AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La piste de la Haine [Edalion Helioz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mordekaiser
Errant, niveau 3
Errant, niveau 3
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 09/09/2011

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle des ombres - Force surhumaine - Peau d'acier
Armes: Epée à deux mains - Arbalète
Relations:

MessageSujet: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Lun 17 Sep - 21:20

Voilà plusieurs jours que Mordekaiser avait quitté Malificum sur sa monture. Il avait profité de son bref répit accordé après sa promotion pour se reposer et réfléchir. Inlassablement, le souvenir des années passées au service de la Rose Rouge refaisait surface aussitôt qu'il parvenait à le chasser. Il en allait de même pour l'injustice dont il avait été victime. L'Aigrefin n'avait pas changé d'opinion concernant les Chevaliers. Un jour, lorsqu'il serait assez fort et assez bien entouré, il reviendrait pour prendre sa revanche sur eux, pour les exterminer et un en particulier : son propre père.


Après une brève halte nocturne à Naturalia, le guerrier avait repris la route pour Bénécius. Afin de ne plus être tourmenté par ses visions, il avait décidé de se rendre à la cité blanche un jour ou deux, histoire de remonter la piste de la Haine. Peut-être pour avoir enfin la sensation de rentrer chez lui ou bien alors pour que la chose soit moins difficile lors du jour où il serait fin prêt à assouvir son désir de vengeance.


Toujours fut-il que Mordekaiser avait, et à raison, prit toutes les précautions pour ne pas être reconnu s'il venait à croiser quelqu'un qu'il avait connu des années plus tôt. Sa barbe s'était faite suffisamment abondante pour masquer ses traits et l'Aigrefin s'était naturellement délesté de son armure pour ne pas être attaqué à vue aux portes de la cité. Portant la chemise noble comme très rarement, le seul équipement de combat qu'il avait emmené avec lui était son marteau de guerre : qui pouvait prédire ce à quoi il risquait d'être confronté ?


C'est au soir que Mordekaiser pénétra enfin dans Bénécius. L'homme ne perdit pas un instant pour se rendre dans les quartiers situés sur les hauteurs. D'ici, la vue sur la ville et sur le Château était imprenable. Las de son voyage, l'ancien Chevalier n'aurait pu dire si c'était l'air chargé de la toute fin de journée ou son regard sombre fixé sur les fenêtres du Château au loin qui rendait sa poitrine si douloureuse.


Peut-être que ses souvenirs de la ville étaient trop vagues, mais il n'avait pas l'impression que grand chose ait changé en plus de 11 ans. Cherchant un endroit pour se reposer, l'Aigrefin ne tarda pas à atterrir au Chaudron Etoilé, un endroit mythique pour tous les habitants de Bénécius et les voyageurs.


En voyant Mordekaiser se présenter à lui, le tenancier resta pensif un instant. Ses yeux lui rappelaient quelqu'un mais il restait persuadé de n'avoir jamais vu cet homme dans son établissement. Il devait sans doute le confondre avec un autre. Sans détour, le colosse avait demandé la spécialité du chef et alla ensuite s'asseoir à une table libre. Il s'arrangerait avec le gros homme pour une chambre plus tard. Tachant de penser à autre chose, l'Aigrefin se dit que les prix pratiqués n'étaient pas beaucoup plus élevés que ceux de Malificum ; de toute manière ses services rendus à la Rose Noire et à Cirdan le Nomade lui avaient rapporté beaucoup d'argent ou en tout cas suffisamment pour ne pas avoir à compter.


La salle était presque pleine, les gens riaient autour. Mordekaiser reconnaissait le blason rouge sur les manteaux et les armures de quelques Chevaliers qui se restauraient mais ceux-ci étaient bien trop jeunes pour qu'ils se soient déjà rencontrés. Il regarda autour de lui un instant et le combattant vit plus de visages clairs en dix secondes qu'en un an à Malificium. Les femmes d'ici étaient d'ailleurs plus belles que celles de la cité noire à l'exception de Morgane. Quelques années plus tôt, l'homme n'aurait jamais pu s'imaginer que tous ces gens puissent être ses ennemis. Un peu plus tard, son plat lui fut apporté : de la volaille aux pommes et au miel avec une boisson alcoolisée offerte par la maison. Seul au milieu de la foule, l'Aigrefin se tordait les mains. L'appétit ne venait pas. Quelque chose n'allait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 31
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Mar 18 Sep - 18:37

Comme tout bon chevalier de Bénécius qui se respecte, Edalion était partit en mission et depuis plusieurs jour. Même s’il lui arrivait de se voir confier des objectifs dangereux comme la traque d’un criminel dans un territoire hostile, mais cette fois-là, il s’agissait d’une simple escorte de chariot marchand entre Bénécius et Naturalia. Bien que l’itinéraire se trouvait loin de Maléficium, le chevalier avait noté une augmentation des attaques de caravanes et avait conseillé aux voyageurs de se procurer une garde rapprochée. D’ailleurs le chevalier Hélioz été devenu conseiller du château, mais contrairement à ses homologues qui passaient plus de temps à parlementer qu’à agir, Edalion était bien décidé à donner l’exemple et à montrer au peuple de Bénécius que la gloire et l’honneur des chevaliers d’antan étaient revenu. Une majeur partie de la cité blanche était déjà au courant de cette promotion, une nouvelle qui avait réchauffé les cœurs et redonner l’espoir à Bénécius et ses habitants. Contrairement aux rôdeurs ou aux nomades, les chevaliers devaient rendre leurs actions et leurs projets transparents. Car les opposants devaient craindre d’attaquer la cité blanche sous peine d’être confronter au château.

Ce soir-là, Edalion avait décidé de faire une halte au chaudron étoilé, un de ses endroits favoris pour se détendre un peu. Sa quête était une réussite, ses obligations remplies, son rapport détaillé, sa bien-aimée était en voyage et donc, il avait une occasion de se mêler à la vie tranquille de la cité blanche. La porte s’ouvrit et révéla sur le seuil, un homme vêtu d’une armure légère bleuté, une épée à une main à sa ceinture, une posture droite, un regard neutre coupé par un bandeau sur l’œil gauche. Cette attitude naturelle avait l’avantage de rassurer ceux qui n’avait rien à se reprocher et à inquiéter les autres. Cependant, il n’était pas là pour une inspection et ce n’était pas vraiment son travail ou son habitude de fouiller des gens comme ça sans raison. Le tavernier la salua et l’invita à s’assoir au bar et avant même que le guerrier bleu ne prenne place, il avait déjà un verre servi devant lui. Il ne s’agissait pas d’alcool, bien qu’il n’ait rien contre, il préférait son nectar de fruits et un bol de riz accompagné d’un émincer d’escalope de dinde.

Le maître de maison et le conseiller papotèrent quelques instants, notamment sur la récente promotion du chevalier, mais aussi sur les nouvelles, car le tavernier était un adepte des rumeurs et il fallait l’avouer il avait un sacré coup d’œil quand il le voulait bien. Après quelques blagues, d’informations et de bouchées, Edalion jeta un œil à la salle par simple curiosité. Les gens avaient l’air de s’amuser, certains jouaient aux cartes, d’autres discutaient, et d’après les mots qui s’envolèrent, le chevalier en déduisait qu’il y aura bientôt un nouvelle arrivage au marché, automatiquement, le guerrier songeait à envoyer des gardes là-bas lorsque le temps sera venu. A côté se trouvé un barde qui jouait de la Luth comme un divin. Puis son œil s’arrêta un instant sur un homme mois chaleureux, moins bavard. Quels problèmes pouvaient avoir cet homme pour être ainsi renfermé sur lui-même pour ne pas profiter de la soirée ? Chaqu’un avait le droit d’avoir des soucis et de ne pas en parler et le chevalier n’était pas du genre à se mêler des affaires d’autrui sauf si cela concerné la sécurité des autres. Puis au final, il pivota sur sa chaise pour se retourner vers le bar. En tout cas, l’homme qu’il avait vu ne faisait pas partie de ses connaissances. Quoi qu’il en soit, il n’avait rien à lui reprocher, peut-être de pouvoir plomber l’ambiance, mais Edalion n’était pas animateur de salle non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Mordekaiser
Errant, niveau 3
Errant, niveau 3
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 09/09/2011

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle des ombres - Force surhumaine - Peau d'acier
Armes: Epée à deux mains - Arbalète
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Ven 21 Sep - 9:16

Après quelques instants, le musicien qui se trouvait là remarqua que le colosse assis tout seul ne semblait pas s'amuser. Il se demandait même s'il entendait ce qu'il jouait. Contrarié et même un peu vexé que l'un de ses spectateurs ne prenne aucun plaisir à être le témoin de son art, il glissa discrètement quelques mots à une jeune femme aux cheveux couleur aube à côté de lui. Sans doute une accompagnatrice où même une collègue.


Après avoir jeté un regard à Mordekaiser qui n'avait pas pris la peine de le lui renvoyer, la demoiselle se mit à rire avant de se lever. Le musicien joua alors un autre morceau, plus vif et entrainant encore que les précédents accompagné par les encouragements de certains clients particulièrement attentifs. L'Aigrefin avait à peine commencé son plat que la jeune femme vint se poster à côté de lui et lui proposa une danse. A contrecœur, l'Aigrefin accepta.


L'homme s'adapta aux pas de sa Cavalière et dansait avec la technique enseignée aux Chevaliers pour leur représentation dans les bals. Il y avait bien des années que le guerrier n'avait pas reçu d'instruction mais l'empreinte de son enseignement était évidente. Il dansait plutôt bien mais sans l'ombre d'une envie.


Remercié ensuite par la demoiselle, Mordekaiser lui adressa un faux sourire comme seuls ses semblables savaient les faire. Néanmoins, l’œil du plus avisé aurait aisément reconnu sa fausse bonne humeur. Il ne voulait simplement plus être ennuyé de la sorte et devait faire semblant de s'être amusé pour satisfaire le musicien et la danseuse.


L'Aigrefin se dirigea ensuite vers le bar et s'assied sur un tabouret au comptoir.


"La même chose que vous m'avez servi à table s'il vous plait. Il faudra que je m'en rince d'une bonne demi-douzaine si je veux oublier la piètre prestation que je viens de donner."
Dit-il au tenancier en plaisantant à moitié.



L'attention de Mordekaiser fut alors happée par les galons sur l'armure de l'homme assis à sa droite. Il en était impressionné, presque choqué. Il ne parvint cependant pas à croiser son regard barré par un bandeau. Sans s'en rendre compte, l'Aigrefin s'était mis à fixer l'inconnu avec un regard vague. Qui cet homme pouvait-il bien être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 31
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Ven 21 Sep - 18:40

Edalion était en train de discuter avec des habitués de l’endroit, sur des thèmes divers et variés, allant du beau temps à la politique intérieur de la cité. Néanmoins, le sujet préféré du chevalier restait le quotidien du peuple, bien qu’il en était le gardien, il se posait souvent la question ce qu’il serait advenu de lui si il aurait gardé sa fourche et ses champs au lieu de les avoir troqué contre une épée et une arène…il serait peut-être ce soir-là présent, mais en tant qu’anonyme essayant de vivre dans un havre de paix. Comptant sur les mages blancs et les chevaliers pour le protéger des menaces extérieures.

Alors qu’un silence brisa la conversation, les regards se tournèrent vers la piste de danse, suivant le mouvement, Edalion aperçut l’homme triste de tout à l’heure dans un autre contexte. Il n’avait pas l’air d’être très ravi de ses pas, mais ça ne pouvait pas lui faire de mal. Ses pas étaient un peu maladroit, mais le chevalier ne riait pas, mais gardait un sourire au coin de la lèvre. Lui aussi était un bien piètre danseur. D’ailleurs, quand l’inconnu se plaça à ses côtés au bar pour commander de quoi se nourrir, le chevalier sortit quelques pièces et les donna au tavernier.

« Je vous offre le repas. Vous avez eu le courage de danser, et malgré votre modestie, je peux que m’incliner. Moi je ne danse pas, je bouge, c’est tout. »

Edalion souri à l’aigrefin en levant son verre. Il s’agissait d’un geste de son éternel générosité et il aurait fait pareil avec quelqu’un d’autre. Sur l’instant, il ne se posait pas la question à savoir si son voisin était mauvais ou bon. Pour lui, c’était une question de contexte et d’honneur, chaqu’un avait droit de se reposer et de s’amuser. Cependant, en tant que défenseur de la paix, il se devait de garder son œil ouvert, en général le danger fondait quand la proie se reposait.

Alors qu’il voulut continuer une discussion avec le danseur, voilà que sa partenaire de piste s’avança vers le chevalier l’obligeant à la suivre. D’abord il ne voulait pas et quelques personnes commençaient à applaudir en prononçant « Edalion » afin de l’encourager. Il finit par y aller en roulant des yeux et le résultat fut tout simplement lamentable, il n’arrivait pas à suivre le rythme, amenant sa partenaire à perdre l’équilibre ou encore à se mélanger les pinceaux. Le chevalier se fit gentiment huer. Il comprit qu’il ne pouvait pas leur faire plaisir de cette manière-là, alors, il se dirigea vers le joueur de Luth et lui prit son instrument. Un silence se fit dans la salle attendant la première note. Le son commença doucement, comme si le nouveau musicien prenait ses repères et très vite, au fur et à mesure, une musique vive et entrainante envahissait la salle.

« C’est sans doute un des meilleurs chevaliers, mais faut pas compter sur lui pour danser, par contre, je me suis toujours demandé quand es ce qu’il a eu le temps pour apprendre un instrument. »


C’était le tavernier qui avait parlé à l’aigrefin en lui rapportant son assiette. Et finit par applaudir la fin de la chanson. Edalion rendit le Luth et se rendit à sa place après avoir mimer une salutation théâtrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Mordekaiser
Errant, niveau 3
Errant, niveau 3
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 09/09/2011

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle des ombres - Force surhumaine - Peau d'acier
Armes: Epée à deux mains - Arbalète
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Ven 21 Sep - 20:53

Alors que Mordekaiser s'apprêtait à payer son repas, le mystérieux Chevalier assis à sa droite le prit de court. Surpris, le guerrier l'écouta et leva également son verre d'un air pensif. Avait-il eut cet élan de générosité sans même se soucier des besoins d'argent qu'il pouvait avoir du simple fait que l'Aigrefin ait accepté de danser ?


D'ordinaire plutôt poli, le déchu ne put se résoudre à remercier le Chevalier. Il venait de lui offrir le repas alors qu'ils ne se connaissaient pas, pourtant Mordekaiser savait qu'un jour où l'autre ils auraient à croiser le fer. Son attitude aurait-elle été la même si le Chevalier avait été au courant de ses intentions ?


A l'évidence, l'homme ne s'était pas fait assez discret lorsqu'il avait commenté l'attitude de l'Aigrefin tant et si bien qu'il fut à son tour invité à danser. Curieux, le colosse interrompit son repas pour le regarder. Ainsi, il se nommait "Edalion".
Si Edalion avait forcément appris à danser au moins sommairement, il avait révélé son peu d'intérêt pour cette discipline. Dans les huées de la foule, l'Aigrefin demeura silencieux, arborant simplement un sourire discret et amusé.


L'ambiance changea radicalement lorsque Edalion entreprit de jouer un morceau de luth. A l'évidence, il s'était bien plus étendu dans cette pratique ci. Presque impressionné par la dextérité du Chevalier, l'Aigrefin s'en retourna au bar et but une gorgée en écoutant le tenancier d'une oreille distraite.


"Sans doute avant de devenir Chevalier."
Avait répondu Mordekaiser.


Lorsque l'homme revint à sa place avec les honneurs, il fut interpellé par son voisin.


"Je ne savais pas qu'on apprenait aux Chevaliers à jouer du luth de nos jours. En revanche on est toujours censé vous apprendre à danser, non ?"
Plaisanta le guerrier, trahissant à demi-mots ses origines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 31
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Mar 25 Sep - 16:54

Son voisin continua à lui parler, pour Edalion c’était une occasion supplémentaire de faire une nouvelle connaissance. D’ouvrir d’autres horizons. Puis, il songea au Luth. C’était très simple à comprendre, le chevalier en jouait depuis qu’il avait récupérer son libre arbitre il y a trois ans, c’était une méthode comme une autre d’apaiser les maux du passé et en même temps de faire profiter aux gens qu’il l’écoute d’un moment tendre ou généreux comme ce soir-là. Cependant, la question sur la danse lui fit arquer un sourcil. De la danse chez les chevaliers ? Cet homme-là avait bien l’air d’être au courant de beaucoup de chose. Un confère ? Un prof de danse ? Mais fut le corps imposant qu’arborait son interlocuteur, la deuxième hypothèse disparut rapidement.

« Peut-être y a-t-il de la danse au château, mais je ne suis pas au courant, si les soldats, les gardes et mes confrères savent manier une arme contre l’adversité, cela me suffit. Lorsque vous étiez au château, vous pratiquiez la danse ? Les pas de tout à l’heure sont-ils un souvenir ? »

Désormais, le mystérieux personnage l’intéressait de plus en plus. Il se concentra sur lui, pour ne laisser échapper aucun détail, que ce soit de ses paroles, de son allure, ses mimiques, ses habitudes. Le chevalier avait un très bon sens de l’observation, un talent qu’il exerçait à chaque début de bataille. Dans une discussion, il pouvait dévoiler des mystères et montrer de l’intérêt à la conversation en cour. La possibilité que cet homme ne soit pas de son camp lui vint à l’esprits tout comme il pouvait être un simple voyageur et quelques soit le résultat, il n’avait pas l’intention de lui sauter dessus ou se montrer hostile, après tout, il avait bien réussi à tenir une conversation avec une magicienne noire et même qu’en retour cette dame l’avait aider à mener à bien une de ses missions. Après, il ne connaissait pas non plus les véritables intentions de ce colosse.

« Je m’appelle Edalion, Edalion Hélioz, et je suis conseiller chez les chevaliers. »

Le chevalier se présenta alors sans rien avoir en arrière pensé, il s’agissait là, qu’une formule de politesse et ouvrir une porte vers une discussion plus longue que des pas de danse. Edalion n’avait pas peur de dévoiler son identité, même en territoire ennemi. La discrétion n’était pas son fort ni son intention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Mordekaiser
Errant, niveau 3
Errant, niveau 3
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 09/09/2011

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle des ombres - Force surhumaine - Peau d'acier
Armes: Epée à deux mains - Arbalète
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Lun 1 Oct - 8:40

L'homme au bandeau avait aisément lu à travers les paroles et le regard de Mordekaiser. Ce dernier eut d'ailleurs un sourire en coin ni arrogant ni provocateur à la réponse du Chevalier. Certains avaient cette attitude et cette façon de penser. Il n'y avait là rien de choquant. S'il avait pu les éviter, l'ancien Chevalier se serait volontiers passé des leçons de danse au château mais la volonté de briller aux yeux de son père par tout moyen l'avait conduit à s'intéresser à tous les domaines qui pouvaient être enseignés ; en vain. Et puis, on ne lui avait confié que trop peu de missions du à son ancienne déficience. Il avait donc bénéficier de plus de temps libre que nécessaire dans sa jeunesse.


"Exact. De mon temps c'était presque obligatoire et trop peu de Chevaliers savaient danser pour nous représenter dans les bals organisés par les nobliaux. J'avais horreur d'aller me pavaner en armure chez des gens plus riches que riches pour être sûr que les Chevaliers avaient une bonne réputation et pour maintenir notre légitimité. Ça a au moins eu le mérite de me permettre de faire danser les plus belles femmes de la cité. Enfin, je suis trop vieux pour ce genre de choses maintenant."
Fit-il avec un rire discret.


Mordekaiser but ensuite une gorgée de son breuvage puis prit une bouchée de son plat avec la lassitude des guerriers brisés et désabusés, de ceux qui avaient perdu la foi.
Son interlocuteur se présenta ensuite comme conseillé des Chevaliers. Impressionné, l'Aigrefin manqua de recracher son verre.


"Vous avez du en baver pour arriver jusqu'ici conseillé. Mais j'imagine que c'est un honneur pour moi."
Fit le guerrier en tendant sa main droite à l'attention de l'homme qui aurait pu, si le sort avait tourné différemment, être son ami.


"Mordekaiser."
Dit-il, persuadé à raison que son nom n'avait pas dépassé les frontières de Malificium, ou du moins pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 31
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Sam 6 Oct - 18:46

Il s’agissait donc d’un ancien chevalier. Edalion serra sa main de manière forte et respectueuse. Evidemment, la question suivante était évidente, quelle était la raison de son départ du château ? Mais d’un autre côté, le chevalier ne voulait pas entrer dans des détails de vies qui ne le regardaient pas. Il était agréable de savoir que lui aussi se préoccupé de la réputation des combattants de la justice. Cependant, la méthode avait bien changé.

«Enchanté Mordekaiser. J’avoue ne pas avoir eu la chance de participer à un de ces fameux bals, en ce moment j’ai surtout droit aux réunions entourés des autres conseillers du château. Bien que j’étais inquiet de notre réputation avant, je crois savoir ou es ce que la graine du déclin a commencé aujourd’hui. J’ai bien l’intention de profiter de mon nouveau statut pour apporter la droiture et l’honneur au château. Certaines personnes profitent de leur blason pour s’abaisser à des actes ignobles. Aussi bien des soldats, que des chevaliers ou même un peu plus haut. »

On pouvait sentir dans la voix d’Edalion qu’il détestait les traitres et les renégats au plus haut point. Depuis qu’il avait intégré les chevaliers, il en avait arrêté des confrères ou des gardes qui étaient passé de l’autre côté. Le plus troublant, c’est qu’il avait rencontré des gens qui étaient accusé à tort par les renégats. Edalion avait la pensée de la fille de sa belle, une combattante de la justice devenu aigrefin car des chevaliers hors la loi lui avaient donné une mauvaise image de la justice. Il y avait dans tout ça, un rééquilibre à faire et il était bien décidé à y contribué.

« Enfin bref, je ne veux pas vous embêter avec ces problème, après tout, je n‘ai pas envie de briser l’ambiance de la soirée. Vous venez souvent ici ? »

Edalion connaissait les habitués de ce lieu très agréable. Le musicien, la danseuse, quelques vieillards au bar, deux jeunes qui faisaient office de messager. En fin de journée il y avait souvent les ouvriers qui venaient se détendre avant de rentrer. Il y avait quelques voyageurs qui venaient, mais Mordekaiser faisait partie des voyageurs qui marquait le lieu pendant un bon moment. Un colosse dans une allure sombre et une attitude fatiguée ou effacée, qui ne riait pas pendant que les autres savouraient la musique. Il y avait la rien de mal, mais s’il voulait passer inaperçu, c’était raté.Evidemment, Edalion était aussi un habitué, même avant d’être chevalier. Cependant, il laissé sa vie de soldat s’étaler dans la cité, mais personne ne le connaissait personnellement. Sa maison, sa femme, son passé, seul quelques survivants de son passage pouvait encore l’accuser de meurtrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Mordekaiser
Errant, niveau 3
Errant, niveau 3
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 09/09/2011

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle des ombres - Force surhumaine - Peau d'acier
Armes: Epée à deux mains - Arbalète
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Lun 8 Oct - 8:20

A l'évidence, Edalion croyait dur comme fer aux idéaux que les Chevaliers étaient supposés défendre et la conviction abâtardie de nombre de ses confrères ne faisait pas tarir sa conviction. Une part de Mordekaiser le jalousait, l'autre était répugnée par lui. Que serait-il advenu de l'ancien Chevalier s'il n'avait pas perdu la foi ? Sans doute n'aurait-il jamais pu réintégrer les rangs de la Rose Rouge qui l'avait banni pour un crime qu'il n'avait pas commis de son propre chef.


"A qui le dites vous ?"



Ajouta simplement l'Aigrefin en noyant ses lèvres sèches dans son verre, le regard perdu dans le vague, se remémorant inévitablement sa dernière matinée au château. La haine au fond de lui n'avait pas décru même après tant d'années. Jamais il ne pourrait pardonner aux Chevaliers le calvaire qu'ils lui avaient fait subir et cela même s'ils ne faisaient pas parti de l'élite que représentait Edalion.


Conscient du froid qu'il avait jeté, l'homme au bandeau changea de sujet de manière non dissimulée. A sa question, Mordekaiser hésita. S'il avait pu fréquenter ce lieu de temps à autres dans sa jeunesse, voilà bien dix années qu'il n'y avait pas mis les pieds. Tout ici ou presque avait changé.



"Pas vraiment, contrairement à vous."
Répondit-il, ayant senti la proximité du Chevalier avec les autres individus présents dans la salle.


Même en mangeant, le colosse ne parvenait pas à sortir une interrogation de son esprit. Le Chevalier assis près de lui était si différent de ceux qu'il avait rencontré dans le passé qu'il ne put résister à l'envie de jauger, de tester ses convictions. S'il en avait été autrement, peut-être que Mordekaiser aurait fini par devenir comme lui.


"Dites moi, Conseiller, pourquoi vous battez-vous ? Je veux dire, l'honneur et la justice sont les préceptes au nom desquels vous agissez en tant que Chevalier mais vous : Edalion Helioz, qu'est-ce qui vous motive à vous battre ?"
Demanda t-il, comme si cette question était sortie de nulle part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 31
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz] Ven 12 Oct - 18:40

Durant la conversation, forte intéressante d’ailleurs, le chevalier grignotait de temps en temps souvent suivit d’une gorgée de sa boisson. Mais alors qu’il avait levé le verre pour le porter à ses lèvres, la dernière question emmena Edalion loin d’ici, très profondément dans ses pensées. Pourquoi se battait-il ? Il se revoyait à chaque étape de sa vie, les évènements qui avaient forgé l’homme qu’il était aujourd’hui. Combien de fois avait-il pu changer sa voie et devenir quelqu’un d’autre ? Mais d’après son aimée Miranda il s’agirait là d’un coup du sort, le destin qui se traçait devant lui et faire de lui un de plus redoutable justicier de cette époque. Bien sûr il n’oubliait pas ses parents, c’était d’ailleurs des éléments clés de sa situation, de sa façon d’être. Revenu à lui, il but enfin sa gorgée et adressa un sourire à son voisin.

« Si je vous dis qu’à la base je devais être fermier, héritier de quatre parcelle à labourer, marié à la fille du voisin et brandir une fourche plutôt qu’une épée. »

Pour lui cela faisait toujours bizarre de repenser à son enfance, une époque qui aurait dû le former à la vie de paysan. La personne qu’il était devait être encore là en lui, quelque part, mais un homme bien plus mur et robuste avait pris sa place. Quant à la fille du père Gracht, le voisin de ses parents, elle n’arrivait pas à la cheville de la shaman qui s’abritait dans son cœur. Enfin bref, la vie d’avant aurait était très différentes, mais qui pourrait dire qu’elle aurait était meilleur ? Alors, enfin d’arriver à la réponse, Edalion continua sa discussion.

« Mes parents étaient fermier et itinérant entre Naturalia et Bénécius. La première chose qu’ils m’ont appris c’était d’apprécier la valeur des choses telle qu’elles sont et ne pas essayer de les changer par la volonté d’un caprice. J’ai obtenu un esprit très large, et une grande tolérance. Je ne fais pas partie de ceux qui ont un préjugé, dans l’exemple d’aujourd’hui, je dirais que ce n’est pas parce qu’une personne nait ou devient mage noir qu’elle doit être considérait comme mauvaise. Les erreurs des uns ne devraient pas enterrer les autres. Je sais très bien ce que j’avance, j’en ai eu la preuve et l’expérience. Mes parents m’ont été enlevés très tôt…définitivement. On m’a vendu et j’ai fini dans les arènes, un lieu où le combat est roi et où le refus conduit à la mort. Je ne sais pas ce qui m’a poussé à rester en vie, mais plus les années passaient plus je devenais fort et un beau jour, avec une manipulation magique, on m’a forcé a tuer des innocents, des femmes des enfants, des animaux…Un beau jour des mages blanc sont venu ils m’ont libéré en y laissant la vie et depuis que j’ai récupérait mon libre arbitre, j’ai décidé de traquer les esclavagistes afin que d’autres personnes ne retrace pas mon parcours et d’un autre côté, je ne peux pas renier les leçons de mon père et les sacrifices de la tour blanche. »

Sur cette longue tirade, Edalion fixa MordeKaiser pour tirer une conclusion.

« J’ai décidé de rendre justice depuis très longtemps, je suis Edalion Hélioz avant d’être chevalier. Ce titre, n’est qu’une aide qui me permet d’agir sans apporter la crainte d’un mauvais coup. »

Le chevalier poussa l’assiette vide et s’accouda au comptoir entrelaçant ses mains. Et oui, la vie était bizarre pour beaucoup ou alors les dieux avaient un sacré sens de l’humour. Quoi qu’il en soit, Edalion était fier d’être l’homme qu’il était et encore plus de faire partie de la caste des chevaliers, une classe dont il redora le blason de la justice.

« Et vous ? Qu’es ce qui vous a fait quitter le château ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La piste de la Haine [Edalion Helioz]

Revenir en haut Aller en bas

La piste de la Haine [Edalion Helioz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Enquête sur Raval - Jeu de piste interguilde
» Terreur sur la piste Bozeman, le retour.
» ‘‘La haine excite les querelles, l'amour couvre toutes les fautes’’ | end
» [CR] Terreur sur la piste Bozeman
» [Règle] "haine"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nelberaid ::  :: Le Chaudron Etoilé-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Jeux vidéo | Jeux de rôles en solo