AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le fureur du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Le fureur du passé Mer 5 Déc - 22:01

La route depuis Bénécius fut longue, mais aucunes des épreuves ne pouvaient déconcentrer le chevalier accompagner de sa femme Miranda. Pourchassant son bourreau du passé, il avait entrepris avec sa belle un dur entrainement qui avait fini par lui dévoiler une meilleure ressource, et il espérait un meilleur contrôle mental. Car la cible était doué pour briser les esprits et de les manipuler à sa guise. Bientôt, il ne pourra manipuler plus personne. Depuis toutes ses années, le briseur, esclavagiste, maître des jeux aux arènes, lui avaient échappé, mais très ressèment un des informateurs du guerrier lui avait appris l’existence d’une demeure au canyon. Une nouvelle qui avait plongé Edalion dans un tourment que seul la shaman avec qui il partageait sa vie avait réussi à le remettre sur pieds.

Le duo s’approchait alors d’un lieu que ni l’un ni l’autre n’avait encore posé les pieds. Cet endroit semblait vaste, bordées de crevasses et coupé en deux par ce qui faisait le canyon. D’abord, Edalion fut septique de trouver une habitation dans ce lieu, aussi bizarre pouvait-elle être. Laissant les chevaux en arrière, le couple avaient décidé d’arpenter des couloirs pas très larges et affronter des vides vertigineux .Le fond n’était que brouillard et mystère. Et alors que le chevalier se demandait si son informateur n’avait pas menti, on pouvait voir au loin, des murailles en bonne état. Une fumée dégageant vers le ciel annonça qu’il y avait quelqu’un. Une fois sortie des tours de passe-passe du canyon, Miranda et Edalion se retrouvèrent loin devant une propriété assez vaste, au fond d’un plateau qui donnait directement sur le vide. C’était donc pour le chevalier, un point de non-retour, pour lui ou pour le briseur.

Les deux compères décidaient de faire une halte à une distance raisonnable pour ne pas être repéré. Il était temps de penser à un plan d’attaque. La shaman avait bien insisté sur l’effet de surprise. Edalion était de cet avis, mais semblait avoir réfléchis à une autre solution. En se reposant un peu, il lui expliqua qu’ils devraient se séparer dans un premier temps.

« Il doit savoir beaucoup de chose sur moi, je suis sûr que lui aussi aurait eu des rumeurs à mon sujet, surtout que je suis venu assez souvent à Maléficium. »

Il faisait surtout une référence à la première aventure du couple, Au moments, ou Edalion n’était qu’un simple sauveur et Miranda une femme en détresse privé de ses pouvoirs. Il lui fit un clin d’œil en ce souvenir, mais il voulait surtout parler des esclavagistes qu’il y surveillait afin d’arriver au briseur qui lui était, sans doute, une référence sur le marché d’humain. Il poursuivit donc son idée.

« Je vais y aller seul de front, le laissant croire que je suis aveuglé par la vengeance. Mais ce que moi je veux, c’est que toi, tu te fasses aussi discrète que possible tout autour de moi. Il est sans doute pas seul, et je pense même qu’il doit avoir une bonne centaine d’hommes avec lui, vu la demeure qu’il s’est fait…surtout ici. Débrouille toi, neutraliser sa garde, déjouer ses plans etc. Révèle-toi uniquement si je te fais signe ou si tu vois que c’est nécessaire. Je pense que comme ça on peut le surprendre. Tu en dis quoi ? »

Le manoir ressemblait beaucoup à une forteresse. Une grande porte, qui continuait en muraille tout autour de la propriété. Du ciel, elle formait un hexagone ressemblant étrangement à une petite arène. Il y avait plusieurs bâtiments en étage, des tours de guet dont une centrale et le bâtiment principal étaient construit sur le fond. Ce lieu débordait d’homme et de femme de tous les coins de Nel beraid à la solde du maître des lieux. Miranda pourrait y voir d’ancienne connaissance, amis comme ennemis, mais dont l’esprit serait totalement briser. Le chevalier, lui, pourrait croiser d’ancienne connaissance, du temps où il était gladiateur. Quoi qu’il en soit, Edalion était prêt à en découdre et s’il devait mourir ici, il était prêt à l’emporter avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Jeu 6 Déc - 11:11

Miranda avait toujours été dotée d'un certain talent pour afficher un visage de marbre. C'était probablement dans sa nature mais cela exprimait surtout ce qu'elle était… La jeune femme ne s'octroyait que très rarement certaines libertés et seul Edalion avait pu avoir accès à une partie bien plus libérée et naturelle de sa personne. Là encore, plus qu'à tout autre moment d'ailleurs, le masque de la shaman avait été remis en place, vide de tout sentiment. Pourtant, elle était loin d'être sereine à cet instant alors même qu'ils étaient à nouveau à Malificium, à quelques instants de devoir affronter ce monstre qu'était le Briseur. Elle avait pleinement confiance en son mari, on pouvait même parler d'une foi inébranlable… Ses doutes se portaient sur d'autres éléments. Malgré tout, ils n'allaient être que deux contre, potentiellement, toute une armée. Et, surtout, elle craignait de ne pas être à la hauteur. Et si c'était elle qui était brisée…?

Le décors semblait s'être accordé à ses sombres pensées, sinistre et inquiétant. Mille et une cachettes étaient possibles dans ce canyon, sans compter l'aspect imposant de la demeure de leur cible. Jamais encore la sidhe n'avait au autant conscience de sa faiblesse physique. Cela en devenait presque douloureux… Edalion semblait étrangement à sa place, comme le rayon de soleil nécessaire à puits cherchant à faire fuir les ténèbres. Si quelqu'un devait se dresser devant ce monstre pour l'empêcher de nuire, c'était bien lui. Tout simplement… Mais Miranda, elle, se sentait déplacée, inutile. Pire, elle sentait que si elle ne se montrait pas d'une extrême prudence, il ne faudrait pas beaucoup pour qu'elle devienne une charge et une faiblesse pour son compagnon…


-Ta renommée a depuis longtemps traversé les frontières de Bénécius… S'il est aussi intelligent que tu le dis, il se doute certainement que tu finirais forcément par le prendre en chasse en effet. Il se sera préparé…

Et s'il s'était préparé il y avait de grandes chances qu'il soit mieux informé qu'avec quelques rumeurs. Si elle avait été à sa place, elle aurait fait en sorte d'avoir un maximum d'informations à son sujet. Quels étaient ses points faibles, ses spécialités, ses craintes, ceux qu'il fréquentait… Et elle se serait préparée en conséquences. En cela il y avait une chance que son attaque frontale en prétextant la vengeance puisse fonctionner mais il serait surtout reçu en conséquences… Malheureusement ce n'était pas vraiment comme si ils avaient le choix.

-Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour être un ange gardien efficace mon amour…

La jeune femme eut un sourire avant de déposer un léger baiser sur ses lèvres. A aucun moment elle ne le laissa voir ou sentir ses doutes et ses craintes. Pas un instant il ne se douta de ce qu'elle pensait… Miranda ne mentait pas quand elle disait qu'elle ferait tout ce qui était en son pouvoir. Et si elle devait donner sa vie pour le protéger, elle n'hésiterait même pas une seconde… Mais elle n'était ni une guerrière, ni une rôdeuse. Elle ne savait pas trop comment elle allait parvenir à l'épauler efficacement.

-D'une façon ou d'une autre je serai toujours avec toi. Donc si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à le demander, à voix basse… Le message me sera transmis sans faute.

Juste à gauche d'Edalion, un jeune homme acquiesça doucement. L'esprit ne le lâcherait pas d'un pouce et servirait de messager pour lui… Ce serait un dialogue à sens unique mais cela leur permettrait tout de même d'un peu mieux s'organiser.

-Part devant, je serai ton ombre. Mais reviens moi vivant et entier…

Se haussant sur la pointe des pieds elle embrassa Edalion de façon passionnée. Car si cela devait être leur dernier baiser, autant qu'il reste longtemps dans leurs mémoires. Puis elle se détacha de lui pour le laisser avancer. De son coté, elle devait invoquer un maximum d'esprits…



_________________
Spoiler:
 
Kit par Cirdan, Tektek par Cirdan
Crédits d'image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Jeu 6 Déc - 17:51

Les paroles de sa femme furent, certes encourageant, mais d’un autre côté, Edalion avait l’impression qu’elle n’envisageait pas de revenir. Il ne polémiqua pas sur ce sujet, il lui faisait entièrement confiance afin qu’elle aussi reste en vie, surtout que ce n’était pas le moment de flancher. De toute manière, elle lui mit à disposition un esprit pour lui parler directement, en plus de l’alliance magique, il saura si ’il doit venir l’aider ou pas. Il espérait également qu’elle était consciente qu’à choisir entre lui sauver la vie et attraper sa cible son choix était fait. Il préféra cent fois sauver son futur en dépit de voir son passé lui échapper à nouveau. Alors, comme elle, il profita de l’étreinte qui les unissait. Ce moment aussi court pouvait-il être devint un grand moment, comme si le temps et l’espace n’avait pas eu d’impact sur cette force qu’était l’amour. Puis, ils se séparaient, sachant tous les deux ce qu’ils avaient à faire. Avant de se lancer sur le plateau qui faisait face aux murailles, il se retourna vers sa dame, et comme à son habitude, lui afficha un grand sourire.

« Regarde-moi faire chérie. »

Il lui fit un clin d’œil et s’élança héroïquement vers la porte, sans courir. Chaque pas était décidé et pour lui ils annoncèrent le déclin de briseur. D’un point de vue éloigné, on aurait dit qu’un seul homme faisait face à une armée. Mais dans son esprits, tout était clair à ce moment-là, il n’était pas seul, Miranda était la avec lui et il était hors de questions qu’il se sent seul un instant. A ce moment-là, il se sentait chevalier plus que jamais. Le devoir et l’honneur le guider, alimenter par la force de l’amour de Miranda et la fierté de tout cequ’il avait entreprit jusqu’à arriver devant ce portail. Aucune discrétion, il marcha droit vers la porte, observant des gardes s’alerter et courir dans tous les sens. Les flèches commençaient à pleuvoir. Les chanceuses qui réussirent à le toucher se voyaient heurter contre un épiderme d’acier. La porte s’ouvrit, puis se referma aussitôt laissant juste quatre cavalier charger la cible. D’un simple revers de la main, il envoya une vague de terre sur leur flan les balayant jusqu’au vide. Arrivant à quelques mètres seulement du mur il cria.

« Le Briseur ! Je viens pour toi ! »

Il avança encore un peu, il respira fort, se plaça sur le côté, leva sa jambe et dans un cri de guerre, résonnant dans le canyon, les portes furent littéralement arrachées. Un silence se fit, et il profita de la poussière qui retomba pour entrer et rester sur le seuil. Une fois le voile effacé, il put voir tout une population figé dans l’attente de voir cet intrus qui venait de forcer les portes. Certains le connaissaient, d’autres pas du tout. Les pensées et les regards s’échangèrent, comme si chaqu’un redoutaient de ce qui allait se passer dans les prochaines heures.

En voyant tout ce monde, Edalion ne fut pas pris par la peur, mais par la compassion. Il savait que tous furent briser par le maître des lieux et forgé à sa sauce. Seul lui avait réussi à échapper à son emprise grâce à l’intervention d’un mage blanc qui avait sacrifié sa vie pour le salut du chevalier qu’il était devenu. Alors, d’une voix forte, il leur adressa une ultime, une dernière chance de rejoindre la lumière.

« Je suis Edalion Hélioz, gladiateur du briseur, aujourd’hui chevalier de la justice. Echappez-vous ou rejoigniez moi dans ma lutte contre celui qui nous a volé nos vies ! ou affrontez moi et je vous libérais des ténèbres. »

Il lança son regard vers le balcon du manoir au loin, ou il vit une silhouette qui ne se montra pas totu de suite.

« J’attend… »

Ce mot était adressé à tout le monde, Edalion leva le poing, non pas que pour lui lancer un défi, mais aussi pour prévenir Miranda par son anneau qu’il était en position et prêt à en découdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Ven 7 Déc - 11:04

beaucoup de souffrance était attachée à ce lieu et, au début, les esprits qui furent attirés par elle étaient particulièrement tourmentés. Ils étaient à deux doigts de devenir des spectre hurlant ou bien de banshee. La jeune femme fut profondément attristée de constater combien de personne avait perdu la vie derrière ces murs sans même parvenir à s'en échapper une fois débarrassés de leur enveloppe mortelle. Si elle s'en était un peu doutée, jamais elle n'avait pensé que ce serait à un tel niveau... La sidhe eut quelques difficultés à les apaiser suffisamment pour que son message leur parvienne mais les esprits tourmentés se calmèrent peu à peu, juste assez pour ne plus la gêner. Ils avaient sa promesse qu'elle s'occuperait d'eux une fois le Briseur mis hors d'état de nuire. Mais elle ne pouvait leur réclamer leur aide. Pas encore... Ils étaient encore bien trop perdus et instables pour être fiables... Aussi Miranda poussa son appel plus loin encore, ciblant des esprits qu'elle connaissait et qu'elle savait habitués à ces terres. S'ils mirent un peu plus de temps à venir, ils comprirent immédiatement ce qu'elle attendait d'eux... Environnée d'un petit groupe d'une quinzaine d'esprits, Miranda se mit en mouvement à son tour...

Être l'ombre d'Edalion était étrangement à la fois fort difficile et terriblement facile... Difficile car la shaman n'était clairement pas habituée à se faire discrète à ce point. Facile car le terrain et l'aider et, surtout et avant tout, le chevalier était une diversion d'une redoutable efficacité lorsqu'il agissait de la sorte. Lorsque les flèches s'envolèrent vers lui, elle ne put s'empêcher de craindre pour sa vie... Et même si elle savait pertinemment que ce ne serait pas un petit projectile classique qui le blesserait, elle dévia les traits destinés à son coeur ou à sa tête instinctivement. De toute façon, dans la masse, cela passa inaperçu. Même pour le principal intéressé...

Pendant que son mari faisait les fier à bras devant la porte, ses propres éclaireurs vinrent la trouver pour l'informer qu'ils avaient découvert un endroit par lequel elle pourrait se faufiler sans trop de peine... Laissant Edalion discuter avec les gardes, et une porte qui n'avait rien demandé à personne, la jeune femme s'empressa de contourner une partie de la bâtisse. Elle découvrit ainsi une simple grille destinée à permettre l'évacuation des eaux usées de trouvant dans la cours principale. C'était minuscule et impraticable mais cela lui permettait de voir l'intérieur des lieux. Elle n'eut ainsi aucun mal à se téléporter de points en points, se faisant aussi discrète que les esprits qui l'escortaient.

Le petit fort était riche en hommes et la sidhe n'avait rien pour venir à bout d'une armée... Mais tous ne représentaient pas une menace. L'intervention d'Edalion, ainsi que son discours, pouvait pousser les plus "jeunes" recrues à se retourner contre leur maître ou à fuir. De même, bon nombre d'hommes étaient en cours de rééducation, cloitrés au fond de cellules inconfortables... Et certains étaient tellement brisés qu'ils n'opposeraient certainement aucune résistance à une invasion en règle. Suivant les esprits qui repérés le terrain pour elle, elle finit par atteindre les différentes cellules où le Briseur conservait ses gladiateurs en devenir. Edalion étant parvenu à rameuter tous les gardes vers la porte, la shaman n'eut aucun mal à les atteindre et à s'emparer des clés...


-La liberté est à portée de main...

Chuchotant, la jeune femme déverrouilla chaque cellule en expliquant ce qu'il se passait. Au final ces hommes, et femmes, avaient le choix de fuir ou de rester aider Edalion. Dans tous les cas, même s'ils ne désiraient pas combattre, leur fuite provoquerait un remue-ménage suffisant pour aider le chevalier... Seul un grand costaud resta campé à coté d'elle, silencieux. Visiblement il ne voulait ni s'enfuir, ni rejoindre le mari de sa libératrice. Miranda comprit qu'il allait la suivre et l'aider du mieux qu'il pourrait... Restait à le ramener vivant lui aussi...

Alors que la shaman cherchait à atteindre le Briseur pour désamorcer les pièges ou éliminer certains gardes avant qu'Edalion n'arrive, ce dernier était calmement installé au balcon en train d'observer son ancien poulain provoquer du grabuge. Le Briseur eut un vague mouvement de la main, dédaigneux, donnant ainsi l'ordre à ceux qui lui étaient fidèles de s'occuper de l'opportun...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Ven 7 Déc - 14:33

Durant quelques secondes, tous se toisèrent sans vraiment savoir ce que tout le monde pensaient exactement. Mais on pouvait sentir les cœurs battre et la tension monter. Comme si le combat avait déjà débuter dans les esprits de tous. Malgré sa franchise, tous ne croyait pas le discours du chevalier, croyant qu’il allait se faire prendre comme tout le monde, et qu’il aurait dû rester éloigné d’ici, surtout s’il connaissait le maître des lieux. Il leur fallait donc une preuve, une preuve de sa force et de sa loyauté envers ce qu’il leur disait. Puis le regard d’Edalion se fixa sur le maître en question qui venait d’apparaître sur son balcon. Cette simple image, rendit les lieux complétement vide, comme s’il existait plus que le porteur de lumière et le tourmenteur des ténèbres. Non, il n’avait pas peur de l’affronter, et s’il voulait du spectacle, il allait être servi.

D’un geste de la main, le combat commença. Tous les gardes, les brisés et les fidèles couraient vers le porteur d’espoir, qui lui ne bougea pas d’un poil. Un rocher face à une vague géante. On pourrait croire qu’il allait se laisser faire ou vraiment affronter à lui seul tout une population. Cependant, en regardant son visage de plus près, son regard cherchait quelques choses. Il était en train d’observer chaque individu. Il cherchait un meneur, celui, à qui on obéit sinon on était fouetté durant deux mois. L’avantage d’Edalion, c’est qu’il connaissait le mode opératoire du briseur. Rapidement, il le localisa, un homme de corpulence forte, bordé de nombreux tatouages et de cicatrice. C’était vers lui que le chevalier avança d’un pas très rapide, qu’il se retrouva derrière l’armée avec l’homme désignée. Il tenait le meneur par le cou à une main au-dessus du sol. Un nouveau silence se fit entendre, lorsque l’armée se tourna pour le suivre. Un craquement se fit entendre et le meneur tomba inerte au sol. Cette situation lui rappelait lorsqu’il avait brutalement ôté la vie de Vyxen. Il en tuait un pour ne effrayer cent autres, une tactique qui avait souvent beaucoup d’effets surtout dans ce genre de situation ou beaucoup combattaient à contre cœur.

Le vent tourna, et certains commençaient à se battre pour leur propre liberté, d’autre se plaça au côté de leur sauveur, et d’autre s’enragea à la vue d’un tel meurtre. Le chevalier était satisfait. Dans la cohue, Edalion ôta des hommes et des femmes s’échapper des galeries. Il songea directement à Miranda, elle faisait du bon travail. Jusque-là tout se passa comme prévu. Maintenant qu’il avait séparé l’armée, et qu’il pouvait compter sur la sienne pour retenir l’autre, le chevalier s’éclipsa dans le manoir ou il élimina quelques gardes et courageux. Il se retrouva dans une grande salle de banquet richement garni de trophée de chasse, d’or, de richesse, d’armes décoratives. Encore une fois, au bout de la salle, il vit le briseur se présenter.

« Edalion, tu veux revenir sous mon aile n’es-ce pas ? Oublie-tuque c’est moi qui est fait celui que tu es devenu ? Tu me dois ta puissance. Tes trophées ! Ta liberté ! »

Malgré un entrainement poussé, Edalion s’enragea et fonça sur lui. Mais une silhouette s’interposa et d’un revers de poing, le chevalier fut littéralement éjecter contre le mur du fond encastré dedans.

« Regarde, ce que tu aurais pu devenir si tu serais resté ! te souviens-tu de ton copain de cellule ? Amusez-vous bien… et merci d’avoir user de ton potentiel ici…merci pour lui.»

Le chevalier ressortit du mur, un peu secoué mais pas blessé. Son regard se fixa sur son nouvel adversaire et il n’en croyait pas ses yeux…il s’agissait d’Erik. Un gladiateur qui avait combattu à ses côtés, mais qui n’a pas eu la chance d’être libre. Le voilà devant lui à l’affronter. Le briseur avait profité des exploits d’Edalion devant sa porte, pour copier sa résistance et sa super-force et la transmettre à Erik… Il ne semblait plus lui-même, un véritable pantin. Les deux hommes se foncèrent dedans commençant un combat de titan. Bien qu’il devait se donner à fond pour ne pas perdre, Edalion lui cria dessus, comme pour essayer de le raisonner. Mais ce fut que quelques mots qui sortirent de la bouche d’Erik…

« Rédempteur et destructeur…Pion et renégat… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Mar 11 Déc - 16:48

Il lui était difficile de s'éloigner de la cour alors qu'elle savait qu'ils allaient tous se jeter sur lui. La jeune femme avait parfaitement conscience en les capacités de son mari… Il pourrait résister à plusieurs vague et avait le charisme nécessaire pour qu'une partie des assaillants se retourne contre leur ancien maître… Mais cela ne l'empêchait pas d'éprouver une pointe d'appréhension. le destin pouvait très bien se dresser contre eux et les faire jouer de malchance. Dans ces cas là leurs possibilités seraient forcément limitées. Se glissant dans un des couloirs principaux, elle se força à chasser ces idées noires afin d'être complètement fixée sur son objectif.

L'arrivée d'Edalion avait provoqué une véritable panique dans la forteresse. Plus d'une fois elle dut se glisser dans des recoins, des pièces heureusement vides ou derrière des tentures pour ne pas croiser des gens armés en train de courir pour atteindre les combats à temps. A chaque fois elle devait se montrer discrète, les esprits la prévenant tout juste à temps pour qu'elle ne se retrouve pas nez à nez avec eux. Pourtant elle parvenait à progresser peu à peu vers l'objectif qu'elle s'était fixée.

Pendant ce temps-là le Briseur préparait un comité d'accueil particulier pour le chevalier… Lorsqu'il lâcha Eric sur l'ancien gladiateur, il prit tranquillement la petite porte se trouvant sur le coté, dissimulée par une lourde tapisserie. Ce n'était pas vraiment une fuite et il n'avait même pas chercher à se faire discret… Il avait juste prévu d'autres choses pour son ancien élève, pour lui rappeler le bon vieux temps, lui rappeler la déception qu'il avait ressenti en apprenant sa défection. Et voir s'il pouvait le remettre sur le "droit chemin"… A intervalle régulier, il enclenchait un levier destiné à armer une série de pièges. Il connaissait la toute nouvelle réputation d'Edalion et ne doutait pas qu'il apprécierait… A l'autre bout de ce très long couloir il passa une nouvelle porte qui le mena vers l'un des donjons. Il avait tout son temps pour rejoindre la prochaine pièce, il n'en doutait pas.

Les esprits furent témoins du replis de leur cible, tout comme de la lutte du chevalier, et firent leur rapport à la shaman. La jeune femme établit rapidement ses priorités… Elle devait avant tout épauler son mari. Si ses espions continuaient à garder un œil sur le Briseur, elle ne comptait pas laisser l'homme de sa vie se battre seul contre ce qu'il aurait pu devenir ! Enfin… Il fallait qu'il s 'en sorte seul, pour sa santé mentale en quelque sorte, mais elle n'allait pas pour autant rester les bras croisés. Les coups de pouce discrets ne pourraient que renforcer sa position dominante… Et il fallait aussi qu'elle l'avertisse des pièges et de leur nature. Ils ne pouvaient pas se permettre de laisser l'un d'entre eux s'enclencher…

Miranda arriva aux portes du hall au même instant qu'un petit contingent d'hommes venus prêter main forte à leur maître. Pendant quelques secondes les deux parties s'observèrent, immobiles, silencieuses, surprises de découvrir ce qui se trouvait face à elles. La shaman fut la plus prompte à réagir, faisant glisser un lourd meuble de chêne sur eux avant de tourner les talons. Derrière elle les meubles semblaient prendre vie en se jetant dans les jambes de ses poursuivants. Au moins, tant qu'ils courraient après elle, ils ne cherchaient pas à prendre Edalion par revers.




_________________
Spoiler:
 
Kit par Cirdan, Tektek par Cirdan
Crédits d'image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Mer 12 Déc - 12:17

Le silence était pesant, le bruit sourd de la foule faisait battre la peur et l’angoisse dans les cœurs. La chaleur du sable chaud souillé par du vieux sang envoutait les narines. Les jambes tremblaient, les yeux cherchaient une porte de sortie, une lueur d’espoir. Un derrière l’autre, en rang de deux, les gladiateurs attendaient que les portes de l’arène s’ouvrent. Parmi eux, des jeunes hommes à peine sortit de l’éducation, d’autre étaient des pionniers des arènes, mais seul quelqu’un avaient véritablement l’étoffe d’un guerrier, d’un combattant, peu importait s’ils étaient maléfique ou justicier, là, ils devaient se serrer les coudes pour survivre face à l’adversité. Il y avait quelques chose qui respirait derrière cette grille, le souffle des narines frissonnaient les plus frêles. Lorsqu’elle s’ouvrit, un quart des candidats à la mort se fit faucher par une grosse hache rouillée et quelques autres mangé par l’étrange félin à qui on avait camouflé d’une armure. Le déssépoir était là, et plus la mort s’amusait, plus le public n’était heureux.

Cependant, au milieu de ce chao, deux être sortaient du lot, guidant comme ils le pouvaient le reste des survivants. Dos à dos, Erik et le jeune Edalion faisait face à l’épreuve avec bravoure et courage. Rien ne pouvait les abattre, même les tromperies et les tricheries des jeux. Car dans l’arène quand on croyait qu’il y en avait plus, il y en avait encore. Quand un mettait le genou à terre, l’autre le protégeait et le relevé. La force, leur présence faisait reculer les plus féroces. Petit à petit, une organisation militaire se mit en place avec les survivants. Mouvements coordonné, protection assuré. Le duo gagna la foule et leurs vies. Le public voulait en voir plus, la mort de ces deux gladiateurs ôterait l’intérêt des jeux. Mais chaque jour passèrent et chaque combat furent plus rude et éprouvant. Mais ils tenaient bon !

Jamais, l’un comme l’autre avait imaginé ou même envisagé qu’un jour ils ne seraient ainsi ennemis. Là, dans cette salle, le combat entre les anciens frères d’armes faisait tellement rage que tout le meubles furent détruit, les murs ressemblait à un gruyère, les coups étaient si puissant que la salle trembla lorsque ces deux forces s’entrechoquaient. Personne ne pouvait vraiment dire qui avait l’avantage. A chaque minute, le sort du combat désigné un autre vainqueur. Edalion ne remarqua même pas les efforts de sa bien-aimée qui avait neutralisé des renforts. La seule différence entre ces deux hommes, c’était qu’Erik ne semblait pas avoir d’état d’âme comme si son cerveau avait était manipuler. Edalion lui, ne se donnait pas à fond car son adversaire était comme son frère et le tuer n’était pas envisageable, même si il commencer à y penser, mais vraiment à contrecœur. D’ailleurs, le combat semblait toucher à sa fin. Edalion dans un cratère creusait par le combat. Erik était debout à côté de lui appuyant sur le cou du chevalier avec son talon.

« Erik…fais…pas…ça !!! »

La voix d’Edalion s’étouffa petit à petit avec sa force qui diminuait également. Erik, prit une lame qui trainait près de lui et leva pour achever son adversaire. Le chevalier semblait fait, mais il songea à Miranda, tout ce qu’il représentait et le poids de son passé, l’impact de cette époque qui semblait l’empêcher d’aller plus loin. Pour sauver Erik, il fallait détruire le briseur une fois pour toute. Lorsque l’attaque fusa sur Edalion, le destin en décida autrement. Le chevalier fut comme absorbé par le sol avec le pied et la lame d’Erik qui semblait être pris au piège dans la pierre. Commandant la pierre, Edalion réapparut quelques mètres devant son adversaire, un genou à terre, se tenant le cou respirant fortement. Durant ce moment d’inactivité pour les deux, un sentiment naquit dans l’estomac d’Edalion, la colère d’un chevalier, d’un justicier, l’aida à se relever petit à petit. Le briseur avait fait l’erreur de s’en prendre à la personne de trop. Tremblant de rage et de puissance, le chevalier partit en super-vitesse vers Erik, il se baissa, usant de toute sa puissance, il exécuta un uppercut tellement fort qu’Erik traversa le plafond, jusqu’à être éjecté du bâtiment. L’endroit de son atterrissage resta un mystère. Edalion se pressa de rejoindre le couloir ou Miranda se trouvait, mais aussi la ou le briseur s’était échapper. Sauf qu’une fois arrivé, il tomba à genou laissant couler des larmes de rage, serrant les poings très forts. Avoir dû, selon lui, détruire son frère fut comme un coup de grâce pour son mental et sa colère augmenta envers son ancien maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Mer 12 Déc - 16:35

S'occuper de tout un contingent était un peu plus difficile que ce à quoi la jeune femme s'était attendue. Après tout il s'agissait d'hommes surentraînés et qui avaient perdu tout sens commun. Poursuivre une frêle créature qui n'avait absolument pas l'air belliqueuse pour l'occire ne semblait pas du tout les déranger. La galanterie était vraiment une qualité en voie de disparition… Mais elle n'allait certainement pas se rouler en boule dans un coin en attendant la mort. Prendre la fuite n'était pas vraiment de la lâcheté mais plus une stratégie adaptée à sa personne. Elle n'était pas Edalion… Elle ne pourrait jamais leur tenir tête dans un face à face selon leurs règles. Alors elle retournait leur terrain si familier, qui aurait du leur apporter un réel avantage, contre eux. Chaque élément potentiellement mobile devenait un danger, une arme. Ses poursuivants tombaient, les bancs ou les tables basses venant se jeter dans leurs jambes. Certains se retrouvaient empêtrés dans les tapisseries qui les étranglaient à moitié. D'autres heurtaient violemment une porte qui venait de s'ouvrir brusquement sans raisons. Certaines torches s'envolaient pour venir frapper les gladiateurs, les enflammant même. Mais le pire restait les armes d'apparat qui avaient le fort bon goût d'avoir été exposés sur les murs. Au fil de sa course le monde semblait perdre la raison derrière elle et le nombre de ses poursuivants baissait peu à peu…

Au final la normalité revint prendre possession du couloir. Les meubles restèrent où ils étaient, ainsi que les armes, mais les tapisseries retombèrent sur les corps, masquant avec un peu de dignités les restes de ce qu'auraient du être les renforts… Légèrement essoufflée, la jeune femme attendit de voir les esprits de ses anciens adversaires disparaître, gage d'une meilleure sécurité pour elle. Cela lui permit de se reprendre, sa petite course l'ayant tout de même fatiguée… Mais les bruits en provenance du hall n'avaient rien pour la rassurer. Par principe, la shaman ne pouvait pas vraiment s'immiscer dans ce combat. Ici, elle ne pouvait que jouer le rôle de soutien… Parce qu'Edalion avait besoin d'en finir avec tout cela lui-même. Pour pouvoir complètement clôturer ce chapitre de son passé…

Lorsque Miranda revint enfin vers l'homme dont elle partageait la vie, elle fut effondrée par ce qu'elle découvrit… Le cratère, le trou dans le toit, la salle complètement ravagée… La violence du combat avait du être phénoménal… Et au milieu de tout ça, Edalion, prostré, tremblant de rage. Estimant qu'ils pouvaient bien prendre quelques secondes, la jeune femme approcha doucement, bien face à lui pour qu'il puisse la reconnaître avant de s'agenouiller face à lui. Elle lui releva doucement le visage, embrassant avec délicatesse chacune de ses paupières avant de le prendre doucement dans ses bras. C'était un peu comme si un souffle d'air avait essayé d'enlacer une montagne. Encore tremblant de rage, plein d'un désir de tuer l'homme qui venait d'encore un peu plus le faire souffrir, elle avait l'impression d'étreindre un rocher presque inaccessible et qu'il serait capable de la briser sans s'en rendre compte. Mais cela ne l'empêcha pas d'y mettre tout son amour.


-Calme toi mon amour… Il cherche à te faire mal, à te briser à nouveau… Il ne comprend pas qu'il t'a donné la chance d'enfin libérer cet homme…

La shaman ne savait rien d'Eric, elle comprenait juste que ce combat avait plus touché le chevalier que de normal. L'inconnu devait être un fantôme de son passé, de ceux qu'il avait du abandonner derrière lui quand il avait eu la chance de prendre sa liberté… Alors qu'elle essayait de rationaliser la situation, de l'apaiser, de l'aider du mieux qu'elle pouvait, en le serrant dans ses bras, elle fit un simple mouvement de la tête à l'un des esprits les entourant. Il acquiesça doucement et disparu, partant à la recherche d'Eric, qu'il soit mort ou vivant… Enfin, Miranda se détacha légèrement de son chevalier afin de pouvoir lui parler en le regardant dans les yeux.

-Je sais que c'est dur mais nous devons continuer… Viens…

La shaman se releva doucement, essayant de faire en sorte que son aimé en fasse de même. Une fois qu'elle fut certaine qu'il était sur ses pieds, elle se dirigea vers l'endroit où avait disparu le Briseur, découvrant la porte dérobée. Lorsqu'elle l'ouvrit, la lumière pénétra dans le couloir et la jeune femme put enfin voir en quoi consistait le petit plus des pièges de celui qu'ils traquaient…

En ouvrant la porte, la jeune femme avait activé tout un système à retardement. Ce système avançait tout le long du couloir, commençant à son niveau pour la partie gauche mais depuis l'autre porte depuis la partie droite. Ces deux mécanismes n'étaient pas visibles mais clairement audibles. Quant à leur fonction… La dizaine de prisonniers, bâillonnés et enchaînés de chaque coté du mur laissait une bonne idée… Ils étaient clairement terrifiés. Miranda se retourna vers le chevalier, clairement paniquée…


-Edalion !!

Ils n'avaient que quelques secondes pour leur éviter une mort certaine. Et elle ne parviendrait pas à faire cela seule…



_________________
Spoiler:
 
Kit par Cirdan, Tektek par Cirdan
Crédits d'image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Mer 12 Déc - 18:20

« Il y a des choses qu’on ne peut changer, mon fils. Mais jamais il ne faut perdre espoir et se laisser emmener dans le tourment du malin, un cercle vicieux qui te conduira fatalement à une issu douloureuse. Alors, mon petit Edalion, ne te rend pas coupable des choses que le destin à supprimer. Prête aux morts, à tous ceux qui ne peuvent pas défendre et de vivre, d’exister dans tes mots et tes gestes. N’oublie pas que la mort n’est pas une fatalité pour tous. Elle nous prend tous, mais c’est à toi de choisir comment tu veux y arriver. Offre à tous ce qui croit en toi une vie qui pourront respecter, et une mort qui ne pourront oublier. Ce que l’ont fait dans sa vie, résonne dans l’éternité… »

Edalion serra son père très fort avant de descendre de ses genoux et d’aller voir sa maman pour qu’elle essuie son visage du passage de ses larmes. Les cauchemars l’avaient atteint. Un enfant songeant dans le sommeil à la mort de ses proches. Devant sa mère, il tendit les bras pour qu’elle le porte et le posa assit sur un meuble pour qu’il soit à sa hauteur.

« Tu sais mon chéri, ton père à raison, et ce qu’il ne t’a pas dit, c’est que tu trouveras toujours quelques soit la situation, un objet ou une personne qui t’aidera à avancer. Regarde ton père et moi, on arrive mieux ensemble que si on était tout seul. Peut-être qu’un jour tu rencontreras une fille toi aussi, un si beau jeune homme ne peut pas rester tout seul. Non ? »

Edalion se mit à rire avec une main devant la bouche pour masquer une gêne et de bafouiller quelques mots.

« Pff, une fille…j’sais pas…c’est bizarre nan ? »

L’enfant et sa mère se mirent à rire, puis le parent envoya son enfant au lit, mais avant que celui-ci s’éclipse dans sa chambre. Il regarda sa maman et avoua.

« Tu sais maman, si je dois vivre pour une fille, j’espère qu’elle sera belle et gentille comme toi ! »

La femme lui sourit, une fois celui-ci au lit, elle marmonna qu’elle priait pour que jamais il soit seul

Alors que la rage le prenait, une rage presque familière à celle que lui avait procurée son œil. Il sentit Miranda près de lui. En souvenir de ses parents, il se leva et l’enlaça très fort. Il était persuadé que Miranda, était la fille dont parlé sa mère lorsqu’il avait sept ans. Pour lui, elle était comme un phare dans la nuit pour un bateau égaré, un filet pour l’artiste qui vient de tomber du fil. Au fur et à mesure des mots qu’elle prononçait, il réussit un calmer la rage qui l’animait. Elle avait raison, il fallait continuer.

« Je t’aime ma chérie, mais il faut en finir avec celui-là, pour ceux qui sont en train de se battre dehors, pour ceux qui sont tombé, et pour moi. Aller ! »

Edalion semblait vouloir motiver sa bien-aimée alors que ses mots s’adressaient plus à lui-même. Alors que la shaman se lança sur la trace du briseur. Edalion observa un peu sa tenue et son état. Il était amoché, mais il pouvait encore faire mal, pour être à l’aise, il retira son armure qui était toute cabossé et troué. Se retrouvant en tunique sans manche avec son épée à la ceinture. Pour la suite, il faudra qu’il puise sa force dans ses derniers retranchements. Il le fallait, il ne comptait pas repartir en sachant que le briseur était encore en vie.

Lorsqu’il arriva à sa femme qui venait de prononcer son nom, il se retrouva devant une scène de terreur. Un mécanisme semblait avoir enclenché les étaux des vingt prisonniers qui se trouvaient contre les deux murs, dix par mur. S’ils ne faisaient rien, ils seraient tous écarteler vivant. Le chevalier se lança dans la pièce afin d’empêcher ce massacre. Mais son état l’empêchait d’agir très rapidement. Le couple commença par les détacher comme ils le pouvaient. Mais Edalion se rendit compte qu’ils n’allaient pas assez vite. Les derniers prisonniers commençaient à sentir leurs bras et leurs jambes tirés. Le chevalier lâcha tout et observa le plafond, puis le sol. Il se dépêcha d’arriver à un point précis dans la salle et enfonça son bras dans les dalles du sol et ressortit avec un pignon en main de la taille d’un bouclier. Soudain, les jambes ne tiraient plus et les prisonniers étaient uniquement tirer vers le haut. C’était une demi-victoire, cela lui laissa quelques secondes pour trouver l’autre au plafond. Et en faisant de même de l’autre côté de la salle, ils purent libérer tout le monde.

« Ce mécanisme, je le connaît bien. C’était comme ça qu’il punissait ceux qui ne voulaient pas obéir. Durant la douleur, pour être épargner, il fallait réciter une phrase en continue. « Je souffre pour vous et dans mon ignorance, je vous ai fait du mal, je ne suis qu’un misérable et votre grandeur m’ouvre les yeux ». … »

Edalion avait répété cette phrase comme s’il s’agissait d’un ver de tragédie. Et il épargna de lui avouer combien de fois, il a dû répéter cette phrase, pour avoir osé tenter la bravoure afin de sauver d’autres gladiateurs. Voulant clore le sujet, il s’éclipsa dans la prochaine salle qui était des salles en colimaçon amenant au donjon et à la terrasse du toit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Jeu 13 Déc - 10:09

La jeune femme était effarée par la cruauté dont faisait preuve le Briseur… Il n'avait visiblement aucun respect pour ces malheureux qui faisaient office de simple provocation. Le piège n'était même pas destiné à les entraver eux, elle le comprenait maintenant… C'était uniquement une torture mentale destinée au chevalier qu'était devenu son ancien gladiateur. Jusqu'à maintenant elle n'avait pu faire que des suppositions en se basant sur ce que lui avait raconté son mari. Mais cela ne l'avait pas suffisamment préparée à cette réalité. Cet homme était tout simplement un monstre… A ces malheureux vivants tourmentaient s'ajoutaient ceux qui n'y avaient pas survécu. Elle avait fait en sorte d'en attire un maximum à l'extérieur mais la présence de ceux qui étaient encore trop attachés à ce lieu lui était presque intolérable. Si elle n'y prenait pas garde, ils venaient sans cesse la déconcentrer en lui susurrant les choses atroces qu'ils avaient vécu ici…

Si Edaion répondait à la situation par une rage grandissante, il n'en allait pas de même pour la jeune femme qui se sentait plutôt dépassée. Elle avait presque l'impression que le simple fait de rester longtemps ici la souillait peu à peu. Il faudrait qu'elle prenne un peu de temps pour elle une fois qu'ils en auraient fini, afin de se ressourcer, de se calmer et de faire le vide dans sa tête. Sinon elle serait certainement hantée par toutes ces images et ces murmures… En attendant le piège la dépassait complètement. Elle n'avait ni la célérité nécessaire pour pouvoir libérer tous les prisonniers, ni la force suffisante pour arracher leurs entraves. Pire, la certitude que c'était elle qui avait déclenché le piège était en train de lentement s'insinuer en elle… si ces pauvres gens mourraient, ce serait entièrement sa faute…

Alors même qu'elle appelait le chevalier, la shaman se jeta sur le prisonnier le plus proche, essayant de tirer sur ses entraves pour le libérer… Rien ne bougea et la jeune femme sentit la panique monter d'un cran tant chez elle que chez les condamnés. Il lui fallut quelques secondes pour que son cerveau paniqué se souvienne qu'elle avait d'autres atouts que la force physique. Elle se remit à tirer sur les attaches, usant alors de sa télékinésie pour augmenter la pression qu'elle mettait dessus. Dans un crissement de métal, elle commença à parvenir à ouvrir les entraves. Quand elle parvint à libérer le premier homme, Edalion en avait fait plus du double… Mais même ainsi, alors que le malheureux prenait la fuite, elle comprit qu'il ne parviendraient jamais à tous les sauver…

La mort dans l'âme, la jeune femme redoubla d'efforts pour en libérer un maximum de son coté, s'écorchant les doigts, retournant ses ongles… Alors qu'un deuxième homme quittait le mur des tortures, Edalion prouvait à quel point il parvenait à garder son sang froid dans de telles situations. Usant de son contrôle de la terre, il fit en sorte d'atteindre directement les mécanismes pour faire cesser l'écartèlement des victimes. Il y eut une vague de soupirs de soulagement auxquels la jeune femme se joignit avant d'entreprendre de libérer les derniers prisonniers, déjà nettement moins paniquée qu'avant… Ce que lui avouait le chevalier lui faisait profondément mal… Il fallait vraiment qu'ils mettent ce monstre hors d'état de nuire. Alors que le dernier supplicié prenait la fuite, elle rejoignit son mari et lui serra brièvement l'épaule en signe de soutient. 

Encore absorbé par ce qu'il venait de dire et la rage qui le poussait toujours plus en avant, il ne remarqua pas que la jeune femme ne lui avait pas immédiatement emboîté le pas… Restée seule dans le couloir elle chancela brusquement avant de se retenir au mur le plus proche. Elle ne devait pas flancher, pas maintenant, elle se l'interdisait formellement. Pourtant, elle voyait sa main trembler… Durant une poignée de secondes elle se força à fermer les yeux et à prendre de longues inspirations. C'était un peu comme si l'on essayait de rationaliser un cauchemar, de prendre suffisamment le dessus pour passer de spectateur impuissant à acteur… Sans cela elle serait un poids mort pour son mari et le mettrait grandement en danger. Sur une dernière expiration, la shaman s'élançait dans les escaliers en colimaçon à la suite d'Edalion quand elle se sentit brusquement tirée en arrière…

La pièce où arriva Edalion était circulaire, la dernière disponible avant d'atteindre la terrasse. Il pouvait même voir l'échelle de l'autre coté de la pièce. Pièce étrangement vide mais irradiant littéralement la magie. Rien ne se passa pendant quelques secondes puis  les dalles crèmes du sol se mirent à vibrer avant que toutes les lettres de l'alphabet n'y apparaissent. Puis une vierge de fer apparut au fond de la pièce… Juste à coté se tenait un homme frêle au teint olivâtre, un peu voûté comme s'il avait passé sa vie à faire la courbette à d'autres. Son sourire était malsain alors qu'il observait le chevalier…


-Mais ne serait ce pas là le retour du fils prodigue? Comme c'est intéressant…

Il se frotta les mains avant d'écarter légèrement la porte de la vierge de fer, révélant un éclat de tissu bleu, comme la tenue de Miranda.

-Et il n'est pas venu seul. Un présent pour le maître peut-être? Dans l'espoir qu'il le reprenne?

Quand bien même Edalion aurait voulu s'élancer au secours de la personne prisonnière de la vierge de fer qu'il n'aurait pas pu. La pièce n'autorisait qu'une seule forme de magie, celle du mécanisme de son piège. S'il cherchait à avancer sans autorisation, ou le bon mot, non seulement il rencontrerait un mur invisible mais la vierge refermerait son piège mortel sur son occupant… La seule façon de faire était d'avancer lettre par lettre en épelant le mot de passe. Mot qu'il ne connaissait pas… Du moins pas encore.

-Des chemins qu'on ne peut emprunter

Des forets sans arbres aucun

Des rivières qui ne coulent pas

Des villes sans maisons…

Qui suis-je?






_________________
Spoiler:
 
Kit par Cirdan, Tektek par Cirdan
Crédits d'image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Jeu 13 Déc - 11:08

Le chariot avançait doucement vers la cité blanche, venant de Naturalia la famille Hélioz livrait les premières récoltes de la saison. Les parents étaient assis devant, Edalion, lui, était derrière, parmi les marchandises contemplant le paysage et saluant la moindre personne qu’ils croisaient. Lorsqu’il vit un individu triste et presque mauvais, il lui fit un grand sourire, comme si sa vertu aller s’étendre un peu dans le cœur de cet homme qu’il jugeait malheureux. Le petit adorait voyager, rencontrer du monde, apprendre un peu plus sur ces recoins. Et ce fut à cet instant qu’il vit pour la première fois un duo de chevalier les dépasser en tout hâte pour disparaître à l’horizon. Bien que leur destrier couraient vite, Edalion à eu le loisir de les contempler de haut en bas. Il en était bouche-bée et la seconde d’après, il harcela son père de questions sur les deux hommes en armures qu’ils venaient de croiser. Le paternel faisant preuve d’une culture et d’un savoir forçant l’admiration de sa femme et de son fils. Il lui récita le code de la chevalerie, et indiqua qu’un chevalier devait faire preuve de retenu et de contrôle de soi. Dévoués au peuple, ils doivent protéger les plus faibles. A cet instant, on pouvait voir dans les yeux du jeune garçon une destinée qui se traçait, bien qu’il ne savait pas qu’une terrible épreuve lui tombera dessus avant que son honneur soi reconnu.

De retour dans la nouvelle salle que présentait le donjon, le chevalier avait mis un genou à terre se tenant la tête à nouveau. La confusion le gagnait ainsi qu’un mal de tête affolant. Voilà que sa rage avait conduit sa Miranda dans un piège grotesque et vicieux. La culpabilité le gagnait, alors qu’il voyait sa femme à la merci d’un serviteur du briseur. Comment voulait-il qu’i les concentre avec une tel colère en lui. Mais la torture était le maître mot dans cette demeure. Dans les première secondes de l’énigme, le chevalier s’avoua vainque, il voulait échanger la liberté de Miranda contre sa nouvelle captivité. Miranda n’avait rien à voir dans l’histoire et elle était encore moins un présent pour le briseur. Puis il regarda son alliance en songeant à elle. Il y déposa un baiser la serra contre son cœur. Il ferma les yeux et fouilla tous ses souvenirs avec elle.

Alors qu’on pouvait le voir totalement abattu, dans son esprits, là ou régnait la confusion et la colère naissait une lumière repoussant petit à petit les nuages sombres. La shaman était sa femme et il n’avait pas le droit de baisser ainsi les bras. Les souvenirs des mots de son père lui rappela qu’il avait le droit d’être en colère, mais il fallait savoir la gérer et la diriger vers la bonne personne et jamais contre soi-même. Sa respiration ralentissait, et petit à petit, il se releva une nouvelle fois face à l’adversité. Une posture droite, un visage neutre, un regard perçant les yeux de sa cible. Les paroles de sa femme lors de l’entrainement lui revint à l’esprit, lui, il était la lumière balayant les ténèbres sur son passage, si lui n’arrivait pas à le faire, personne ne pourra le faire. L’esprits du chevalier Hélioz était de retour. Faisant preuve d’un sang-froid à couper le souffle, il se dirigea vers des lettres, sans hésitation. Une fois le mot composé, il le prononça d’une voix forte et puissante.

« Tu es le cauchemar ! »

Il se tenait à nouveau à sa place attendant le résultat. Il serra la main de son alliance et répéta dans sa tête que tout allait bien, qu’il était là pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Jeu 13 Déc - 16:04

Edalion se positionna sur la première lettre, le C… Il y eut un léger déclic mais rien ne se passa d'autre. Il alla ensuite sur le A, provoquant un nouveau déclic et quelques instants de calme. Pour l'instant, tout allait bien et l'homme voûté semblait un peu mal à l'aise, ne cessant de se manger la lèvre intérieure, visiblement inquiet. Puis le chevalier sauta sur la dalle U. Il y eut un nouveau déclic, quelques secondes de calme et, alors qu'il allait se diriger vers le C le plus proche, l'une des deux portes de la vierge de fer se referma dans un fracas sinistre. L'instant suivant un hurlement féminin explosait dans la salle provoquant un reniflement plein de suffisance de l'homme voûté.

-Et non… La réponse n'est pas le cauchemar…

Secoué d'un rire silencieux, l'inconnu alla vérifier la vierge de fer. Le chevalier ne pouvait rien voir de son contenu alors qu'il regardait à 'intérieur à l'aide de la seconde porte, qui n'était pas encore fermée, mais il pouvait entendre une sorte de gémissement de douleur bas. Puis il se retourna vers Edalion, tout sourire, visiblement ravi de ce qu'il venait de constater. Le bout de ses doigts étaient poisseux de sang…

-Et contre toute attente, vous avez une seconde chance !! Il faudra la remercier hein?

L'homme retourna à sa place, se frottant les mains comme s'il réfléchissait, ses yeux perçants et reptiliens posés sur le chevalier.

-Vous m'êtes bien sympathiques tous les deux !! Ah, ma gentillesse me perdra !! Je vais rester sur cette première énigme… 
Des chemins qu'on ne peut emprunter
Des forets sans arbres aucun
Des rivières qui ne coulent pas
Des villes sans maisons…
Qui suis-je?


Les dalles semblèrent se mélanger à nouveau, lui présentant les différentes lettres de l'alphabet. sous la vierge de fer un liquide rouge et poisseux commençait à doucement se répandre en une flaque brillante. L'homme sembla le remarquer, fronçant les sourcils de désapprobation non pas à cause de l'échec d'Edalion mais plus pour le ménage que cela allait occasionner. Dans la main du chevalier l'alliance était terriblement silencieuse, sa magie étant elle aussi bloquée par la pièce. Il lui était donc impossible de connaître l'état de santé exact de sa bien-aimée, et encore moins communiquer avec elle. Si elle pesait lourd à son doigt ce n'était que par sa valeur symbolique…

-Alors? Dernière chance !!?

 




_________________
Spoiler:
 
Kit par Cirdan, Tektek par Cirdan
Crédits d'image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Jeu 13 Déc - 17:03

Edalion se laissa faire sans broncher, alors que jusqu’à maintenant i les débattait pour rejoindre ses parents. La vue de ses parents abattus telle du bétail qu’on avait en trop. Sur le cheval des assassins, le jeune garçon regardait dans le vide ne sachant que faire, mais surtout, n’ayant plus gout de vivre. Alors qu’il voudrait crier, se débattre, serrer ses parents une dernière fois et peut être se réveiller et s’apercevoir qu’il s’agissait d’une pensée endormie. Mais non, il resta de marbre sans dire un mot, se laissant faire jusqu’à sa prochaine destination. Edalion avait involontairement compartimenté son esprit, enfermant son enfance au fond de sa tête. Et malheureusement, cette porte fut oubliée, perdue, close à jamais. Un nouveau foyer l’attendait, un nouveau parent, une nouvelle famille. Seuls les valeurs de vie de ses parents resta en lui, cette étincelle qui lui avait permis de surmonter toutes les épreuves.

Un frisson parcourut le corps du chevalier lorsqu’il sut qu’il s’était trompé, et plus encore lorsqu’il entendit ce son féminin si familier. En temps normal, Edalion aurait forcé le passage jusqu’à la vierge, sans savoir ce qui allait l’attendre. Mais là, son visage ne changea pas. Le rire du serviteur fut comme une vague d’eau contre une digue. Sa respiration était lente et contrôlé. Son cœur battait paisiblement. A croire qu’il était devenu insensible à tous émotions ou sentiments extérieur. Le briseur ne faisait que semer les graines de sa défaite et son serviteur était en train de prononcer ses dernières énigmes, qu’à la moindre ouverture, le chevalier fondrait sur lui. Edalion avait tout simplement compartimenté son esprit, enfermant son humanité derrière une porte qu’il avait fermé. Le gladiateur qui résidait dans son esprit depuis toujours venait de disparaître définitivement pour faire place à un chevalier aussi redoutable que juste. La vue du sang qui coulait de la statue ne faisait qu’accroitre sa force et sa détermination.

« Très bien, je tente à nouveau. »

Le chevalier se dirigea à nouveau vers les cases lettrées et épela chaque lettre une par une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Ven 14 Déc - 8:22

Observé par l'homme au sourire de chat, le chevalier essaya une nouvelle fois, commençant à marcher sur les lettres afin de former le mot catastrophe. A nouveau le C et e A ne posèrent pas le moindre soucis… Mais dès qu'il eut posé le pied sur la lettre T, la seconde porte de la vierge de fer se ferma lourdement. Il n'y eut pas de cri cette fois-ci, juste le claquement sinistre bientôt suivi par un soupir faussement désolé émanant de l'inconnu…

-Ooh… Je pensais vraiment que vous y parviendrez. A croire que vous n'êtes finalement bon qu'à tuer les gens. Je pensais que votre séjour loin de nous vous avez un minimum changé. Il faut croire que non finalement.

Il eut un haussement d'épaules avant de tapoter la vierge de fer. La pièce fut brusquement plongée dans le noir le plus complet, des ténèbres assurément magiques car tous les repères d'Edalion étaient brouillés. Les sons semblaient venir de partout à la fois, et s'il s'était mis à courir, il ne serait parvenu à atteindre aucun des murs.

-Bon, c'est pas tout ça mais j'ai du pain sur la planche moi. Maintenant que je sais ce qu'il en est à votre sujet, je vais aller confirmer ce que pensait le Briseur à votre sujet. Et lui porter ce petit présent…

La normalité s'installa à nouveau dans la pièce, rendant ses sens au chevalier. La salle était complètement vide et les dalles avaient retrouvé leur aspect homogène et vierge. Seul indice présent dans la pièce signifiant que le chevalier n'avait pas cauchemardé tout cela, l'emplacement de la vierge de fer était encore marqué par une flaque de sang poisseux et les traces de l'engin de torture sur l'extrémité de la dite flaque. Un simple regard vers le fond de la salle permettait de voir que la trappe menant au toit était désormais ouverte…

Le Briseur attendait calmement l'ancien gladiateur sur le toit… Il lui avait réservé une petite mise en scène macabre comme lui seul savait le faire. Quand i atteindrait la terrasse, il trouverait son adversaire prêt à en découdre. Mais de l'autre coté, près du Briseur, il pourrait voir un corps supplicié de femme habillée de bleu, les pointes cruelles de la vierge de fer ayant fait naître des rosaces écarlates un peu partout. Cela faisait un moment qu'elle n'était plus en état de redresser la tête et le rideau noir de ses cheveux empêchait de voir son visage…

L'adversaire d'Edalion se tenait tout proche d'elle, comme un soupirant parlant à sa dame. Il attendrait de voir le chevalier pour se pencher légèrement vers elle et lui souffler quelques mots…


-Voyez donc qui est là ma mie… Ne vous inquiétez pas, s'il vous a abandonné, je ne ferai pas la même erreur que lui…

 




_________________
Spoiler:
 
Kit par Cirdan, Tektek par Cirdan
Crédits d'image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Ven 14 Déc - 15:24

Edalion avait à nouveau échoua, ce qui semblait sceller le sort de la personne qui se trouvé dans la statue. Encore une fois, aucunes émotions, aucuns sentiments animèrent le visage ou le corps du chevalier. Il regarda juste autour de lui lorsque la pièce se métamorphosa pour redevenir une pièce tout aussi banale qu’avant sa venue. Seul dans la salle, Edalion avança en marchant vers la prochaine épreuve sans dire un mot, sans prêter attention à ce qui pourrait y trouver. Dans sa tête, Miranda pouvait déjà avoir rejoint l’au-delà. Un bien triste sort pour lui, un chevalier condamné à errer en justicier sans jamais récupérer son humanité. Mais, une lumière persistait dans son cœur, mais surtout, il connaissait l’auteur de ces pièges. La shaman était la quelques part, et le maitre des lieux s’en servira encore contre lui. La seule motivation du briseur était de récupérer le gladiateur et de briser le chevalier, à n’importe quel prix.

Le face à face arriva enfin. Edalion était la sur le toit face à son ancien mentor. Comme il le pensait, sa bien-aimée était là, en mauvaise état, mais elle était vivante. Son alliance, avait repris vie, même si elle semblait bien mal au point. Avant, pendant et après la provocation du briseur en parlant à Miranda, Edalion ne le quitta pas des yeux une seule seconde. Le chevalier était sûr de gagner. Son maitre semblait le savoir aussi, comme si c’était écrit sur leur visage. D’une voix forte et puissante, le chevalier prononça un avertissement.

« C’est aujourd’hui que tu meurs. Au nom de la justice, je ne peux pas te laisser en vie, trop de gens en souffriraient, comme tous ceux qui sont passé ici jusqu’à maintenant. Tue ma femme, tu peux me tuer également, mais quelques soit la fin de cette journée, tu ne reverras pas le soleil se lever. Je suis le Chevalier Hélioz et je te condamne à mort ! »

Un grand silence se fit, rien ne semblait pouvoir empêcher cette réalisation. Mais le briseur se mit à rire de vive voix, comme s’il venait d’assister à un spectacle, une comédie. Un sourire au coin des lèvres, son seul désir était de le provoquer encore et toujours, alors il leva sa main pour gifler Miranda, mais le poignet d’obéissait plus. Il commença à grogner juste avant de se prendre sa propre gifle et de tomber au sol.

« C’est moi ton adversaire. »

Edalion s’approcha en marchant, son œil gauche libérait de son bandeau. Pour le briseur, il commençait à prendre la situation plus au sérieux. Il se releva et courut face au chevalier. Un terrible combat débuta sur le toit du donjon. Copiant chaqu’un de ses dons, le briseur devint le miroir parfait d’Edalion, mais en beaucoup plus vicieux. A plusieurs reprise, le chevalier du s’interposer entre une attaque et Miranda pour la protéger. Edalion était plus direct, plus observateur, obligeant son adversaire à rester sérieux et prêt à encaisser. Les combats dans la cours avaient cessé, tous assistaient à l’affrontement qui pourrait sceller à jamais le destin des captifs et des soldats. Et d’un coup, Edalion sentit une brulure au visage, il tomba sur un genou tout en tenant son œil gauche. Une douleur si forte apparut mais elle était familière. Le briseur s’approcha de lui épée au poing prêt à frapper. Il avait réussi à atteindre l’œil blanc avec des lames de pierre.

« Remercie-moi Esclave ! Aujourd’hui je te rends ta liberté ! Va rejoindre papa et maman ! »

Le coup descendit sur Edalion, mais ne le toucha pas. Le briseur fut littéralement projeter contre le bord du plateau. Ne sachant pas ce qu’i ls’était passé, lechevalier leva son visage, sa vision se troublait à cause de la douleur. Il reconnut la silhouette, mais ne pouvait pas y croire. Erik se tenait là. Il venait de le sauver et il était en train de lui tendre la main pour l’aider à se lever. Le chevalier saisissait cet aide.

« Je vois que tu arrives à remettre les idées en place. Mais à présent, laisse-moi t’aider à en finir avec lui ! »

Ravi de cet alliance du passé, les deux hommes étaient prêt à en découdre. Mais le briseur se remit debout, doucement, la colère pouvait se sentir chez lui. Il se mit à crier.

« je vais vous enterrer ! Tous ! »

La tour se mit à trembler. Usant du pouvoir d’Edalion qu’il avait copié, il avait l’intention de faire disparaitre son manoir en entier. Edalion regarda Miranda du coin de l’œil, de longue seconde, comme si cet instant lui donna un choix à faire, un choix qui pourrait faire balancer le destin de beaucoup. Puis, il passa sa main sur son visage marqué par un œil détruit.

« Va-t’en ! Prend Miranda avec toi et protège là, et surtout, empêche-la de revenir. »

Erik ne comprit pas les propos de son frère d’arme. Il voulut une explication, mais il ne la reçu jamais. Les combattants de la cour se mirent à fuir comme ils pouvaient alors que les remparts s’écroulaient sur eux. Mais chaque destins ouvert à la mort fut interrompu par l’intervention d’Edalion. Depuis la tour, il avait lancé son emprise sur tout le manoir tout comme le briseur. Il voulait tous les sauver.

« Dépêche-toi ! S’il lui arrive quoi que ce soit je ne te le pardonnerai jamais ! Tu entends! »

Erik hésita, puis prit Miranda dans ses bras et descendit de la tour par un escalier que lui avait placé le chevalier, disparaissant dans la foule en panique. Un duel éclata entre les deux contrôleurs de la terre. Depuis l’autre côté de la plaine, la ou Miranda et Edalion s’étaient caché pour élaborer un plan. Quelques prisonnier et Erik, avec Miranda dans les bras, assistait à l’évènement. Puis soudain, avec une telle puissance, ce ne fut pas le manoir qui s’écroula sur lui-même, mais tout le plateau en dessous du manoir qui se fissura menaçant de tout envoyer dans le vide du canyon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Lun 17 Déc - 8:54

Erik était une force de la nature dans son genre. Même quand il n'était pas doté des pouvoirs d'Edalion. Et cette force avait été toute nécessaire pour empêcher Miranda de retourner au château. Bien qu'il n'oserait jamais l'avouer de son vivant, il avait été obligé de faire en sorte qu'elle ne se débatte pas, ou qu'elle ne s'éclipse pas, d'une façon bien cavalière. D'un autre coté, cela faisait tellement d'années qu'il baignait dans ce climat de violence qu'il n'avait pas vraiment su gérer autrement le problème. Il était allé au plus rapide et au plus efficace. Une simple pichenette avait suffit pour envoyer la shaman dans les alléluia, d'autant plus qu'elle ne s'y était pas du tout attendue. Elle s'était réveillée bien trop longtemps après, ballottée sur l'épaule du colosse comme un sac à patates. Le nuage de poussière du château en train de s'effondrer était en train de les poursuivre… Il sentit immédiatement la jeune femme gigoter avec force, l'obligeant à s'arrêter et à protéger son précieux fardeau à l'aide de son dos.

-Lâchez moi! Où est-il…?

La poussière retombait et les accents hystériques se perdirent dans une quinte de toux. Erik déposa délicatement un corps au sol auquel Miranda n'accorda qu'un rapide regard. Aussi égoïste que cela puisse être, elle préférait largement échanger la vie de cette inconnue contre celle d'Edalion… Surtout depuis qu'elle avait comprit qui elle était. Il lui avait seulement fallut un regard quand l'ancien ami du chevalier était descendu de la terrasse de façon précipitée, portant cette femme dans les bras. Les mêmes cheveux qu'elle, une tenue identique, le visage méconnaissable. Un piège particulièrement vil si elle en jugeait l'état de la pauvre fille. Elle avait immédiatement voulu monter pour rassurer son mari mais le coup de son "allié" l'avait cueillie dès la première marche…

Maintenant elle s'en voulait presque d'être allé le chercher. Jamais elle n'aurait du laisser Edalion seul aussi longtemps. Lorsqu'il s'était élancé dans l'escalier en colimaçon, elle avait pris un peu de retard. Suffisamment pour que l'esprit qu'elle avait envoyé en éclaireur ne la retienne… Il avait retrouvé Erik et celui-ci avait besoin d'aide. Elle avait bien vu que le chevalier tenait à cet homme, sans compter que lui aussi avait quelque chose à régler avec le Briseur. Il serait forcément un appui intéressant, sans compter que l'homme de sa vie n'aurait plus à se torturer avec l'idée de ce qu'il avait du faire. Elle s'était donc téléportée à ses cotés, utilisant certaines potions de soin qu'elle avait en stock pour repousser la mort loin de lui… Non sans prendre quelques précautions avant. Rien ne lui disait qu'il n'allait pas se montrer agressif … Heureusement pour la shaman, la violence du choc lui avait permis de reprendre ses esprits et il put donc écouter les explications de la jeune femme. L'instant d'après ils arrivaient juste sous la trappe, entendant les sons d'un combat. Erik l'avait alors convaincue qu'il valait mieux qu'elle reste là… Ce qui n'était pas dénué de raison puisqu'elle ne serait qu'une charge à protéger là haut. Décision qu'elle avait immédiatement regrettée quand elle avait comprit quelle comédie macabre le Briseur lui avait joué…


-Il ne peut pas être tombé… C'est impossible. Il est bien plus fort que cela…

Pourtant, l'alliance à son doigt était terriblement froide et silencieuse. Mal à l'aise devant le chagrin de la jeune femme, ne sachant trop comment on e devait de réagir dans ces cas là, Erik chercha à tapoter l'épaule de la shaman. Cela offrit une ouverture suffisante à Miranda pour réagir… Elle lui enfonça son coude dans les cotes, probablement avec la violence d'un papillon aux yeux du colosse, avant de se glisser hors de son étreinte protectrice. L'instant d'après elle dévalait la route en courant, essayant d'atteindre les décombres… Il y avait des corps partout mais aussi des gens encore vivants, prenant prestement la fuite ou essayant d'aider un camarade bloqué par des décombres. Tout le monde était recouvert d'une pellicule de poussière grise, elle comprise, rendant toute identification impossible. Il n'y avait plus deux camps en train de se battre mais juste un groupe d'hommes essayant de se remettre de leurs émotions… 

Après un instant d'hésitation, Erik abandonna la femme inconnue sur le bord de la route, en sécurité tout de même, avant de s'élancer à la suite de Miranda. Il avait fait une promesse à Edalion et comptait bien la tenir, sans compter qu'il devait indirectement la vie à la shaman… Il la retrouva au pied des décombres du donjon, essayant de déblayer le plus rapidement possible… Il fut décontenancé de constater qu'elle parvenait à déplacer des blocs bien plus gros qu'elle avant de l'attraper, lui plaquant les bras le long du corps. De longues traînées sanglantes étaient visibles sur les décombres, reliquats de ses ongles…


-Calmez vous…

Serrée contre lui, il sentait qu'elle se débattait pour continuer, secouée de sanglots silencieux…
 

_________________
Spoiler:
 
Kit par Cirdan, Tektek par Cirdan
Crédits d'image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Lun 17 Déc - 21:19

Une fois qu’Erik était hors de portée, et qu’il savait qu’il ne restait que lui et son adversaire, il pouvait se permettre de se concentrer entièrement au combat en cour. Le briseur, plus vicieux que jamais, n’avait pas attendu que le chevalier revienne dans le combat pour lui courir dessus. Tous les deux tombèrent à terre lâchant leur arme respective. La fatigue, la rage, et l’envie donnaient un nouveau résultat à la bataille à chaque seconde. Edalion, lui, était gravement blessé à son œil gauche, sa vision se troubla par moment ce qui lui empêcher de parer toutes les attaques de son ennemi. Le briseur, étant trop sûr de lui, avait subi des attaques trop fréquentes sur un même point. La douleur contrecarrait en partie sa force et son endurance. Tous les deux étaient pénalisés, mais aucuns ne voulaient céder. C’était pour cela qu’aucun ne se préoccupait de l’état du manoir. Les murs s’effondrèrent petit à petit enveloppant le tout d’une fumée poussiéreuse, suivi d’un grand vacarme qui indiquait clairement un glissement de terrain vers le vide du canyon, emportant la tour du donjon et tout le côté de la propriété avec.

L’alliance de la shaman avait cessé d’émettre, lui infligeant des doutes et un chagrin au point de l’envoyé chercher son mari dans les décombre, alors qu’il était plus bas, dans le ravin. Le chevalier était plein de sang, allongé en étoile parmi des décombres, la tête contre un restant de mur, les yeux fermés, l’esprit éteint. Autour de lui, il semblait seul, aucunes traces de son adversaire, seul les décombres n’avaient changé le paysage. Alors qu’il était dans un état second, proche du rêve, Edalion rêva qu’il avait vainque son ancien maître, mais que Miranda n’était plus là également. Dans cette réalité parallèle à son esprits, le chevalier n’avait pas su rouvrir son la petite partit de son esprits ou il avait enfermé son humanité. Une porte condamnée à jamais par le trépas de sa bien-aimée. Laissant dans ce monde, un chevalier aussi strict et dur que juste. Un justicier sans âme, une lumière sans chaleur. L’alliance qui parvenait à peine à se faire remarquer au doigt n’émettait plus rien et semblait être une image qui s’effaça petit à petit. Et à la dernière étincelle de l’anneau, le chevalier revint à lui dans une forte respiration, reprenant vie, avec les douleurs et la conscience de l’instant. Son premier réflexe était de tâter sa main pour sentir l’anneau de Miranda…il avait disparu.

Tant bien que mal, il se leva, il boitait, il marchait lentement, mais il se tenait debout, menaçant de retomber entre deux morceaux de mur. Il cherchait de son œil encore valide quelque chose de précis. Comme s’il savait ou se trouvait son alliance. Il se sentait comme nu sans cet objet qui avait pour lui une inestimable valeur quand Miranda n’était pas avec lui. Il repassa la scène de la chute en tête, car il se demandait également comme il pouvait être encore en vie. Puis ses souvenirs revinrent petit à petit. Le briseur et lui-même avaient endurcis leur corps au maximum. Mais son adversaire, avait eu le réflexe d’empoigner la main du chevalier pour l‘attirer devant lui, arrachant le bijou au passage. Seulement, cette erreur avait placé le chevalier au-dessus du briseur, se servant du corps comme amortisseur. Le sang qu’Edalion avait sur lui n’était donc pas à lui, enfin, une bonne partie. Et lorsqu’il retrouva le corps du briseur. Le chevalier avait pu constater la puissance du choc contre le sol. Le mentor avait un énorme trou à la place du ventre et ses jambes étaient introuvables. Mais il s’en moqua totalement, il se préoccupa uniquement d’une des mains qui était refermé. Il se jeta à terre, comme si l’anneau qu’il allait trouvait était une source d’eau pour un qui avait traversé le désert. A nouveau à son doigt, il sentit une chaleur s’emparer de son doigt et de son esprit. Miranda était vivante. Il pouvait ressentir le chagrin qu’elle avait. Alors, elle devait pouvoir sentir sa présence également.

Pris d’une force que seul sa femme pouvait lui transmettre, i les releva et cria le prénom de la shaman de toutes ses forces. Même si remonter était pour lui un impossible exploit étant donné son état. Il n’hésita pas à empoigner les premières prises du mur pour le tenter. Mais jamais sa voix ne s’atténuait, hurlant de toutes ses forces, de tout son amour le prénom de Miranda. Elle était vivante, c’est tout ce qui comptait, il voulait la rejoindre. Son humanité était sauvé, et venait d’être relâché à ce moment là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Maât
~~ Modo ~~
~~ Modo ~~
avatar

Messages : 643
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Lun 17 Déc - 21:51

Alors qu'Edalion essayait de rejoindre sa bien aimée angoissée, un caquètement inquiétant s'éleva dans son dos... Là, rampant dans les décombres sur ses propres entrailles mises à nues, alors même qu'il n'avait plus de jambes, le Briseur se rapprochait du chevalier. Le bruit étrange qui l'avait alarmé était en fait le rire hystérique qui se frayait difficilement un passage dans sa gorge saturée de sang.

"Tu crois avoir gagné Edalion?"

Sa voix était hachée, poussive. Le Briseur se mourrait mais il semblait bien décidé à avoir le dernier mot, quitte à les emporter dans la tombe.

"Nous sommes légion pauvre fou ! Il en trouvera deux pour me remplacer. Et quand il viendra réclamer son tribu, toi et ta trainée vous ramperez à ses pieds, comme tous les autres !!!"

Et sur un dernier éclat de rire hystérique se transformant en toux, les yeux du Briseur se firent vitreux. Le vieux cauchemar d'Edalion était mort... Mais il était mort avec le sourire du fanatique sur ses lèvres tâchées de sang et un poing auquel une chevalière dorée gravée aux initiales de EM brillait, brandit vers le ciel.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miranda Tolmed
La Passeuse ~ LVL 5 bis
La Passeuse ~ LVL 5 bis
avatar

Messages : 2869
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 33
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Pouvoirs: Télékinésie - Dialecte des Esprits - Téléportation - Contrôle du Cristal - Contrôle des Illusions
Armes: Dague - Tatouage
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Mar 18 Déc - 10:00

Cela faisait des années que le gladiateur ne connaissait que la violence. C'était se battre ou mourir… Les femmes n'étaient que des récompenses quand il était particulièrement apprécié par les spectateurs, de petites choses trop maquillées qui ne faisaient que passer dans sa chambre pour satisfaire certains besoins typiquement masculins. Il n'avait même pas cherché à leur parler, prenant juste ce dont il avait besoin… Il savait juste qu'elles étaient plus fragiles que lui et qu'il fallait prendre quelques précautions pour ne pas les "abîmer". Mais cela s'arrêtait là… La créature qu'était Miranda lui était complètement inédite. Elle paraissait tellement moins soumise que les autres, à la fois plus délicate et plus forte aussi… Mais plus que tout il émanait d'elle une forme de douceur qu'il n'avait encore jamais expérimenté. Même effondrée par la perte d'Edalion, même si les traces laissées sur ses joues poussiéreuses trahissaient ses larmes, même si elle aurait pu disparaître toute entière dans son étreinte d'ours, c'était lui qui avait envie d'être consolé entre ses bras. Que quelqu'un de doux et de dénué de violence lui caresse les cheveux en lui disant "tout ira bien maintenant"…

Toute à sa réflexion, le colosse ne sentit pas que la jeune femme était en train de se débattre avec nettement plus de vigueur. Depuis quelques instants, elle sentait que son alliance s'était remise à pulsée, régulière,  terriblement présente dans son esprit suite à ce long silence. Parvenant tut juste à tourner la tête, il lui semblait même entendre la voix de son bien-aimé… Mais bien plus loin que ce qu'elle pensait. Edalion était vivant… Vivant !! La sidhe avait l'impression que son cœur allait littéralement exploser tant il se mit à battre fort dans sa poitrine. Elle n'aspirait qu'à une chose maintenant, le rejoindre rapidement. Mais pour cela, il fallait qu'elle se libère de l'étreinte du géant… Constatant que ses efforts demeurés vains, elle finit par s'arrêter… Il valait mieux le raisonner…


-Erik… Je suis calme. Mais vous devez me lâcher… N'entendez-vous pas…?

Le gladiateur plongea dans le regard plein d'espoirs de la sidhe, ne comprenant pas ce qu'elle racontait puis tendit l'oreille. Il tressaillit en entendant la voix du chevalier, lâchant immédiatement la jeune femme. Celle-ci s'élança dans l'instant vers le bord du plateau, là où s'était tenue une partie des remparts et du donjon, partie qui avait basculé dans le vide. C'est là qu'elle le vit, essayant de remonter la pente malgré la fatigue et ses blessures… Une ombre imposante passa à ses cotés, s'élançant dans la direction de son mari. Le gladiateur venait à sa rencontre pour l'assister dans sa remontée, essayant de lui faire préserver le peu de forces qu'il lui restait. Et quelques instants plus tard, Edalion arivait enfin au niveau de Miranda, épaulé par son ami. 

Erik s'éclipsa discrètement quand la jeune femme sauta au cou de l'homme qu'elle avait cru perdre quelques instants auparavant. Enfin… Elle se précipita vers lui pour s'arrêter à quelques centimètres à peine, trop consciente de son état pour oser le serrer dans ses bras. Ses mains le frôlèrent, multiples caresses légères comme des papillons, alors qu'elle essayait de déterminer où il était blessé. Hormis beaucoup de poussière, la jeune femme, elle, semblait intacte. Son regard semblait désolé et un peu paniqué quand il se posa sur son visage ravagé suite à son affrontement avec le Briseur…


-Seigneur, Edalion… Ton œil…

L'adjonction de quelques cicatrices n'allaient pas l'empêcher de l'aimer. Et il pouvait tout aussi bien devenir manchot et cul de jatte… Mais elle s'était habituée à la présence de cet œil étrange d'un blanc laiteux dans ce visage aimé. Instinctivement, elle s'empara de la tête du chevalier pour embrasser délicatement cet œil détruit, comme si ce simple geste tendre pourrait chasser les douleurs et la fatigue. A ce moment là elle sentit une présence tout proche d'elle… Un vieil homme souriant, posant sa main translucide sur la tête d'Edalion, acquiesçant doucement en signe d'assentiment au geste de la shaman…

-Il a enfin su tourner définitivement la page. Il va pouvoir se reconstruire, absout de ses fautes. Et ce sera le symbole de cette complète renaissance…

 


_________________
Spoiler:
 
Kit par Cirdan, Tektek par Cirdan
Crédits d'image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edalion Helioz
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
Chef de la Chevalerie ~ Le Porteur d'Espoir ~ lvl 5
avatar

Messages : 666
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 30
Localisation : Bénécuis

Feuille de personnage
Pouvoirs: Force surhumaine /Corps d'acier /contrôle de la terre / vitesse accrue / transfère de souvenirs
Armes: Epée à une main
Relations:

MessageSujet: Re: Le fureur du passé Mer 19 Déc - 11:00

La force qui donnait au chevalier l’envie de persister à grimper, venait de l’alliance et non de lui. Le simple fait de savoir que la shaman était la haut aurait pu lui donner des ailes. Mais alors qu’il s’apprêtait à agripper une nouvelle fois la façade, un bruit, puis une voix apparurent derrière lui. Doucement, il tourna la tête pour en découvrir l’origine. Il fit d’abord une grimace de constater qu’il s’agissait de son adversaire qui croyait mort. Ainsi la mort ne voulait pas de lui…le chevalier savait qu’il avait l’âme d’un monstre, mais il ne se doutait pas qu’il était manipuler par des forces plus hautes. Les avertissements du cadavre e fit qu’arquer un sourcil. Edalion se retourna et le regarda. Pour lui, l’essentiel était que le briseur soi détruis une bonne fois pour toute, et avec lui, le passé du chevalier. Grâce au trépas du maître, le justicier avait pu boucler la boucle une bonne fois pour toute. Il était prêt à contrecarrer les plus puissantes forces obscures. Ce n’était pas la peine de lui dire tout ça.

« En attendant, enterre-toi très profondément. »

Le chevalier ne fit pas attention à sa chevalière et se retourna pour continuer son ascension impossible. Mais voilà qu’à ce moment-là, une silhouette apparut au ciel. Erik, et surement Miranda avaient dû remarquer sa présence ou l’avoir entendu. Le gladiateur ne pouvait pas mieux tomber. Aider de son fidèle co-équipier, ils réussirent tous les deux à remonter la pente et à atteindre le plateau ou se trouvait les ruines du manoir. Lorsqu’il se tenait debout face à Miranda et son ami, Edalion sentit une jubilation au fond de lui. Ils avaient gagné ! Il avait gagné ! La shaman s’approcha de lion alors qu’il tentait de faire de même. Ses blessures n’étaient que détails passagères à ce moment-là, tout entrera dans l’ordre. Il apprécia grandement les marque d’amour de son aimée, et pour lui montrer qu’il ne souffrait pas, il la prit dans ses bras contre lui la serrant de tout son cœur Et murmura.

« Tout est fini ma chérie, je suis là. On a gagné ! »

Il ne savait pas s’il devait l’embrasser la serrer lui dire combien il l’aimait. Mais après quelques minutes d’amour, il se sépara d’elle un instant, sans aller bien loin, juste marcher jusqu’à Erik. Les deux hommes se toisèrent du regard sans échanger un mot nit un sourire. Puis, ensemble, dans un timing que seul eux était habitué, leur mains s’entrechoquèrent dans une poigne de main aussi dur et fort que leur amitié. Puis le chevalier se retourna invitant la shaman à les rejoindre.

« J’ai oublié un truc. Miranda, je te présente Erik, Erik, je te présente ma femme, Miranda. »

Les procédures de politesse effectuée. Edalion fit quelques pas en arrière pour s’assoir difficilement sur un morceau de mur. Il fallait maintenant rentrer, préparer le voyage du retour, gerer la présence des survivants et d’Erik, se soigner, faire un rapport au château, pour dire qu’une des grandes menaces à était neutraliser. Mais tout ça, il le prit avec un rare franc sourire. De se dire qu’il pouvait enfin vivre sans ombres dans son esprit et d’être pleinement prêt à savourer les tâches et les plaisir du quotidien. Alors qu'il s'allongea en arrière pour souffler un peu, il ne se rendit même pas compte que son oeil gauche se restaurait petit à petit et que ses propriétés magiques avait changé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natureenscene.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le fureur du passé

Revenir en haut Aller en bas

Le fureur du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» retour vers le passé!
» Dans la peau de la fureur du volcan
» La fureur de dracula
» Passé sombre.
» Chrysantème Guerrier Fureur / Tank

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nelberaid ::  :: Le Canyon-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit