AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

A sliver of hope?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Darius Merinstal
Ecuyer, niv 1
Ecuyer, niv 1
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/03/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle de la terre, Rapidité accrue, Réflèxes accrus
Armes: Lance courte, Épée longue
Relations:

MessageSujet: A sliver of hope? Mer 3 Avr - 14:52

J’avais finalement arrêté de marcher, la journée avait été assez longue comme ça. Le soleil commençant à se coucher m’avait encouragé à monter campement il y avait de cela quelques minutes. Une tente provisoire organisée avec des bâtons et des fourrures me servirait d’abris pour cette nuit sombre et sans compagnie. Au moins la température était agréable, le vent frais était doux… et la chaleur du feu que je venais d’allumer était plus que bienvenue. Incapable de trouver le sommeil dans le noir de la nuit, j’étais assied auprès de celui-ci, jouant avec l’aide d’une branche dans les braises déjà bien nombreuses. Mes pensées allaient un peu trop ailleurs à mon gout en cette nuit sans poésie. L’envie d’écrire me revenait, et ce n’était pas bon signe.

La clairière que j’habitais présentement était en bordure du fleuve argenté, en direction de Naturalia. Bien que mon périple ne me mènes pas directement en ces terres, un détour afin d’y trouver un minimum d’information me serait bien utile. Après tout, si j’entrais en terres du mal, armuré comme le chevalier que je suis, on me tuerais probablement à vue sans même que je puisses n’y faire quoi que ce soit. Mes chances de survie étaient à peu près nulles si j’entrais sans précautions. D’autant plus, il me fallait me renseigner sur le but de ma mission. Qui me disait qu’il existait encore dans le même endroit? Peut-être n’était-il plus le maitre du manoir de notre enfance, mais l’avait brulé afin de vivre outre part avec notre déviante de sœur. Simplement y repenser me faisait serrer les poings et martyriser le pauvre feu qui ne m’avait rien fait devant moi, répandant ses branches et passant près de l’éteindre par accident.

Me penchant afin de l’alimenter, et ainsi me changer l’esprit, je laissai passer un long soupire. Peut-être étais-je mieux de ne jamais y aller, et de retourner vers ce qui était maintenant ma vie. Je n’avais pas été sur ces terres depuis des lustres, et peut-être était-il même déjà mort. Je chassais peut-être bien le fantôme d’un passé trouble? Je souriais presque à penser que je ne le trouverais pas… Après tout, cela voudrait dire que tout était allé pour le mieux pour moi. À cette pensée sotte, je relevai le visage afin d’observer le ciel étoilé, mes pensées déviant de plus en plus à ce qui me manquait de la maison… Surement un pigeon m’attendrait à mon domicile pour les jours à venir, n’aillant pas attendu de réponse pour la lettre troublante que j’avais envoyée. Elle aurait pu m’arrêter… elle m’aurait arrêté si je lui en aurais laissé le temps, c’était pourquoi j’étais partit si rapidement, afin qu’elle ne se mettes pas en travers de ce chemin sinistre que j’avais pris.

M’efforçant de croire que c’était la bonne voie, j’étais encore sceptique à cet effet… mais le temps m’en dirait probablement plus, pour l’instant, je n’avais qu’un petit brasier et une clairière simple, avec vue sur le fleuve… et ma solitude… et mon insomnie. Finalement, laissez-moi me corriger… la soirée était tout sauf agréable, elle était pénible et longue… mais surtout confuse, comme la totalité de ma vie en ce moment bien précis. Même ce satané hibou avait décidé de me déserter, me disant simplement qu’il reviendrait le lendemain matin. Au moins, la nuit aurait été moins longue avec. Donc, en toute solitude, maudissons les cieux et les dieux, et espérons que ça soulages un minimum. Après tout, n’étais-ce pas ce que tous les solitaires de ce monde faisaient en permanence? J’espérais presque un raid de bandits, simplement pour souligner comment cette nuit devenait insoutenable… Mais ce n’est pas un raid qui devrait arriver, mais plutôt une rencontre impromptu… peut-être même qu’elle m’éviterait un détour en Naturalia? Mais encore, à ce moment j’ignorais tout de ce qui allait arriver, et j’avais probablement encore l’air plutôt pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eluan
Jeune Apprenti Mage, niv 1
Jeune Apprenti Mage, niv 1
avatar

Messages : 998
Date d'inscription : 01/03/2013
Age : 20
Localisation : bonne chance pour me trouver

Feuille de personnage
Pouvoirs: magie noir
Armes: lance/hache
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Mer 3 Avr - 17:39

Je quittais l’auberge tôt le matin pour aller à Malificium. J’allais m’acheter des pommes avant d’aller à Malificium parce que le chemin serrait long. Mais je m’étais tromper de chemin à la place d’aller à Malificium j’allais à Bénécius. Alors je me disais si je suis déjà sur le chemin de Bénécius que j’allais continuer. En mi-chemin j’allais tomber sur un groupe d’aigrefin mais quand j’avais remarqué le groupe je prenais la décision de me cacher dans les buissons. J’attendais que les aigrefins soient partis pour pouvoir continuer mon chemin. Je continuais mon chemin pour aller vers le fleuve radieux pour me reposer un peu. Mais le chemin était encore long sur le chemin je rencontrais quel que mages rouges et des mages blancs aussi. Je discutais avec eux sans jamais leur dire que j’étais un mage noir par peur de me faire tuer par l’un d’eux. Le soir tombait alors que j’étais encore loin du fleuve radieux alors je me disais de faire une pause. Je faisais un petite feu pour pouvoir me réchauffer quelque minutes après avoir allumé le feu je m’endormais. Pendant la nuit on me volait mes pommes et je ne remarquais rien du tout. Le lendemain alors que je constatais que quelqu’un m’avait volé mes pommes j’étais hors de moi, mais pas que les pommes aussi mes sous avait disparu. Alors pour pouvoir manger
quelque chose je grimpais aux arbres j’avais trouvé quelques pommes et quelques noisettes. Après avoir mangé je me mettais en route pour le fleuve radieux. Vers midi je rencontrais une jeune femme qui n’avait pas l’aire d’être mage blanc ou mage rouge je me demandais que faisait-elle seule ici. Quand je voulais lui demandais elle avait disparue. Je trouvais ça pas très normal. Je me demandais où la jeune femme étais passé. Je commençais à croire que j’avais vu un fantôme ou que mon esprit m’avait joué un tour. En début de soirée j’arrivais au fleuve radieux mais je me disais que je devais continuer un peu. Après un moment je voyais de la fumée alors j’allais pour voir ce que c’était il y avait un chevalier. J’allais vers le chevalier parce qu’il faisait nuit comme dans une grotte. Je m’approchais vers le chevalier en disant : « Puis-je me joindre à vous pour la nuit mon nom est Eluan? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-cache-danea.forumgratuit.org/
Ghelal Ardesh
Paladin, niv 2
Paladin, niv 2
avatar

Messages : 748
Date d'inscription : 11/02/2013

Feuille de personnage
Pouvoirs: Maitrise de la terre - Vitesse accrue - Maitrise du feu
Armes: Skarg'lh'reyth endormi
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Mer 3 Avr - 20:09

[avec l'accord de Darius, je serais également de l'aventure ! Merci Darius pour l'invitation ^^]

EN VIE !!!!

Cela faisait plusieurs mois qu'il profitait de la vie, plus de gosse pour faire n'imp', il se rachetait une nouvelle vie dans ce corps, les gens de Bénécius commençait à connaître ce Chevalier aux grands coeur même si un peu rustre avec les bandits, réputé pour abattre ses adversaires, le chevalier n'avait aucun prisonnier, jugeant d'impies tout les coupables et hérétique, ces cibles de choix étaient les Aigrefins et les mages noirs qu'il aimait faire souffrir pour la grande gloire de Idrilaën. Oubliant tout concept de pitié quand il s'agissait de personne de Maléficium.

Le chevalier quittait souvent le pays désormais, maintenant que c'était le démon qui avait le dessus pour ce temps, il savait qu'il avait quasiment un an pour réussir et atteindre ce rang de reconnaissance. Il le savait, le gamin ne voulait pas se fouler et reprendre un corps parfait pour en profiter comme il le souhaitait... mais il savait qu'il n'avait pas le choix. Le gamin pouvait prendre l'ascendant sur lui trop facilement parce qu'il ne maitrisait pas assez ce corps. Au plus profond de l'esprit de la lame... C'était là qu'il enfermait ses pensées le plus sombre.

Soudain, il rouvrait les yeux, courant sur les routes libres entre Naturalia et Maléficium, l'épée dégainée, du sang encore dessus, il avait repéré un groupe d'aigrefin qu'il avait poursuivie pendant un temps après avoir tuer leur chef dans un combat singulier, maudit lâche refusant leur sort.

Après une marche plus que longue et la nuit ayant débuté, il sentit son souffle le quitter. Epuisé. La pluie se déclencha soudainement. « Génial... et puis quand encore... des éclairs ? »

Répondant volonté à la loi de Murphy, les éclairs explosèrent et une pluie torrentielle était maintenant à l'oeuvre. « C'est la fête dis donc... » fit il rebroussant alors chemin, prenant son temps tout de même malgré la lourde pluies sur sa capuche, son visage et son armure intégrale.

Mais alors qu'il allait s'arrêter pour bivouaquer, il repéra une fumée. YES ! Pas de feu à allumer !

Il couru rapidement en direction des lieux et repéra le feu de loin. A coté du feu se tenait une tente de fortune de peau et bois, et un jeune homme qui semblait aussi perdu qu'eux. Malgré son apparence juvénile de 18 ans, Ghelal gardait une apparence professionnel. Il s'approcha lentement, afin d'éviter de se faire repérer et être pris pour un malandrin ou rôdeur, chercha des traces d'armoiries sur les lieux, il avait cru voir de la plaque sur l'homme dans ses peaux.

« Chevalier ! Quels sont tes préceptes ?! »

Observant la réaction, il resta sur ses gardes, restant hors de vue, même si l'ont pouvait facilement se douter d'où était venu la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darius Merinstal
Ecuyer, niv 1
Ecuyer, niv 1
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/03/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle de la terre, Rapidité accrue, Réflèxes accrus
Armes: Lance courte, Épée longue
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Mer 3 Avr - 23:08

[HRP : Post écris au boulot, alors ne blâmez pas le manque de révision, merci!]

Le tonnerre avait commencé à gronder plus loin, on sentait même l’odeur de la pluie venir. Avais-je dormis un instant? À dernière vue, c’était une nuit agréable qui venait s’installer… mais j’avais probablement eu tort une fois de plus. Soupirant, je m’apprêtais à entrer étouffer les flammes pour finalement me terrer dans ma tente quand soudainement, un contingent sembla s’abattre sur mon pauvre bivouac. D’une part, un homme à l’air le plus louche, de l’autre un individu en armure qui me demandais mes préceptes? Mais quelle bonne manière de commencer conversation, me dis-je avec le plus grand des sarcasmes. Ma lance n’était pas bien loin, et facilement atteignable d’un mouvement rapide, mais sans cela j’étais effectivement désarmé devant deux inconnus. Un schème particulièrement élaboré afin de me dérober de mes biens? Peut-être mais ils seraient déçus de voir que je n’avais pas un écu!

D’une voix simple, mais pas sans force, je leur déclarai simplement : « Darius Merinstal, écuyer de l’ordre des chevaliers, pour la veuve et l’orphelin, pour le faible et le mal-en-point» Me relevant rapidement, prenant alors la première arme qui arriva près de ma main. Si l’un d’eux tentait quelque chose de louche, ma pointe lui percerait la gorge. « Identifiez-vous » Dis-je, ne distinguant que des ombres alors que la lumière m’aveuglait partiellement et embrouillait ma vue de l’autre côté de la flamme. Le fait qu’il me demande mes préceptes m’avait semblé plutôt étrange, mais me donnait déjà un indice qu’il n’était pas si hostile… Mais prudence était le mot d’ordre ce soir, même si nous étions encore en terres de Bénécuis, les bordures n’étaient pas nécessairement très fermées aux envahisseurs… Et même s’il était réellement chevalier, certains plus extrémistes n’acceptaient toujours pas mon appartenance au groupe et doutaient de mes allégeances, les démons aillant mauvaise réputation pour une excellente raison, après tout.

J’abordai alors le groupe en ne demandant qu’une question bien simple : « Identifiez-vous et nommez vos allégeances. » Dis-je d’un ton autoritaire et puissant. S’ils ne s’identifiaient pas de manière claire, nette et précise, ils seraient sujets à un interrogatoire des plus complets. Je n’avais aucune intention de tomber alors que je venais de commencer mon aventure vers Malificium, terre de mes ancêtres. J’allais nettoyer mon nom et personne ne se dresserait dans mon chemin. Tous mes sens étaient actifs et j’attendais cette réponse qui pousserait la suite de notre rencontre. Le plus troublant n’étais pas l’homme qui c’était identifié, mais l’autre qui me semblait réellement étrange. Un mage peut-être? Juste à son habillement, il n’était certes pas un guerrier. Ou s’il était un guerrier, ce n’était pas du genre à prendre son arme et aller au front du combat. Son identité me troublait…

Aigrefins auraient déjà tentés de m’égorger, mages noirs auraient déjà tentés de me faire manger mes propres entrailles… Le scénario allait soit vers des bandits, soit vers un hasard plus qu’étrange. Combien de chances y aurait-il pour que trois hommes se retrouvent au même endroit perdu dans la même nuit noire dans ce monde gigantesque? Trop peu pour croire à ce heureux hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eluan
Jeune Apprenti Mage, niv 1
Jeune Apprenti Mage, niv 1
avatar

Messages : 998
Date d'inscription : 01/03/2013
Age : 20
Localisation : bonne chance pour me trouver

Feuille de personnage
Pouvoirs: magie noir
Armes: lance/hache
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Jeu 4 Avr - 5:23

Tout d’un coup j’entendais une voix qui n’avait pas l’aire d’être celle du chevalier. Je regardais autour de moi mais je ne voyais rien. Tout d’un couple chevalier commençait à dire qui il était et tout ça. Il demandait à l’autrepersonne et à moi de s’identifier. Moi j’hésitais à m’identifier comme j’étais un mage noir j’avais peur de me faire tuer. Je me demandais si je devais dire que j’étais un mage noir ou leur dire que j’étais autre chose. Mais je décidais de lui dire la vérité alors j’allais vers lui avec les mains lever pour qu’il puisse voir que je n’étais pas armer et je lui disais : « Mon nom est Eluan Keravel je vais parti des…. » Je m’arrêtais de parler par peur de me faire embrocher parce que le chevalier avait une lance dans c’est main. Mais je me disais que je devais continuer : « je ne suis pas méchant mais je fais partie des mages noirs mais je ne suis pas méchant laisser moi tout vous expliquer on a un ennemi en communs ce sont les aigrefins. » Je commençais à leur raconter mon histoire entière comment mes parents on avait été tué, comment j’avais fait pour que Aurélia et moi pouvons survivre et aussi dit que j’avais une double personnalité très agressif puis je leur disais : « Le seul but de ma vie est devenue celui-là de protéger les femmes et de tuer le plus d’aigrefins et au moment où j’avais fini d’apprendre la magie noir et la nécromancie j’ai quitté Malificium en vérité je voulais y retourner mais je me suis tromper de chemin ! » J’avais l’impression que le chevalier ne me croyait pas alors pour lui prouvais que je ne lui voulais pas de mal je sortais ma hache en voyant ça le chevalier il pointait sa lance alors je lui disais : « Je vais poser mes arme par terre. » Puis je prenais ma lance et je l’avais aussi posé par terre. Je lui disais avec une voix ferme: « ok je n’ai plus d’arme mais il faudrait aussi que tu fasse attention à l’autre chevalier. » Je pointais avec le doigt sur l’autre chevalier que j’avais déjà remarquer depuis un bon moment et que je gardais dans l’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-cache-danea.forumgratuit.org/
Ghelal Ardesh
Paladin, niv 2
Paladin, niv 2
avatar

Messages : 748
Date d'inscription : 11/02/2013

Feuille de personnage
Pouvoirs: Maitrise de la terre - Vitesse accrue - Maitrise du feu
Armes: Skarg'lh'reyth endormi
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Jeu 4 Avr - 10:48

Lorsque le mot mage noir fut prononcé, Ghelal sortie de la pénombre. Un jeune homme aux traits bien plus jeune qu'il n'y paraissait. A peine dix huit ans à première vue bien qu'il dégage un maturité avéré.

"Je suis Ghelal Ardesh, Paladin de l'ordre, Chevalier Carmine. Ton coeur est pure Chevalier"


Il adressa un regard au mage noir. "Des excuses... tu es en terre de Bénicius, des rebuts de ton espèce, je les étripes et expose leur corps à l'entrée des villes pour dissuader d'autres comme toi d'entrer ici."

Le jeune homme se détourna du mage et fit un mouvement de main, une bloc de pierre se mit autour du feu et de son regard ardent, augmenta la puissance du feu, créant ainsi par la cloison de pierre une sorte de four.

"Déjà on aura moins froids."

Le chevalier s’assit, épée toujours en mains, posé sur les genoux, il n'était pas tranquille avec ce mage noir et l'idée de l’exécuter d'une manière ou d'une autre trainait pas mal dans sa tête. Il regarda le chevalier.

"Merinstal ?... ce nom ne me dit rien."


*Ca te parle Ghelal ? tu as déjà rencontrer cette homme ?*
*aucunement, mais je n'ai même pas été introduit au sein même de la chevalerie souvient toi*
*c'est bien ce que je pensais*
*Restons sur nos gardes, peut être un aigrefin déguisé...*

"Tu as finis ta formation récemment, Chevalier ?"

Le plus étrange restait tout de même la présence en ce lieu, Il ne croyait pas au hasard non plus, pour lui, c'était louche cette présence de trois personnes ici, peut être devrait il se forcer à leur donner de l'intérêt, surtout son confrère chevalier, il aurait peut être grâce à lui un allié de choix pour la suite de ses aventures.

Quand au mage noir... il verra assez rapidement ce qu'il ferait de lui, se désarmer alors qu'on est un mage était futile, comme si l'on pouvait faire confiance à quelqu'un qui pratique la magie noir et la nécromancie... Déjà dans son ancienne vie il s'en était méfier comme de la peste, alors aujourd'hui qu'il était chevalier, il aurait vraiment tendance à le tuer pour être sur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darius Merinstal
Ecuyer, niv 1
Ecuyer, niv 1
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/03/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle de la terre, Rapidité accrue, Réflèxes accrus
Armes: Lance courte, Épée longue
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Jeu 4 Avr - 18:40

[HRP: BGM suggérée: FFXIV: Twilight over Thanalan]

« Me prends-tu pour un fou? La force d’un mage noir ne résides pas en le maniement d’une arme mais bien des éléments et des âmes elle mêmes. Un maitre en cet art n’a pas d’armes autres que sa volonté de fer! » Dis-je alors que l’autre venait officiellement de se déclarer mage noir. Le dernier chevalier serait-il alors un aigrefin?... L’étrange hasard devenait une option de plus en plus plausible, et ça ne me rendait pas très heureux. La destinée elle-même semblait jouer avec moi… à moins qu’elle ne daigne m’envoyer un allier, aillant peur de l’issue de mon aventure? Les dieux n’étaient pas si généreux, j’écartais cette idée de mon esprit aussi vite qu’elle l’était apparue… mais c’était certes peut-être bien une occasion d’en apprendre plus. Le soi-disant chevalier parlait encore, et ses propos me faisaient du sens. Un paladin en ces terres n’était pas impossible à rencontrer, et ses pouvoirs démontraient bel et bien une maitrise de ce qu’on apprenait.

Suite à l’apparition du mur, je soupirai de soulagement et relâchai légèrement ma garde, du au reflet de la lumière sur celui-ci je pouvais finalement voir ce à quoi il ressemblait sans ne distinguer qu’un ombre. Son armure et ses étendards ne mentaient point, et je m’assied à nouveau, gardant la lance en main mais clairement plus détendue. Je lui fis signe de s’asseoir auprès du feu, regardant ses traits. Il n’avait aucun doute, il avait reconnu ma race mais n’en avait pas fait tout un cas, un trait que je me devais de respecter en cet homme. Ma voix retentit moins autoritaire qu’avant et lui dit simplement : « On n’est jamais trop sure, pardonnez mon manque de tact. » Je me surprenais même a prendre tant de risques. Il ne me semblait simplement pas hostile, et l’autre mage aurait déjà fait quelque chose s’il l’avait voulu. Quelque chose me disais que cette nuit n’allait pas finir en bain de sang malgré tout. Le hasard était chose mystérieuse qui échappait même aux dieux, il fallait bien croire.

J’avais envie de terrer tout ce que je pouvais dire au sujet de mon nom, mais déjà, c’était une excellente introduction pour toutes ses interrogations. Soupirant, je lui avouai : « Oh, j’ai terminé mon entrainement il y a de cela bien trop longtemps pour un simple écuyer… On n’avoue pas beaucoup de confiance envers les gens de ma race, et je comprends très bien pourquoi d’ailleurs, c’est pourquoi je ne gravirai pas les échelons avant bien longtemps » C’était une matière que je tentais d’éviter le plus souvent que possible, je n’appréciais pas le racisme, mais je le comprenais. On avait peur des démons pour des raisons excellentes, et je n’étais sur le droit chemin qu’à cause d’un vieux fou d’hibou et un évènement spectaculaire, chose qui n’arriverait pas à beaucoup de mes frères de sang. Peu de gens acceptaient même de répondre lorsque je parlais, et bien d’autres ne prenaient même pas le temps d’écouter ce qu’ils appelaient ma langue fourchue. Si seulement tous pouvaient apercevoir les efforts que je mettais à racheter les pêchés de ma famille et de ma race, la vie serait bien plus facile.

En regard de ma famille je lui dis simplement : « C’est bien heureux que vous ne connaissiez aucun Merinstal, ce nom est maudit et ne mérite que de terminer dans les flammes des enfers. Ce qui est en partie la raison pourquoi je suis sur la route présentement… Mais vous, messire, que me vaut l’honneur de partager ce feu de camp avec vous en cette soirée? » Dis-je, ignorant le mage noir puisque j’avais déjà sa réponse, il n’avait pas fait de faux pas face à ma demande, et c’était bien respectable de sa part. La seule récompense que j’avais pour lui était de ne pas transpercer ça personne et la pieuter sur l’arbre le plus près alors que je cherchais mon épée pour le décapiter. Ça m’éviterais aussi de creuser une tombe, mais ça… l’autre semblait déjà plus extrémiste que moi, il n’était pas tiré du pétrin de sitôt, le pauvre.

Je n’avais aucune confiance envers le mage noir, mais je me jugeais assez connaisseur pour pouvoir prévenir ce qui allait arriver s’il tentait quoi que ce soit, le mur de mon hôte nous piégeant à une portée défavorable pour ce dernier. L’incantation d’un sort prenait un certain temps pour tout ce qui était légèrement dangereux, ça, je m’en souvenais bien. Après tout, j’avais déjà été, un jour bien lointain, sur la route du mage noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eluan
Jeune Apprenti Mage, niv 1
Jeune Apprenti Mage, niv 1
avatar

Messages : 998
Date d'inscription : 01/03/2013
Age : 20
Localisation : bonne chance pour me trouver

Feuille de personnage
Pouvoirs: magie noir
Armes: lance/hache
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Jeu 4 Avr - 20:26

Je remarquais que personne ne faisait attention à moi alors je disais : « Si ça ne vous dérange pas je vais me reposer ! » En me couchant je dormais avec un œil ouvert quand. Au milieu de la nuit j’entendais une voix qui m’avait l’aire familière. Je me levais je voyais alors que les deux chevaliers dormaient alors j’utilisais le moment pour prendre ma hache et ma lance. La voix me disait de m’éloigner du campement. Tout d’un coup la voix me posait une question :« Quelle est le nom de ta petite sœur et combien d’année de différance avez-vous ? » La voix ressemblait à celle d’Aurélia. Je lui répondais : « Son nom est Aurélia et on a ou plutôt dit on avait deux ans de différence! » Au moment où j’avais dit ça une jeune fille sortais de nulle part c’était la même fille que celle que j’avais vu ce jour-là. Elle me disait : « Me reconnais-tu Eluan ? »En regardant la jeune fille dans les yeux, je lui disais : « Non ce n’est pas possible je pensais que tu étais morte… non je rêve… je dois me réveiller… ! »La jeune fille me répondait « Non tu ne rêves pas Eluan c’est bien moi … c’est moi ta sœur Aurélia. » Quand Aurélia m’avait dit cela je lui sautais dans les bras tellement j’étais heureux. Pourtant elle me disait avec une voix en panique : « Eluan tu dois m’aider ? » Et tout d’un coup elle disparaît. Je ne savais pas quoi faire. Je lui disais juste : « T’aider pour faire quoi reste ici je ne sais pas quoi faire ? » Quand tout d’un coup je m’étais réveiller à l’endroit où je m’étais endormis. J’étais en sueur et je remarquais que les chevaliers dormaient quand je m’étais réveillé, ce qui m’étonnait beaucoup. Je me demandais comment il pouvait dormir avec un mage noir à leur côté. Quand je voulais prendre mes armes je remarquais qu’elles n’étaient pas à l’endroit où je les avais posé, mais elle était avec moi. Alors je décidais d’aller chercher quelque chose à manger. Je me disais qu’une lance et une hache n’étaient pas des armes de chasse alors je décidais d’aller chercher des fruits dans les arbres. Quand le soleil se levait les deux chevaliers se levaient aussi et ils croyaient que j’étais parti. Sauf que à ce moment-là je revenais avec de quoi manger et je leur disais : « Si quelqu’un a faim il peut en prendre, mais si vous ne voulez pas, plus pour moi. Il y a des pommes et des noisettes j’ai rien trouvé de mieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-cache-danea.forumgratuit.org/
Ghelal Ardesh
Paladin, niv 2
Paladin, niv 2
avatar

Messages : 748
Date d'inscription : 11/02/2013

Feuille de personnage
Pouvoirs: Maitrise de la terre - Vitesse accrue - Maitrise du feu
Armes: Skarg'lh'reyth endormi
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Jeu 4 Avr - 23:13

Lorsque le mage s'éloigna d'eux pour dormir, Le chevalier observa son homologue. « Il n'a pas l'air dangereux... mais... » Il retint sa main de le tuer... "il méritait de crever planté sur une pique à l'entrée d'une ville de Bénécius..."

Lorsque le chevalier face à lui s'exprima quand à sa famille, le démon ne pu s'empêcher de répondre. « Ecj'ich nunk delaich, Daemonis, Arj nark ti'djay » *ne renie pas tes origines, démon, elles font partie de toi *. L'humain aux cheveux de jais resta assis un instant, fixant le démon face à lui continua à parler en démon avec un contrôle parfait et aucun accès comme si il connaissait déjà la langue. « Irh jec nunc dersh nak lekta » *on peut trouver des gens étranges dans bien des endroits * Ghelal sourit.

« Je suis ici car je chassais des aigrefins, leur chef a perdu un membre et ils sont soudainement fuis... quel bande de lâches... » Il fit un petit rictus. « Idrilaën dit qu' il vaut mieux prévenir que guérir, j'évite ainsi à ces impies de venir apporter le mal en nos terres, depuis qu'ils ont réussi à tuer notre ancien seigneur, nous ne pouvions accepter pareil offense sans leur rendre aux centuples »

La main ganté du Paladin s'approcha du feu et il se mit à faire danser la flamme avec la maitrise du feu. « Maintenant, si je me suis arrêter ici, c'est que je n'avais nul part où aller, voyant de la fumée, je me suis préparez à te tuer toi et l'autre... » il fit un signe vers le mage noir du bout de la tête « Truc ? ». Non, décidément ce mage noir était beaucoup trop atypique pour être simplement exécuté comme du bétail à l'abattoir... Peut être devrait il attendre encore un peu avant de...

Il releva le regard vers Darius qui en fait, semblait plus vieux dans la chevalerie que lui, peut être avait il vécu tout les deux à la même époque ?... non probablement pas les démons ne vivent pas deux cents... « Quel âges as tu si cela n'est pas indiscret ? » Darius l'avait surement remarqué, mais Ghelal le tutoyait, le démon étant face à un confrère préférait ceci, cela pourrait étonné voir déranger, mais cela lui semblait plus intéressant pour apprendre à connaître l'autre.

Soudain, l'autre mage noir se leva et vint prendre ses armes dans une sorte de délire nocturne parlant à une personne que personne ne voyait. Le Chevalier créa un mur de pierre bloquant l'accès aux armes et venant de se manger un parpaing de boue sèche, il était repartie se coucher. Le bloc disparu aussitôt le mage recouché. « Ne pas le tuer... ne pas le tuer... »

Il remua la tête et la discussion pu reprendre tranquillement.

« Il faudra se déplacer rapidement demain, je n'ai aucune confiance en lui... et aux aigrefins que j'ai poursuivie hier. Tu faisais quoi sur cette route toi ? Tu partais ? Tu revenais ? »


Le jeune homme à la carrure en plein développement écoutait avec plaisir l'autre, il semblait détendu, son arme toujours en main, en cas de meurtre inopinée, sourire à la commissure des lèvres, cela faisait toujours plaisir de parler à un démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darius Merinstal
Ecuyer, niv 1
Ecuyer, niv 1
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/03/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle de la terre, Rapidité accrue, Réflèxes accrus
Armes: Lance courte, Épée longue
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Ven 5 Avr - 0:59

[HRP : Je ne sais pas quelle langue tu parles hg mais… laisse-moi donc te répondre en… Drow! (Parce que 95% des autres traducteurs valent pas de la M#@&* et n’ont pas compris qu’une langue c’est plus que changer une lettre pour une autre.)]

« Ol zhah naut nindel usstan nauxahue udossta dazzan, ol zhah nindel usstan kampi'un nind niss'nir d'khaless » *Ce n’est pas que je renie notre race, mais bien que je comprends leurs doutes* fut ma réponse à ce langage étrange qui ne m’était plus familier… On ne parlait même pas ça entre confrères maintenant. Mais le fait d’entendre cette langue occulte fit bouger mon sourcil et me fit douter moi-même de ses connaissances… Il n’était pas l’individu clair et simple que j’avais imaginé, mais on avait tous notre jardin secret, fallait croire. Mes doutes revenaient peu à peu, mais j’avais peine à croire que ce duo ne feraient quoi que ce soit de mal… non, j’avais même peine à croire que l’autre endormi était un mage noir. Il n’était pas plus qu’un enfant qui s’imaginait la fantaisie d’être un mage noir sans en comprendre les conséquences et les implications. J’avais pitié de l’homme, pour être franc. Mais pour en revenir à mon confrère chevalier et notre discussion, à sa demande je lui expliquai la raison de ma visite en ces bois.

« Je repars, je suis en route vers Malificium afin de terminer une histoire qui aurait dû se terminer depuis trop longtemps… Le nom de cette famille maudite en est le centre, je désire simplement aller rappeler à quelqu’un que j’existe, et que ma furie sera sans précédents. » Dis-je, soupirant légèrement et prenant une pause de mon discours, continuant par la suite : « Mon plan d’origine est de passer en Naturalia afin d’acquérir de l’information sur la localisation de mon frère, et sur ce qu’il est devenu pendant mes 37 années d’absence. Je n’ai pas d’autres souhaits que de terminer cette quête au plus vite et finalement commencer une nouvelle vie. Pour répondre à votre autre question, je suppose que je dois avoir autour des 80 ans... ma mémoire fait encore défaut, excusez mon manque de précision.» Dis-je… n’avais-je jamais été aussi franc? Non, je ne crois pas. Ce sujet était généralement quelque chose que j’évitais, du moins depuis que je m’en étais souvenu. Je ne désirais pas parler de mes propres intentions, de mes buts, de mes ambitions. J’aimais simplement ne rien dire de moi ouvertement, mais qui s’en souviendrait, en ces bois? Je n’étais pas gêné, loin de là, c’était simplement que je ne désirais pas embêter les gens avec cela. Les chevaliers ne sont-ils pas supposés être le reflet de l’homme parfait? N’étaient-ils pas supposés montrer l’exemple de ce qu’on doit être, tout en défendant ceux qui aspiraient à le devenir? Je continuai quand même… après tout, cet homme était bien supposé être mon allié.

« La route est longue, mais depuis quelques semaines, mon passé trouble me revient lentement à l’esprit… l’aillant oublié suite au traumatisme que ce bâtard m’a fait subir lorsqu’il m’a laissé pour mort. Maintenant que j’ai vu autre chose que ces terres infâmes et cette famille dégoutante, il m’est impossible de rester assied sans rien faire… Ce n’est même pas pour obtenir vengeance que je m’aventure en ces terres, mais bien pour éradiquer le mal à son état le plus pur. » Déclarais-je, me perdant de plus en plus dans ce torrent de pensées qui envahissaient mon âme. L’homme en avant de moi avait probablement remarqué mon expression évoluer vers une grimace sombre et douloureuse… Parler de cette chose, de ce moment critique de ma vie ou tout ce que j’avais me fut enlevé, et ou toute mémoire me fut retirer était chose beaucoup moins simple qu’il semblait. Me replonger dans ce monde noir était une épreuve douloureuse en soit, et tout sauf agréable… Peut-être était-ce là la réelle raison pourquoi je n’en parlais à personne?... Et c’était probablement aussi la raison pourquoi j’étais parti sans n’en avertir personne… Les temps sont tellement troubles de toute façon, on ne sait même plus si c’est à un chevalier qu’on parle ou à un type en armure qui se croit intelligent. C’était probablement une bonne chose que j’aie quitté la capitale après tout. J’écartai alors ces songes qui n’avaient rien à faire autour de ce feu et refermai la terre sur le feu de camp, l’éteignant ainsi afin de ne pas attirer qui que ce soit, ou quoi que ce soit. La nuit était froide, mais je préférais fortement le froid aux créatures et intrus qui pourraient s’introduire lorsque tous seront endormis…

« Bon, peu importe ce que tu désires faire, le moindre que je puisse t’offrir est de passer la nuit dans le coin. Même si nous sommes en terres de Bénécuis, je ne préfère pas laisser repartir un confrère en pleine nuit, qui sait ce qui rôde dans l’ombre des grands chênes. » Dis-je, me retournant vers la tente de fortune que j’avais construite, et lui balançant une fourrure droit tirée de mon sac. Défaisant la tente afin de me servir de son toit comme couverture, j’étais en manque de matériel pour accommoder trois hommes. Je pris alors un peu des forces qui me restait afin d’ériger des tranchées, modifiant les structures de la terre, et relevant un pan de terre afin d’en faire un abri partiel… Si la pluie se décidait, nous ne serions pas trempés au moins… Au froid, certes, mais pas trempé.

Je terminai d’amasser mes possessions et les mettre à l’endroit que j’estimais à l’abri… puis m’accotai contre la paroi de terre que j’avais érigée et tentai de m’endormir. Mes rêves ne furent pas des plus clairs, mais au moins le ciel redevint bleu et le soleil se pointa le lendemain matin. L’odeur et les terres détrempées m’avertirent que la pluie avait bel et bien passée, et un sourire passa mes lèvres face à l’utilité de ma précaution. Les deux autres étant encore endormis, je pris mon temps afin de refaire un feu, sortant mon briquet à silex de mes affaires et le bois que j’avais gardé au sec de la veille. Le mage noir disparut de ma vue quelques minutes avant que je ne commence à cuisiner avec les rations qui me restaient, faisant cuire un genre de ragout sur le feu de camp… Alors que l’autre revint finalement, mon ragout était terminé et lorsque celui-ci revint avec ses noix et ses pommes, je me serrai les tempes avec les doigts, me demandant si tous les gens que je rencontrerais sur ma route seraient si peu préparés. Ma seule réponse envers lui fut de lui tendre un petit bol en terre cuite, ainsi qu’une cuillère, remplis de ce ragout peu appétissant mais au moins nourrissant. La journée serait longue, très longue même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eluan
Jeune Apprenti Mage, niv 1
Jeune Apprenti Mage, niv 1
avatar

Messages : 998
Date d'inscription : 01/03/2013
Age : 20
Localisation : bonne chance pour me trouver

Feuille de personnage
Pouvoirs: magie noir
Armes: lance/hache
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Ven 5 Avr - 11:28

En voyant que Darius me tenait un bol de ragout je lui disais : « Merci, gentil de ta pars Darius. » Darius donnait aussi un bol à Ghelal. Je ne me sentais pas très bien en leurs compagnies. J’avais peur quand même qu’ils essayent de me tuer. Surtout Ghelal je ne me sentais pas bien en sa présence. Tout d’un coup j’entendais un bruit quelqu’un avait marché sur une branche. Les deux chevaliers l’avaient aussi remarqué. Je leurs disais: « Attendez ici je vais aller voir ! » Naturellement ils ne voulaient pas. Ils avaient décidé que Ghelal allait voir ce que c’était. Quand tu d’un coup surgis un lapin des buissons. Je commençais à rigoler tout doucement : « Ça vas c’est que un lapin, il ne va pas nous faire du mal. » Je voyais que Ghelal ne trouvait ceci pas très drôle, alors j’arrêtais de rire. J’avais l’impression que les deux ne me prenaient pas au sérieux en tant que mage noir,
mais il ne fallait jamais me sous-estimer. Je voulais leur demander, mais je me disais ça ne sert à rien de leur demander. Je savais que Darius et Ghelal étais des démons tous les deux je les avais entendu parler pendant la nuit. Mais je trouvais que Ghelal étais très jeune plus jeune que moi au moins d’apparence. Mais je voulais savoir quel âge il avait ça m’intéresse. Alors je lui demandais : « Une petite question Ghelal tu as quel âge en faites ? Je demande ça parce que tu es plus mure que tu en as l’aire. » Puis je me tournais vers Darius et je lui disais avec une vous intéresser : « Et toi quel âge as-tu ? Ton nom de famille est très connu à Malificium. Pourrais-je vous suivre pour aller à Malificium ? Et oui j’ai entendu que tu voulais aller à Malificium. Je m’adressais au deux pour leur demander : « Puis-je ravoir mes armes s’il vous plaît et ne m’obliger pas à aller les chercher moi-même avez-vous compris ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-cache-danea.forumgratuit.org/
Ghelal Ardesh
Paladin, niv 2
Paladin, niv 2
avatar

Messages : 748
Date d'inscription : 11/02/2013

Feuille de personnage
Pouvoirs: Maitrise de la terre - Vitesse accrue - Maitrise du feu
Armes: Skarg'lh'reyth endormi
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Ven 5 Avr - 22:14

Lorsque la nuit fut passé, Ghelal se réveilla le dernier, cela faisait longtemps qu'il avait pas passer une aussi mauvaise nuit. Plus depuis qu'il avait sortie le gosse du temple, l'avait cautériser à la main et totalement maitre de la souffrance qu'il s'était infligé, et dormis dans une caravane itinérante merdique en bois et termites... Un vrai voyage bien pourri.

Le réveil du garçon se fit tout de même avec l'odeur d'un bon ragout. Un vrai repas ! Et chaud en plus ! Il se redressa rapidement et remit chaque pièce de carmine qui composait ses pièces de plates. Le mage noir revint d'on ne sais où, pour le coup il fut déçu, il espérait qu'il aurait rejoins la première ville de Bénicius à l'aube et qu'il l'y aurait trouvé … et tué en public devant une foule qui lui cracherai dessus jusqu'à ce que sa tête eut lâché le dernier craquement... Le garçon sourit. Songeur.

Le discours échangé avec Darius la veille lui en avait appris plus, et il y avait d'ailleurs pas mal réfléchis cette nuit et ce matin, bien qu'il déjeunait, son esprit démoniaque était très loin de son bol et lorsqu'ils entendirent un bruit, le démon sursauta manquant de se renverser de son repas.

« ... » Eluan d'abord se porta volonté, mais le garçon préféra y aller de lui même. On ne pouvait être sur de rien, surtout d'un mage noir. Il se dirigea vers la source du bruit et disparu un instant de la vue de tous.

Tandis que le chevalier cherchait le son, il repéra quelqu'un qui les épiait... méfiant, il s'approcha encore discrètement puis utilisant sa vitesse redoutable arriva jusqu'à l'autre et sa lame s'enfonça dans la tête de l'homme, la victime s'effondra en silence dans un fourré provoquant la fuite d'animaux. Lorsque Ghelal revint, un lapin le précédait et la remarque d'Eluan ne le fit guère sourire. Peut être était ce lui qui avait demander à cet aigrefin de les suivre. « Tss.. » fit le garçon, remuant le pied et sortant une pique de terre sous le lapin en fuite, le tuant sur le coup, empaler dans le flanc. Froid, le paladin alla en direction du cadavre de l'animal qu'il pendit par les pattes arrières et l'amena à l'autre.

« On consomme tes rations, je pense que ça t'aidera pour ta route. »


Nouvelle question d'Eluan, son âge ? Pourquoi son âge ? Il avait l'air pourtant bien assez jeune pour qu'on devine son âge facilement. « J'ai dix huit ans monsieur » fit le jeune homme avec un léger rictus. « Je crois me souvenir quand un monde aussi traitre et meurtrier que le pays d'où tu viens, atteindre la puberté est déjà un exploit en soit » Et pour en venir, Ghelal savait très bien de quoi il parlait. Eluan exprima qu'il était trop mur pour son âge. Le démon garda son sourire cynique « Peut être parce qu'à cause de type dans ton genre j'ai du apprendre à grandir vite ou bien est ce peut être que tu n'es pas assez mûre pour ton âge ? »

Décidément, les mages noirs ne méritaient vraiment pas qu'on s'intéresse à eux. Voilà qu'il pose la question fatidique à Darius, Ghelal se leva à cette question, la réponse, il la connaissait. L'homme aux yeux rouges observait le ciel, le vent... le bruit... avec une pipelette comme ce mage noir, la mission du démon serait probablement pas mission simple... Mais Il se refusait encore à tuer le mage. Il pourrait peut être le perdre et laisser la loi du plus fort faire le reste... Des loups... des chiens... des ours... des fourmis aussi probablement pourraient avoir raison de lui... Le chevalier laissa aller ses sens jusqu'à ce que le mage demande ses armes. « Sinon tu vas les prendre toi même ? » Ghelal fit un non de la tête. « Puisse t il me donner de la pitié si jamais tu prend tes armes... car ta tête roulera très certainement avec elle l'instant d'après enfant de la déesse interdite et chienne d'Emna Damna ! » Il cracha par terre. Personne ne devait nommer cette déesse impie et encore plus cracher sur le nom d'Emna Damna... surtout que c'était une personne... si charmante... pour l'avoir rencontrer en personne lorsqu'il était... vivant...

"Tu n'en as pas besoin..."

Reposant son regard à nouveau sur Darius, il prit un ton froid. "Nous devrions partir, ce lieu n'est plus sûr" il fit un signe vers la lame de son épée encore rouge du sang de l'homme qu'il avait tuer. "Je n'ai pas confiance en lui, ni en toi, mais je ne peux me permettre de laisser un allié dans le besoin, en revanche, je n'ai rien d'autre avec moi que ma lame. Il me faudrait aller chercher mes affaires et des provisions si je désirais t'accompagner dans ta quête, mais je pense que c'est une mission que tu as besoin d'accomplir seul, en revanche"

Il sourit alors "Ka'sh nik len dezo'ï jint'reka Malificum" *Je peux t'accompagner jusqu'à l'entrée en Malificium*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darius Merinstal
Ecuyer, niv 1
Ecuyer, niv 1
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/03/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Pouvoirs: Contrôle de la terre, Rapidité accrue, Réflèxes accrus
Armes: Lance courte, Épée longue
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Sam 6 Avr - 6:16

[HRP : Désolé pour le post légèrement gore et imagé, c’était… tristement nécessaire.]

Mon nom de famille était TRÈS connu en Malificium?! Dès que cette phrase fut dite, on put remarquer un changement radical sur mon visage cherchant l’éveil encore… On y discernait l’expression la plus pure de la rage et de la colère. Une partie sombre de moi se relevait et avait le gout du sang qui lui revenait. Mes yeux d’un marron foncé se rivèrent intensément sur l’homme. Mes songes se percutaient, se battaient les uns contre les autres en une mêlée sanglante et brutale afin de déterminer ce que je devrais faire, laissant à l’autre le temps de s’exprimer, j’aurais bien voulu lui répondre avant toute chose, mais une furie sans précédent s’emparait de mon être. Comment cet imbécile de Sven avait-il réussi à se faire connaitre, à devenir CONNU en terres de Malificium. Ce mécréant c’était-il servi de ma mort comme campagne publicitaire afin de se faire passer pour le mage noir impeccable qu’il n’était pas?! Cette information me retournait, me révulsait, et toute logique disparaissait peu à peu de mon être alors que cette émotion exhilarante s’emparait de mon être, j’avais chaud… très chaud… et j’avais la soudaine envie de faire manger ses entrailles à ce mage noir pour avoir même été en ma présence. Oui, de lui faire manger ses entrailles tout en m’assurant pour qu’il soit en vie jusqu’à sa digestion de son propre corps, souffrant alors que j’arrachais ses ongles les uns après les autres et que j’organisais son inquisition. J’aurais ainsi toutes réponses que je désirais après une séance qui sonnait si douce à mon esprit!

Étant couché par terre, tentant d’enfiler les attaches de cuir de mes jambières métalliques, je me donnai un seul coup par terre, poussant celle-ci afin de me propulser en l’air et retomber sur mes pieds. En plein vol, j’étirai une main tout en poussant contrôlant le sol près de ma lame afin qu’il donne un coup sur celle-ci, la faisant voler jusqu’à ma main, l’attrapant et suivant l’élan pour ne pas couper de force ni de vitesse, j’allai la positionner en un mouvement rapide comme l’éclair sous la gorge de ce mage noir qui semblait maintenant si fétide. J’avais envie de le voir pendu dans un arbre, égorgé préalablement! Je ne portai encore aucune attention à l’homme qui s’était dénommé Ghelal, et qui s’était proposé pour m’emmener jusqu’aux portes de Malificium. Ma voix retentit alors, une voix si empreinte de rage et de dédain qu’elle aurait fait trembler un démon tri-centenaire, disant à l’hideux mage noir qui polluait ma vue : « Comment ça, Connu?! Que sais-tu sur cet attardé de Sven et cette sa**** de Saiad?! Crache tout ce que tu sais, tu à dix secondes avant que je ne commence à te dépecer sur place! » Criai-je… Et au loin on entendit un hululement de hibou… Hibou qui se mit à voler, instantanément, et qui vint se percher sur mon bras non-occupé… me regardant droit dans les yeux… C’était bien le temps qu’il arrive lui… Mais aucun mot ne vint de lui, simplement son regard profond…

Je fermai les yeux un instant, prit une grande respiration et laissai passer un soupire. Je replongeais dans cette cruauté infâme que j’essayais tant bien que mal de faire disparaitre de mon être. Jean-Louis le savait bien que ma rechute n’était pas quelque chose d’intentionnel… mais encore je savais pertinemment pourquoi il était revenu aussi rapidement. Son regard accusateur m’était la chose la plus lourde à porter… Je prenais lentement conscience de mes pensées et de ma violence, un haut le cœur me venant rapidement alors que je repensais à ce que j’espèrais lui faire… J’étais encore enragé, mais au moins contrôlé. Je laissai s’échapper un simple remerciment, un soupire a peine audible, mais assez présent pour que ce même hibou cesses de me fixer, et regardes autour de lui, examinant les deux autres tout aussi intensément.

Je redescendis ma lame, ne menaçant plus l’individu devant moi et le regardant droit dans les yeux. Je lui dis alors : « Tu m’en a déjà bien assez dit… Prends tes affaires et disparait de ma vue avant que je ne changes d’idée. Ne tente par ma générosité. » Dis-je alors que je pointai une direction avec ma Lame. « Malificium se trouve dans cette direction, à environ une semaine de marche. Peu de routes sont dans cette direction et utilisez le couvert des bois afin de ne pas retomber sur un chevalier moins généreux que moi. » Dis-je, me retournant finalement vers mes propres affaires. Je me penchai alors sur mon plastron, le prenant et commençant à l’enfiler. J’avais une longue marche et un trajet plus qu’incertain devant moi. J’avais maintenant une information bien précieuse avec moi, par contre. Sven était vivant, et connu. Alors que je me penchais, ce vieux hibou alla simplement s’installer sur l’arbre le plus près… Fixant le mage, celui-ci put entendre une voix se propager dans sa tête, lui disant simplement : « Ne prends pas ça personnel, il n’est pas prèt à entendre ça, le pauvre… Je te conseille par contre de prendre la route au plus vite! Je ne serais pas capable de le contrôler si l’envie le prenait réellement! Peut-être nous recroiserons nous un jour, noble voyageur! » Dit cette voix étrangement enjolivée… Jean-Louis était un satané oiseau de malheur… Et un oiseau de malheur qui communiquait par télépathie en plus! Je n’avais aucune conscience de ce qu’il venait de dire à ce moment, mais il m’en parlerait la nuit prochaine, me faisant encore une fois la morale sur mon comportement trop violent par moments.

Je secouai ma tête, ma cuirasse dans les mains. Soupirant une fois de plus, je repris le sourire, le forçant bien entendu afin de regarder dans la direction de Ghelal pour lui dire : « Usstan xuat joros dosst khaless whol Usstan orn'la'naut rytho'le ol quin, jhal tar'annen pholor l'revis ulu uoi'nota orn'la tlu al izilted. » *Je ne demande pas ta confiance, ne la méritant pas encore, mais de la compagnie serait grandement appréciée sur la route vers la porte des enfers.*Quelques secondes plus tard, mon armure était mise, mon bouclier accroché à mon bras, ma lame au fourreau, mon sac remplis sur les épaules et ma lance accrochée à ce dernier, en position pour être rapidement attrapée. Une bonne centaine de livres de fer et d’Acier sur le dos, j’étais finalement prêt pour la route. Je n’attendis pas de commandes ni rien d’autre. « Aller, la journée sera longue… et j’ai un détour à faire en Naturalia si je ne veux pas me lancer au suicide. Si tu pourrais prendre le lapin ça m’aiderais aussi. » Dis-je, changeant de sujet et d’attitude instantanément. J’avais trouvé un allier, j’en avais repoussé un autre… Mais je marchais enfin vers ce que j’aurais dû faire depuis trop longtemps. Les dieux regardaient-ils cette scène de notre histoire? Riaient-ils du sombre destin qui se jetterait sur nous ou espéraient-ils encore une fin plus claire? J’ignorais ce qui se dresserait devant moi, mais je n’avais plus peur de rien. Je savais à quoi m’attendre, non pas à un tas de cendres qui avait cru intelligent de prendre mon titre et ma gloire, mais bien à un mage noir en bonne et due forme qui avait su profiter de l’opportunité qu’il avait créé. Du moins, là était mon hypothèse… Oh combien j’avais touché près du but.

La route serait longue, mais au moins elle ne serait pas solitaire. Mon pas déterminé me guidant le long du fleuve radiant… En direction des plus grandes archives qui n’avaient jamais été. La bibliothèque légendaire de Naturalia. C’était là où le prochain épisode de mon aventure se déroulerait… Là où j’aurais finalement l’information que je cherchais sans risquer d’arracher la tête à quelqu’un. Mon regard se rivait vers le sud-ouest, me demandant si ce mage noir allait bien terminer sa route… J’avais le pressentiment qu’un jour je le reverrais, en d’autres termes, en d’autres conditions… et probablement avec des excuses et une tasse de thé.

[Fin du topic pour ma part, désolé de l'évolution, t'a frappé le mauvais point au mauvais moment sur le personnage]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eluan
Jeune Apprenti Mage, niv 1
Jeune Apprenti Mage, niv 1
avatar

Messages : 998
Date d'inscription : 01/03/2013
Age : 20
Localisation : bonne chance pour me trouver

Feuille de personnage
Pouvoirs: magie noir
Armes: lance/hache
Relations:

MessageSujet: Re: A sliver of hope? Sam 6 Avr - 7:32

Je remarquais que j’avais dit une bêtise. J’aurais dû dire que son nom de famille était plus connu pour être l’esclave de Morgane Evans. Mais je ne le disais pas par peur de me faire tuer. En voyant comment Darius était je pouvais me reconnaître, il avait la même expression de rage que moi. Il me disait le chemin le plus vite pour aller à Malificium. Le hibou qui venait d’apparaître était à Darius je le remarquais parce que le hibou m’avais parlé j’avais remarqué que il pouvait parler par télépathie. Avant de partir je les regardais pour bien pouvoir les reconnaître. Je savais que l’on allait se revoir un jour. J’espérais quand même sous d’autre condition. Je prenais mes armes et je partais sur le chemin pour Malificium, mais j’avais décidé de retourner vers Naturalia pour aller aux thermes. Alors je faisais demi-tour pour aller de nouveau où on était en espérant qu’ils n’étaient plus là Darius et Ghelal n’arrivant il n’y avait personne. Je m’en doutais qu’ils ne seraient plus là. Je devais retourner ou on était parce que je venais de Naturalia. Quand je voulais repartir je tombais sur un petit groupe d’aigrefins. Ils étaient justes à 5 personnes. Comme j’étais énerver je m’étais dit que de de tuer 5 aigrefins allais fortement me calmer. J’allais vers le groupe d’aigrefins leur chef me disait : « Qui êtes-vous, partez de mon chemin. » Je lui répondais avec une voix remplis de haine : « Je suis la mort, pour mieux dire votre mort. » Les aigrefins commençaient à rigoler alors moi je sortais ma hache et je m’étais téléporter derrière un des aigrefins je lui donnais avec l’arrière de la hache un grand coup sur la tête. L’aigrefin mourrait sur le coup, alors moi j’utilisais nécromancie pour contrôler le corps. Comme ça je pouvais sans problème tuer les autres aigrefins. Quand les aigrefins étaient tous morts je me mettais sur le chemin pour les thermes.


[voilà ma fins j’aurais dû mieux m’exprimer]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-cache-danea.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A sliver of hope?

Revenir en haut Aller en bas

A sliver of hope?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [EDH] Montage Sliver Overlord
» Forgotten hope 2.2 normandie
» EDH Sliver ?
» STAR OCEAN - THE LAST HOPE
» SWANN ✚ hope you forgive me.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nelberaid ::  :: Le Fleuve Radieux-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit