait un sacré coup il fallait bien le dire. Elle venait même à se dire que si elle passait la barre des dix ans il faudrait songer à lui remettre un prix.

    Bon, c’était pas tout ça mais elle avait entreprit une course-poursuite haute en couleur après son espèce d’animal complètement barré. La mule allait décidément plus vite qu’elle, mais c’était bien normal puisqu’elle avait quatre pattes ! Calliopé n’avait que deux petites jambes toutes fatiguées après la montée de la pente du volcan… Mais elle trouvait encore la force de courir, à croire que les menaces d’une sœur aînée était le meilleur dopant qui soit. Alors la scène était fort simple : le cratère au milieu qui respirait le vide et le daaaanger tel le gosier d’un animal mythique, un homme X ou Y à l’opposé de la petite mage noire avec un dada des plus docile (qualité que Cally aurait appréciée venant de sa mule d’ailleurs), sa mule qui trottinait gaiement en contournant coup-ci coup-ça le gouffre vers cet homme X comme si elle avait la Déesse Interite à ses trousses et derrière elle, en guise de Déesse en furie, venait Calliopé avec Richard toute essouflée et proférant toutes les malédictions du monde. Bien dommage qu’un quelconque peintre ne se soit trouvé là car il aurait pu peindre une charmante œuvre avec cette scène que l’on aurait facilement intitulée : « Gros bazar. »

    Elle vit vaguement que l’homme X bougeait en face. Genre… Sauveur de mule en puissance. Ah bah… elle qui ne voulait prendre de risque aujourd’hui à parler à n’importe qui, apparemment elle n’y couperait pas. Elle le regarda -sans arrêter de courir mais un peu moins vite toutefois- lever les bras comme pour former une sorte de croix. Ahem ? Une sorte d’invocation ? C’est ce que faisait certains mages pour faire apparaître des démons à la Tour Sanglante… Il ne comptait tout de même pas invoquer des espèces de créatures qui iraient bouffer sa bêbête ! Parce que dans ce cas là elle ne serait pas du contente ! Mais en y réfléchissant, ce bonhomme n’avait pas une attitude de type vicieux qui aime voir les gamines se faire démonter par leur sœur… Donc ce n’était pas ça. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? En regardant la suite de l’histoire, elle se rendit compte que le bonhomme avait écarté les bras afin de mieux receptionner sa bestiole possédée par le démon de la course. Elle ne put pas bien voir comment se passa la reception véritable, mais comme elle s’aperçut que le type était toujours debout, que sa mule avait l’air d’être en pause et que personne n’était mort : cela avait du être relativement concluant. Ah bah tant mieux ! Elle ralentit alors le pas, toute essouflée. Richard, cet espèce de boulet, avait décidé de rentrer sa tête dans sa coquille au cas où le monsieur aurait eu des intentions belliqueuse envers les escargots.

    Quand elle fut assez proche de lui, elle leva les yeux afin de le détailler, comme elle le faisait toujours : il y avait des gens dont le physique n’inspirait guère confiance… Les elfes par exemple. Elle n’avait en soit rien contre les elfes et il était fort possible qu’elle ai du sang elfique dans ses veines mais certaines personne avait une manière d’être « elfe » que ça en devenait terrifiant. Ces grands dadais aux longs cheveux blonds, à la peau super blanche, aux oreilles si pointues qu’ils pourraient nous embrocher avec et avec cet aura éclatant qui signifie clairement « je suis le plus gentil de tout le continent »… Calliopé ne leur faisait pas du tout confiance. Un coup de chance pour le monsieur, il ne ressemblait pas vraiment à ça. Enfin, de ce qu’elle pouvait remarquer. Oreilles pointues certes, mais pas de loooongue chevelure ni de lumière bienfaisante. Voilà qui était rassurant. Ce qui l’était moins c’était que lui aussi la détaillait. Oh, ce fut assez rapide, dieux merci parce que sinon elle n’aurait pu s’empêcher une remarque acerbe. Elle n’aimait pas qu’on la dévisage, on lui avait appris que c’était une sorte de manque de respect. Et comme la petite se tenait en très haute estime… Enfin, elle n’allait pas non plus directement lui rentrer dans le lard alors qu’il venait de lui donner un coup de main. Comme quoi elle était parfois d’une politesse à toute épreuve.

    Et c’est d’ailleurs cette politesse qui l’empêcha de mal réagir à la remarque finale de son sauveur de mule. Tout va bien… oui, enfin elle n’était pas une pouliche qu’il faudrait rassurée de peur de la voir ruer. Elle remarquait assez bien toute seule que tout allait bien. Quoiqu’en plus, non… Tout n’allait pas bien ; elle était légèrement seule dans un endroit dévasté face à un type qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam, qui était bien plus vieux et plus grand qu’elle. Si l’envie lui prenait de se faire une purée à la blondinette, elle n’aurait plus qu’à dire ses prières. Mais fort heureusement le monde n’était pas semé que de fous dans ce genre… Enfin, ça dépendait des coins… Le truc le plus prudent à faire pour le coup était sans doute de se présenter : parfois son petit nom pouvait suffire à la protéger. C’était une technique assez classique, et en plus c’était poli. Que demande le peuple !

    - Eh biiien, merci Messire, fit-elle avec une sorte de sourire forcé très Calliopéen. Vous n’imaginez pas, mais si cette espèce de bestiole sans cervelle avait décidé de piquer une tête dans ce cratère… j’aurais été très mal. Je pense donc que je dois vous remerciez de m’avoir épargné un très sale quart d’heure. J’espère que vous ne vous êtes pas fait mal en l’arrêtant, c’est que ça peut avoir de la force ces animaux là.

    Tant de compassion c’était louche. Oui, en réalité elle s’en moquait pas trop mal qu’il pête la forme ou que la moitié de ses côtes se soit cassées… Mais c’était poli de le demander. Calliopé avait suivi une bonne éducation, elle avait des manières -même si elle les oubliait dans ses moments de colère ou de panique- et face aux inconnus il fallait toujours se comporter de manière la plus aristocratique qui soit. Et cela pour plusieurs raisons, mais la petite mage noire aimait jouer de sa petite noblesse histoire de rappeler à autrui qu’il se situe plus bas qu’elle sur l’échelle sociale. Bon, parfois elle se retrouve face à plus élevée qu’elle… mais cela se remarquait vite la plupart du temps et ce bonhomme là ne semblait pas sorti d’un palace.

    - Enfin, quoiqu’il en soit, je vous remercie, reprit-elle en tendant sa main en avant comme une tentative de présentation. Je me nomme Calliopé Thalie Grey, fille de Thalie Eurydice Grey et héritière de la dynastie Grey en général. Proprement enchantée de faire votre connaissance.

    Quelle avalanche de Grey… Dans sa sublime éducation on ne lui avait jamais appris la modestie ou l’humilité. Alors oui elle était fière. Elle pouvait même crever pour son orgueil… Être une Grey c’est plus que de faire partie d’une famille, c’est une manière de vivre très réglementée.

    - Et vous Messire ? Comment vous nomme-t-on ? Que je ne reste pas à vous appeler intérieurement le sauveur de mule jusqu’à la fin de mes jours…

    Elle souriait un peu plus naturellement, mais elle n’était pas encore au stade où elle irait lui tourner le dos pour quelques secondes. On ne sait jamais, un coup de couteau est si vite arrivée. Alors tandis que sa main droite se tendait en avant dans l’espoir très social de pouvoir serrer une poignée de main en retour, les doigts de sa main gauche venait fouiller doucement dans son sac pour venir toucher le manche de son couteau de cuisine. Hop hop hop ! On n’était jamais trop prudent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour le meilleur... ou le pire? [PV Cally']

Revenir en haut Aller en bas

Pour le meilleur... ou le pire? [PV Cally']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Screen - Pour le meilleur... et pour le pire :)
» Screen - Pour le meilleur... et pour le pire :)
» Mary et filou se marie pour le meilleur
» [HotS] 10 tips pour devenir meilleur
» Bloody Tinker, pour le meilleur et surtout pour le pire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nelberaid ::  :: La Pineraie Carbonisée-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com