AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Calliopé & Elise] Le petit prince

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Letie & Elise Nova
Chasseur, niv 2
Chasseur, niv 2
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 39
Localisation : Là où me mène mon destin.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en harfang des neiges, Contrôle des plantes, Contrôle des cauchemars
Armes: Bâton, dague
Relations:

MessageSujet: [Calliopé & Elise] Le petit prince Jeu 1 Mar - 10:47

La jeune elfe trottinait au milieu du chemin, un beau cailloux vert à la main. Du jade, cette fois, comme ses yeux. Elle avait du mal à détacher son regard de la pierre. On la lui avait donné avant même qu'elle parte faire sa "mission". Parait que les "professionnels" travaillent ainsi et comme elle était parait t-il une spécialiste maintenant, elle avait même le droit à un cailloux avant. Et elle en aurait d'autres après en plus, un autre et plus gros. Ils avaient voulu marchander sur la couleur, mais elle en voulait un blanc parce qu'il y avait un bébé. Les enfants, tous le monde sait qu'il faut qu'ils soient blancs. Blancs comme l’innocence, comme des petits princes qui ne verront jamais la violence. Alors il lui fallait un caillou blanc, sans quoi elle refusait d'y aller. Il avait accepté, ce n'était pas si facile de trouver quelqu'un prêt à s'occuper d'un petit prince. Les hommes et leurs remords stupides, ils ne comprenaient rien.

Elle leva le diamant au dessus de sa tête, le tenant entre deux doigts. Il brillait bien sous le pâle rayon de soleil qui s'extirpait maladroitement des nuages. Oui, elle l'aimait bien, il était digne d'être échangé. Un sourire dément lui vint aux lèvres alors qu'elle faisait tourner le joyaux entre ses doigts. Était-ce seulement un vrai ? Elle n'en savait rien et s'en moquait. Il était joli, que demander de plus ? Il pouvait aussi bien ne rien valoir du tout, il n'en serait que plus digne d'être échangé car comme une vie, il n'avait pas de valeur, mais il était assez beau pour qu'on y tienne. Elle s'arrêta.


- Une calèche marron avec un blason de tigre sur la porte et deux chevaux blanc pour la tirer il a dit. Tu crois que c'est elle ?

La pierre ne répondit pas bien sûr, elle n'était pas encore vivante. Enfin, pas encore morte plutôt, mais contrairement aux humains, les cailloux ne se mettent à parler qu'après leur décès. Elle resta au milieu de la route, attendant que le cocher s'arrête devant elle, descende de son siège et se sauve dans la forêt. Non, elle n'avait sortie aucune arme et n'avait rien d'effrayant, ce n'était qu'une scène préparée à l'avance. L'homme drapé de noir lui avait dit que le conducteur du chariot partirait. Alors elle monte à bord, prend les rênes et fouette les chevaux.

Dedans, une vois de femme demande ce qui se passe, mais elle s'en moque. L'autre n'a pas besoin de savoir, elle ne pourrait pas comprendre de toute manière. Le carrosse entre dans la foret, et s'arrête dans une petite clairière, là où personne ne pourra les entendre crier... Souple comme un chat, Elise saute du chariot et s'étire. Puis, elle prend une dague et fixe la porte avec un sourire.


- Vous pouvez sortir, vous êtes arrivés à la fin de votre voyage.

Les yeux de la jeune elfe pétille d’excitation alors qu'elle se poste à coté de la portière pour aider la dame à descendre. Dieu comme elle est bien habillée, et le petit prince dans ses bras, il est si mignon. Si jeune, elle l'aime déjà. Elle a l'air perdue cette proie qui n'a pas encore conscience de l'être. La peur hante déjà son regard, elle aussi elle est belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brin-d-if.deviantart.com/
Calliopé Grey
Archimage Maléfique, niv 3
Archimage Maléfique, niv 3
avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 23
Localisation : Une Grey ne se perd pas ! Une Grey... oublie momentanément le chemin qu'elle est censée prendre...

Feuille de personnage
Pouvoirs: Magie noire | nécromancie | force surhumaine
Armes: Un couteau de cuisine | une poupée en chiffon dissimulant des sachets de poison
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Jeu 1 Mar - 13:25

    Calliopé avait quitté Naturalia, elle était resté dans la ville rouge un peu plus de trois jours et cela lui avait grandement suffit. En tout cas pour le moment. Elle avait assez vu de rouge pour le restant du mois. Bon, elle n’avait pas vécu non plus des aventures extraordinaires dans cette ville, hormis certes, cette rencontre avec ce bonhomme et son crotale qui avait entraîné un déluge de compliquation spalmodiques impliquant gardes, prêtres intolérants et gros toutous enragés (qui n’étaient en fin de compte que le fruit d’une hallucination collective) bref, pas non plus de quoi s’effondrer par terre. Après Naturalia et être rentrée chez elle pour voir sa famille et leur raconter à quelle point la vie dehors pouvait être ex-ci-tan-te !

    Après cette expédition et cette retour vers le foyer, elle décida de partir vers en endroit dont elle n’avait entendu parler que très rarement mais qui avait toujours été évoqué comme un lieu magnifique, époustouflant etc. Cet endroit là, c’est le lac. Le Lac devrais-je dire ! Calliopé avait bien envie d’un petit plongeon dans les eaux douces et fraîches… Dans cet objectif elle avait quitté son chez soi sur le dos d’un cheval prêté gracieusement par son frère -un cheval assez petit d’ailleurs, c’était peut être un poney en y réfléchissant mieux- et n’avait pas revêtu sa traditionnelle robe noire mais plutôt une longue tunique blanche assez légère. Ca donnait peut être un air de mage blanche mais elle s’en fichait pas mal, après tout il n’y aurait certainement pas grand monde au Lac pour la juger sur ses vêtements… Et le premier qui penserait avoir affaire à une fillette blanche regretterait bien assez vite.

    Elle son couteau de cuisine passée à sa ceinture, son sac de tissu à l’épaule dans lequel se trouvait planqué sa poupée Scylla ainsi que de quoi casser la croûte pour elle -un beau morceau de pain frais, une pomme, une gourde remplie d’eau- et pour Richard -une grosse laitue bien verte et appétissante-. En parlant de Richard IV, ce dernier se trouvait sur son bracelet de fer, à son poignet gauche comme d’habitude. Et comme d’habitude il causait de tout et de rien, mais surtout de rien. Et d’un rien toujours aussi aigri et méchant. Bref, la petite équipe était au complet pour aller faire trempette dans le Lac. Ce que n’avait pas prévu ni l’enfant ni l’escargot, c’était que le Lac était à une bonne paye de Malificium. Personne n’avait jugé utile de les prévenir de ce menu détail…

    Le voyage fut donc extrêmement périlleux. Ils traversèrent les plaines dévastées assez rapidement, Calliopé connaissait bien ces terres et elle savait exactement où aller. Le problème qu’elle renaître se situa plutôt quand elle entra dans… une forêt. Elle n’avait pas pensé qu’elle devrait affronter cet élément naturel vert et hostile pour atteindre son Lac bien aimé… Et cette forêt, elle n’y avait mis les pieds qu’une seule fois -pour se rendre à Bénécius et encore elle avait un guide- et elle se souvenait d’une immensité verte où on pouvait très facilement tourner en rond. Et c’est d’aileurs ce qui lui arriva. Elle se pauma complètement et eut très vite l’impression qu’elle s’était embourbée dans un labyrinthe affreusement entortillé.

    - On est perdu, c’est ça petit mollusque ? s’exclama soudain Richard alors que le cheval/poney passait devant le même gros chêne noueux pour la sixième fois.
    - Mollusque toi-même ! Eh, lardon ! Je sais bien qu’on est perdu, mais figure-toi que j’essaye de nous sortir de là. Le truc c’est d’aller tout droit je crois, on finira bien par sortir ou par croiser quelqu’un qui nous aidera.
    - Permet-moi de trembler par avance. Vu ton sens de l’orientation et ta diplomatie, personne ne voudra jamais nous aider… Et en plus, j’ai faim. Cela fait UNE journée ENTIERE que l’on se trinbale sur cette rosse et on n’a même pas entrevu un mètre cube de liquide « laquien ».

    Richard IV voulut partir dans une tirade pour montrer à quel point il avait faim, à quel point c’était stupide de s’être engagé dans cette nouvelle lubie snas même se renseigner avant, à quel point il aurait été plus intelligent de se choper une petite victime innocente et de l’obliger à servir de guide… Mais Calliopé l’en empêcha en lâchant d’une main les rênes et en s’emparant de sa coquille pour le soulever légèrement. Cela faisait toujours son effet et Richard IV, tout machiavélique qu’il soit, se renfrogna et ne dit plus un mot, il détestait être arraché à son support…

    - Tais-toi un peu « génie du crime », j’entend une voix… Elle venait de par là si mes sens ne me trompent pas…

    La petite mage fit avancer sa monture encore un peu en avant et très vite arriva dans une clairière. Et dans cette clairière se dressait un tableau assez amusant : une sorte de calèche tirée par des chevaux -des vrais- et une femme qui portait apparemment un bébé dans ses bras avec à ses cotés une jeune fille. Sans doute était-elles aussi perdues qu’elle ! Voilà une bonne chose pour Calliopé. Être paumée seule, c’était pas chouette, mais à plusieurs les problèmes se réglaient bien plus vite. Elle arrêta son poney et en descendit snas pour autant le lâcher. Manquerait plus qu’il se fasse la malle et elle devrait se sortir d’ici à pied…

    - Bonjour mesdames, excusez-moi de vous dérangez mais je comptais aller au Lac mais je me suis perdue en chemin et je pensais que peut être vous pourriez m’aider, sauf si vous êtes vous aussi per…

    La voix de Calliopé se figea dans le fond de sa gorge. Même Richard ne continua pas sa phrase. Peut être était-ce tout simplement l’atmosphère de la forêt mais elle sentait comme une sale ambiance dans l’air. Hmm… Elle ne verrait certainement pas le Lac aujourd’hui. Un pressentiment…

    - Vous avez un problème ? demanda-t-elle, juste pour se donner contenance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Letie & Elise Nova
Chasseur, niv 2
Chasseur, niv 2
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 39
Localisation : Là où me mène mon destin.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en harfang des neiges, Contrôle des plantes, Contrôle des cauchemars
Armes: Bâton, dague
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Jeu 1 Mar - 14:20

Une petite fille ? Élise regarde la femme qu'elle tient par le bras, puis l'enfant dans les bras de la femme, et enfin la dague dans son autre main, pressée contre la nuque de sa victime. Non, la petite fille ne fait pas partie de la famille, elle n'irait pas bien dans ce tableau. Et puis on ne lui a promis qu'un seul autre cailloux et il est pour le petit prince. Le bébé, il doit forcément faire partie du message, le type encapuchonné a bien insisté là dessus. Pour la dame, il a dit que ce serait mieux qu'elle ait son cailloux aussi, mais que si elle s'en allait, ce n'était pas trop grave. elle devrait juste rendre le cailloux vert. Seulement, elle l'aime bien ce joyaux de jade, il a la couleur de ses yeux.

Tournant à nouveau la tête vers la "gêneuse", elle la détaille tranquillement. Après tout, rien ne presse, la femme est tétanisée. Quand elle se mettra a être gentille, il faudra s'occuper d'elle rapidement, mais pour le moment elle a tout son temps. La petite fille est perdue, seule, dans la forêt. Quelle situation ridicule... Comment peut t-on être perdu quand on est seule et qu'on a nul part où aller ? Parce que si elle avait vraiment une famille, il ne l'auraient pas laissés seule, elle est bien trop jeune. Le lac, bien sûr qu'elle sait où il est, la forêt n'a pas grand secret pour elle, mais il est encore loin. Trop pour y arriver ce soir en tous cas. Donc elle ne peut pas être perdue puisqu'elle va vers une destination trop lointaine. Le monde autour d'elle, par contre, il est peut être perdu. Sûrement même... Oui, le monde il est perdu, elle l'a toujours su. Elle est jeune, elle peut encore comprendre, alors la jeune elfe lui explique d'une voix joyeuse et trop aigüe.


- Les problèmes ce n'est pas grave, mais le lac il n'est pas là. Non, elle a pas de problème, il l'a juste échanger contre un cailloux. Je vais le chercher après, mais il faut d'abord que je lui montre la vérité. Ensuite, si tu veux, je te montrerai le lac.

Un sourire plein d'innocence collé sur les lèvres, Élise lève les yeux vers sa victime. Elle serre l'enfant contre elle et pleure, elle est presque prête. Sans se presser, la tueuse lui prend le petit prince des bras, le calant délicatement sur son épaule. Il ne faut pas lui faire de mal, sinon il va comprendre, et il est bien trop jeune. Non, il doit rester éternellement un petit ange. Il a des cheveux blond bouclé, doux comme du coton. Le sourire de la jeunette se fait plus doux et ses paupières se ferment à demi alors qu'elle sert l'enfant contre son sein. Il pleure dans ces bras inconnus, mais son visage rouge, déformé par les larmes, ne change rien à sa beauté. La dague se presse sur le cou de la femme, et l'assassin poursuit son incompréhensible discours d'une voix douce et pleine d'amour.

- N'ai pas peur petit prince, tout est fini maintenant. N'ai pas peur, tu ne verras rien. Tient, puisque tu es là, tu peux le porter ? Faut le rassurer, il a peur. Ils ont tous peur.

Son regard vert plein de folie se tourne brièvement vers la fille du lac, puis elle pose l'enfant au sol. Sa mère commence à s'agiter. Les adultes sont tous pareils, ils veulent qu'on s'occupe d'eux avant de prendre soin des enfants. Pressant la dague sur l'artère sous clavière, elle la fait assoir et encoche d'un geste vif du bout de son arme, la veine. Premier sang, la victime commence enfin à comprendre et donc, elle devient gentille. C'est le moment que la jeune elfe préfère, celui où ceux qui ont été échangé contre des cailloux lui disent qu'en fait, elle est gentille et qu'elle n'a pas envie de les tuer. Mais ils ne comprennent pas qu'elle n'est pas là pour le meurtre, ce n'est qu'un échange, pour donner une vie aux cailloux, pour les protéger de ce monde impure. Dans un petit rire, elle se rapproche de sa victime pour lui murmurer doucement à l'oreille.

- Ce n'est pas moi qui veut, mais regarde, on m'a donné ça pour toi. Moi, je veux juste protéger ton petit prince parce qu'il ne doit pas voir la vérité. Tu entends comme il pleure ? Tu vois, c'est pous ça que tu dois être sage, pour qu'il soit heureux.

Tranquillement, comme si cette scène n'était qu'un jeu, elle lui montre le cailloux alors que son autre main plante la dague dans la colonne vertébrale avec un bruit sec. Qu'elle essaie de s'enfuir, maintenant ! Le rire cristallin d'Elise se fait entendre dans la clairière, plein d'une joie simple, celle d'avoir une victime trop faible pour se battre à portée de dague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brin-d-if.deviantart.com/
Calliopé Grey
Archimage Maléfique, niv 3
Archimage Maléfique, niv 3
avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 23
Localisation : Une Grey ne se perd pas ! Une Grey... oublie momentanément le chemin qu'elle est censée prendre...

Feuille de personnage
Pouvoirs: Magie noire | nécromancie | force surhumaine
Armes: Un couteau de cuisine | une poupée en chiffon dissimulant des sachets de poison
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Ven 2 Mar - 9:12

    Calliopé et Richard étaient tétanisés, et pourtant il en fallait beaucoup pour tétaniser deux zigotos comme eux… Calliopé était juste stupéfaire parce qu’elle venait de remarquer que ça n’allait pas, mais alors pas du tout, et Richard parce qu’il avait faim mais qu’il comprenait lui aussi que quelque chose d’anormal se passait là. Vous savez ce qu’on ressent quand on a l’impression que quelque chose ne tourne pas rond et qu’on est en plein dedans, eh bien Calliopé ressentait ça en ce moment même. Elle serra un peu plus les rênes de sa monture pour être certaine qu’il ne profite pas de la tétanisation générale pour se carapater. La petite mage noire n’était pas une trouillarde ni une lâche -enfin c’est ce qu’elle espérait- mais elle préférait avoir les moyens de se tirer en vitesses si ce… « tableau » se mettait à tourner en gros chantier. Et les moyens de se tirer c’était… un poney et un charmant galop.

    Et en plus le Lac n’était pas par là, enfin selon la demoiselle qui semblait assez volubile… Bah c’était ratée pour la baignade, c’était bien malin… La prochaine fois elle demanderait à son frère de l’accompagner et puis comme ça ce sera fait, il n’était pas du genre à se perdre. Quoique les Grey étaient réputés pour leur sens de l’orientation aussi développé que la délicatesse chez un pachyderme Quand la fille parlait, Calliopé ne comprenait pas tout cependant, pourtant elle n’avait pas l’impression d’être plus bête qu’une autre. Mais elle disait qu’il n’y avait pas de problèmes, ce qui est encore compréhensible bien que peu probable vu l’air qu’arborait l’autre jeune femme qui tenait l’enfant contre elle. Calliopé n’avait jamais vraiment elle-même tué des êtres humains (si on ne compte pas les sacrifices pour le déesse interdite bien entendu) mais elle avait déjà vu faire et se souvenait du visage des personnes qui allaient mourir. Et cette dame là avait un peu de cet air… Est-ce que l’on pouvait dire que tout allait bien, qu’il n’y avait pas de problème alors que quelque y avait dans l’atmosphère quelque chose de macabre ?

    Mais le plus étrange c’est qu’elle se mit à parler de cailloux, de cailloux et d’échange. De vérité aussi. Calliopé décida alors qu’elle était en plein délire… Il fallait être un peu siphonné pour parler comme ça… Et quand on était face à quelqu’un d’un peu « malade », il fallait mieux rester doux, diplomate. Zen en quelque sorte, et ne pas faire de geste brusque un peu comme si on se retrouvait face à un animal sauvage. Calliopé s’approcha lentement d’un arbre sans lâcher du regard le petit groupe et attacha les rênes de sa monture au tronc. Puis elle se avança vers la jeune fille et la jeune felle et le bébé très doucement, pour ne brusquer personne. Elle vit l’étrange demoiselle arracher le bout de chou des bras de la femme pour le prendre avec elle. Calliopé remarqua alors qu’elle avait placée une lame toute contre la gorge de la femme. Oui, ça n’allait vraiment pas.

    Et la fille continuait de parler, sa voix avait vraiment quelque chose d’égarée, de chaud… Elle appelait ce bébé « petit prince », mince en plus ça appartenait à de l’aristocratie ? Ben les voilà bien… Et quand elle s’adressa à Calliopé, la petite mage noire se sentit obligée d’obéir et de venir prendre le petit. Elle le posa par terre et Calliopé le ramassa pour le serrer contre elle. Il pleurait beaucoup, Calliopé pleurait rarement mais elle ne se souvenait pas de sa vie de nourisson… Il était blond, comme elle. D’ailleurs en y réfléchissant elle trouvait qu’il ressemblait à son petit frère qui devait être âgé de quelques petits mois. Cette considération la charma d’autant plus qu’elle voyait peu souvent ce petit frère. Elle serra le poupon contre elle en lui sussurant vaguement des choses apaisantes : rien de pire qu’entendre un bébé chouiner… Mais évidemment le bébé voulait sa mère, ou celle qui le tenait auparavant Calliopé ne comprenait pas grand-chose mais si elle voulait que le petit chou arrête de verser des larmes elle devait le rendre à la femme… Mais la femme était entre les mains de la fille… et la fille avait un couteau…

    - Tu as le don de te fourrer dans de ces situations ma belle… souffla Richard, trop choqué pour pouvoir crier ou inventer une insulte désagréable.
    - Pour une fois je suis d’accord avec toi, mais que veux-tu que je fasse, je ne vais pas partir avec ce petit… Je ne sais même pas ce qu’elle veut cette nana… lui répondit Cally sur le même ton bas.

    Et quand elle détourna son regard de l’escargot, elle vit que la « nana » comme elle l’appelle dans sa tête venait de… poignarder la femme ? Non, elle l’avait juste entaillée. Mince ! C’était grave tout de même… Calliopé allait intervenir mais elle entendit encore une fois la voix brûlante de cette nana. Petit prince, vérité, cailloux… Elle était à l’ouest, peut être possédée… Tout était possible n’est-ce pas ? La nana tenait un cailloux dans sa main, la femme pleurait et du sang coulait, le bébé dans les bras de la petite mage pleurait aussi mais moins fort, Richard semblait reprendre peu à peu son aplomb mais n’osait toutefois pas prendre la parole face à cette étrange scène et dans tout ça Calliopé ne savait plus que faire…

    - Mais qu’est-ce que vous faites là ? finit-elle par demander d’une voix qu’elle espérait calme et rassurante. Vous êtes qui ? Et c’est qui cette femme ? Pourquoi vous lui faites ça ? Vous êtes ennemie ou quoi ? Et ce bébé, qu’est-ce que vous voulez lui faire ?

    Certes on pouvait faire plus diplomatique qu’une avalanche de questions, mais Calliopé était encore dans ses débuts en tant que diplomate. Pour plus de sûreté elle lâcha le bébé d’une main et laissa ses doigts entourer le manche de son couteau de cuisine, juste au cas où…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Letie & Elise Nova
Chasseur, niv 2
Chasseur, niv 2
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 39
Localisation : Là où me mène mon destin.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en harfang des neiges, Contrôle des plantes, Contrôle des cauchemars
Armes: Bâton, dague
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Ven 2 Mar - 10:21

Élise se retourna en faisant voler sa robe courte comme une danseuse. Elle devrait faire attention la petite fille, elle posait des questions comme une victime. Du coup elle prenait des risques, fatalement ! La tueuse commençait à se demander si elle n'apporterait pas une petite touche romantique à son tableau. Au fond, elle était plutôt jolie dans sa robe blanche, mais elle n'avait pas encore sur le visage l'expression du désespoir, celle qui lui donnait envie de fendre des gorges pour immortaliser la beauté du moment. Et puis elle n'avait pas de caillou. Il faudrait lui en chercher un, mais ce n'était pas pareil quand elle devait le trouver elle même. Un caillou devait être offert pour une vie, du moins normalement. Après, si elle devenait trop belle, trop proche de la mort, la jeune elfe n'hésiterai pas à faire une exception.

Avec des gestes plein de douceur et d'amour, elle tend les bras vers le bébé et le ramène contre elle, abandonnant la mère immobile derrière elle sans la moindre crainte d'être attaquer en fourbe. De toute manière, elle cri beaucoup mais elle ne bouge plus, paralysée. Rien de plus radicale qu'une incision dans la colonne vertébrale ! Bon, il lui a fallu du temps pour apprendre à s'en servir pour immobiliser ses victimes sans les tuer, mais cette fois ci, elle est bien vivante. Faut pas que le petit prince voit ce spectacle, ce n'est pas bon pour lui. Alors elle le prend contre elle, l'enlevant des bras de la gamine. Faut dire que tenir un bébé avec un seul bras, fatalement, on le tient moins bien. Puis elle n'a pas l'air de vouloir lui faire de mal, la folle. D'ailleurs, en effet, elle veut juste le protéger... À sa façon. La dague est toujours dans sa main alors qu'elle tient l'enfançon, mais elle prend bien garde à ne pas le blesser. Pauvre petit, faudrait pas qu'il souffre.


- Non non, tu te trompes. Ce n'est pas toi qui doit poser ces questions, c'est elle.

"Elle" n'est autre que la pauvre femme avachie contre le carrosse, la dame de coure à en juger par ses vêtements, à laquelle Élise sourit si gentiment. Mais elle a le col taché de sang et il ne faut pas que le petit prince s'en rende compte, sinon il ne sera plus le doux petit ange qu'elle tient dans ses bras. Pour le protéger, elle approche rapidement la main de son visage poupin et lui voile le regard. Il ne verra plus, il ne verra plus rien. Les hurlements de l'enfant cessent brusquement et un sang pâteux lui coule sur les joues. Il ne verra plus les horreurs de ce monde car ses yeux ne sont plus que deux trous ensanglantés, détruits par les doigts de l'elfe démente. Maintenant, tout va bien, il est sauvé. Une pareille blessure entraine bien vite la mort chez un nouveau né, alors il ne souffrira pas et il ne verra pas le sort qu'elle réserve à sa mère. Femme perfide, elle a mit au monde un petit prince dans ce monde impure, elle va payer pour son crime. Mais avant de revenir vers sa victime, Élise se tourne vers la fillette effarouchée et lui sourit alors que le sang de l'enfant coule sur son épaule. Ce petit ange, elle va le garder contre elle jusqu'à ce qu'il rejoigne sa mère, parce qu'elle l'aime. l faut bien qu'elle comprenne.

- Je ne suis pas leur ennemi, moi. L'homme en noir veut leur mort, il fallait bien qu'ils partent. Moi je ne fais que les échanger. Regarde le, il restera toujours un ange.

Soulevant l'enfant à bout de bras, Élise présente ses orbites vides à la fillette. Après une démonstration pareille, elle va bien réussir à comprendre quand même ? Il faut qu'elle comprenne, sinon, il faudra qu'elle fasse partie du tableau. Il y a encore tant à faire, la jeune artiste n'aime pas qu'on la gène pendant qu'elle peint ses œuvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brin-d-if.deviantart.com/
Calliopé Grey
Archimage Maléfique, niv 3
Archimage Maléfique, niv 3
avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 23
Localisation : Une Grey ne se perd pas ! Une Grey... oublie momentanément le chemin qu'elle est censée prendre...

Feuille de personnage
Pouvoirs: Magie noire | nécromancie | force surhumaine
Armes: Un couteau de cuisine | une poupée en chiffon dissimulant des sachets de poison
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Ven 2 Mar - 13:42

    Elle lui reprit le petiot des bras, Calliopé ne voulait pas la laisser faire dans un premier temps mais elle ne voulait pas risquer de créer chez cette fille une sorte de choc qui pourrait la rendre instable ou quelque chose de ce genre. Elle semblait déjà assez spéciale dans son genre, il vallait mieux ne pas aggraver son cas. Bref, Cally laissa échapper le petit sans protestation. Qu’est-ce qu’elle allait faire ? Impossible de réfléchir avec les cris de l’autre femme qui… bah qui criait, près du carosse. Mais Calliopé se demandait surtout ce qu’elle allait faire au petit. Mince, il ressemblait tellement à son petit frère, c’était tout de même étrange cette capacité qu’elle avait de se sentir plus proche de tout les humains blonds simplement parce qu’ils lui rappelaient sa famille… Elle était sans doute trop famille…

    - Qu’est…
    - Tais-toi, lui murmura soudain Richard. Tu vois pas qu’elle veut pas te répondre. C’est qu’elle a une raison. Ne le brusque pas avec tes enfantillages, tu verras bien ce qu’elle va faire. Prend juste garde à ce qu’elle ne t’approche pas de trop près.

    C’était bien la première fois que Richard lui demandait de se taire, logiquement c’était plutôt le contraire. Et c’était d’ailleurs la première fois qu’il lui donnait un conseil à peu près sensé que Calliopé décida donc de suivre. D’ailleurs la nana était assez précautionneuse avec le petit. Non pas que cela rassurait la petite mage noire, mais cela… ne l’alarmait pas. Elle trouvait que toute cette affaire devenait sérieusement étrange. Elle avait vraiment le chic pour s’embourber dans ce genre de truc… Tous les frappés du continent étaient pour elle ! Alors qu’elle était sur ses gardes, sourcils fronçés et sa main sur le manche de son couteau, les muscles tendu au maximum, la fille lui répondit. Et elle fit cela si brusquement que Calliopé sursauta :

    - Elle ? Mais elle n’est pas en état de po…
    - Mais enfin tais-toi gourde ! Laisse là parler. Si tu lui répond tu rentres dans son jeu. Tu crois qu’elle va mourir ?

    Elle n’avait jamais entendu Richard parler aussi bas. Maintenant qu’elle y réfléchissait il n’avait jamais eu vraiment de raison de parler aussi gravement et bas. Peut être qu’il était bien intelligent en réalité. Peut être bien que c’était vraiment un cerveau parmi les escargot, sauf qu’il n’avait jamais eu l’occasio le montrer chez les humanoïdes…

    - Je ne sais pas… répondit Calliopé. Pour tout te dire je m’en fiche pas mal. Je me demande juste pourquoi cette fille est en train de se livrer à ces petits jeux au cœur de la forêt. Ce sent vraiment pas bon…

    Calliopé cligna des yeux un instant et le moment d’après l’enfant ne pleurait plus. La fille le gardait contre elle et avait un drôle d’air, vous me diriez qu’elle avait un drôle d’air depuis le début mais là c’était encore pire. Ou bien c’était Cally qui devenait plus réceptive… Et elle lui reparla à nouveau, toujours le même discours embrouillé : il y avait bien une question de mort dans l’histoire et encore une question d’échange. Si Calliopé comprenait bien, et il lui semblait qu’elle commençait à un peu mieux comprendre cette fille avait échangé les mort contre quelque chose. Et pour une fois elle ne parlait pas de cailloux… Et là elle présenta l’enfant à la petite mage noire.

    - Par tous les démons mau… Par tous les… Dieux infernaux c’est… c’est…
    - Une folle, conclua Richard.

    Je ne sais pas si vous avez déj eu l’occasion de voir un escargot écarquiller des yeux : eh bien Calliopé n’avait jamais vu ça non plus avant aujourd’hui. Mais Richard était bien en train « d’écarquiller » ses antennes. Spectacle que Cally aurait sans doute apprécié si elle n’avait pas eu en face d’elle une autre démonstration « artistique » bien plus… horrible et prenante. Elle lui avait arrachée les yeux ! Mais… il allait mourir. Dans un sens ce n’était pas ça le problème, le problème c’était qu’il y avait là dedans un coté barbare anti-aristocratique…Calliopé bouillait de question, de dégoût aussi ma sa curiosité prenait vite le dessus sur sa sensibilité qui somme toute n’était pas extrêmement développée… C’était ça d’avoir un frère aigrefin qui vous ramenait des cadavres dans la cuisine dès le petit déjeuné. Mais elle était curieuse, cependant elle n’allait poas poser ses questions directement car comme le disait Richard ça risquait d’entraîner des complications malheureuses.

    - Vous avez du recevoir en échange quelque chose de merveilleux alors pour vous livrer à votre travail avec autant de… ferveur.

    Elle tournait légèrement pour se positionner plus près de la jeune femme toujours à hurler et elle constata qu’en effet elle ne pouvait plus bouger. Bon, la femme c’était pas son problème. Son souci c’était la nana. Mais n’importe qui aurait pu dire que la dernière réplique était d’une magnificience pure et nette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Letie & Elise Nova
Chasseur, niv 2
Chasseur, niv 2
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 39
Localisation : Là où me mène mon destin.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en harfang des neiges, Contrôle des plantes, Contrôle des cauchemars
Armes: Bâton, dague
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Ven 2 Mar - 14:32

Une folle ? Et encore, elle ne montrait qu'une facette somme toute bien restreinte de sa personnalité. Élise déposa délicatement le petit prince sur le sol et se releva pour contempler la scène. Comme un artiste dessinant rapidement un croquis sur sa toile, elle posait mentalement la forme que prendrait son œuvre, sans se pressée. Après tout, il n'y avait plus rien à sauver, ici. Une femme paralysée à vie ? Qui s'en souciait ? Sa robe alors, peut être, parce que mine de rien elle était bigrement belle. Mais pourquoi déranger un tueur au milieu de ses jeux macabres alors qu'il suffisait d'attendre qu'elle s'en aille pour récupérer vêtements et bijoux ? Elle n'avait pas même louché sur les belles bagues finement sculptées et le collier argenté où dansait un pendentif en diamant. Elle n'était pas là pour le profit de toute évidence, même si la pierre de Jade devait avoir une certaine valeur.

Un air rêveur peint sur son visage adolescente, l'elfe se résolut à nouveau à croiser le regard de la petite fille. Cette voix grave qui murmurait des conseils ? Amusant, d'autant plus que l'enfant semblait les suivre. Pas de raison d'y remédier, ce n'était pas de mauvais conseils après tout. Impossible de savoir d'où venait la voix, mais ce menu détail ne la gênait pas le moins du monde. Tout les voix n'étaient pas émises par des corps solides, même si celles qui échappaient à cette règle n'était souvent audible que pour elle. Au moins seraient t-elle deux à entendre la petite voix sans corps, cette fois. Folle, elle ? Ce qualificatif ne risquait pas de la froisser. Bien sûre qu'elle l'était, elle en était parfaitement consciente, et alors ? Le monde aussi était fou et on en faisait pas tout un plat. Au moins, la fillette avait l'air de commencer à comprendre, enfin ! Il lui avait fallu du temps, mais au moins n'avait t-elle pas l'esprit aussi fermé que la plupart des gens. Peut être allait t-il être possible de discuter avec elle sans quelle ne s'enfuit horrifiée ou gênée à la première occasion.


- Quelque chose de précieux ? Non, surtout pas. Il ne faut pas échanger une vie contre quelque chose de précieux puisqu'elle ne vaut rien. Ce serait du vol ! Elle, j'ai déjà montré son cailloux et celui du petit prince, je ne l'ai pas encore. Mais ce sera un cailloux blanc ! Après, l'homme en noir me le donnera à mon retour. Un avant, un après, c'est la règle il a dit. Mais ce n'est pas un travail, juste un jeu... Ou un sauvetage parce qu'elle ne comprendra jamais. Alors qu'en mourant, elle permettra à un caillou de vivre et les pierres sont bien plus gentilles que les hommes. Une vie contre une pierre, tu comprends ? Et je suis dans la forêt parce que... Hum... Tu te trompes : elle sent bon. Tout est calme ici, il n'y a pas de plus bel endroit pour mourir. Mais la forêt aussi elle ne comprend pas, elle tente de se défendre quand je lui ordonne, alors je lui montre.

Sans doute est t-elle la seule à comprendre ses explications et ce n'est pas bien grave. Tranquillement, elle ramasse un bâton et s'approche de la femme, s'agenouillant devant elle. Sa main vient rejeter ses longs cheveux imbibés de sang en arrière. Un sourire amusé, puis elle presse délicatement un doigt sur les lèvres de sa victime pour la faire taire. Sans violence, simplement le geste que tous les adultes ont devant un enfant qui cri trop fort. Bon, ce n'est pas un enfant, mais elle a aussi besoin d'être rassurée, peut être. Folle, dangereuse, mais pourtant à l'écoute de ses proies.

- Chuuut, regarde...


Elle ne se tait pas, évidemment, elle supplie, devenant de plus en plus gentille. Alors Élise se redresse et la traine au milieu de la clairière, l'étendant sur le dos. Sans se préoccuper du monde extérieur, elle commence à lisser la robe autour des jambes de la pauvre femme. Au moins sera t-elle belle dans la mort. Il ne faut pas qu'elle rejoigne le paradis aussi mal soignée. Comme une enfant jouant à la poupée, la jeune tueuse sort un peigne pour recoiffer sa victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brin-d-if.deviantart.com/
Calliopé Grey
Archimage Maléfique, niv 3
Archimage Maléfique, niv 3
avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 23
Localisation : Une Grey ne se perd pas ! Une Grey... oublie momentanément le chemin qu'elle est censée prendre...

Feuille de personnage
Pouvoirs: Magie noire | nécromancie | force surhumaine
Armes: Un couteau de cuisine | une poupée en chiffon dissimulant des sachets de poison
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Dim 4 Mar - 21:07

    Elle n’était pas en train de rêver… Elle venait d’entendre cette fille dire qu’elle avait échangé la vie de ces deux personnes contre un caillou ? Ou plutôt deux cailloux dont un blanc si elle avait bien saisi l’histoire. La vache ! Ca devait être au moins des diamants… Quoiqu’elle venait de dire que ça n’avait pas de valeur, car la vie elle-même n’avait pas de valeur. Hmm, pendant deux secondes Calliopé fut tentée de lui trancher la gorge juste pour lui illustrer cette belle théorie de la vie qui n’a aucune valeur. Mais ce ne serait pas très… sage. Elle devait être plus forte qu’elle n’y paraissait sinon elle n’aurait pas cette sorte d’assurance légèrement agaçante. Du calme, du calme. La petite mage noire tentait de récapituler tant bien que mal toute les informations qu’elle venait de recevoir sous la forme d’une véritable diarrhée verbale - comme elle le faisait souvent elle-même -.

    L’avantage c’est qu’elle venait de comprendre l’intérêt des cailloux : apparemment la fille les associait à une sorte de monnaie. Et c’était cet homme en noir qui lui avait donné ce caillou… Un pour la femme et un pour le « petit prince » comme elle l’appelait. Ce dernier elle ne l’avait pas… La règle ? Quoi ? Quelle règle ? Dans l’esprit de Calliopé plutôt entraîné à ce genre de chose, cela ressemblait fort à un contrat. Sa sœur en avait eu un une fois : elle devait empoisonner un dignitaire neutre qui avait établi ses quartiers à Malificium. Elle avait reçu la moitié de la récompense avant l’acte proprement dit puis quand l’homme était mort, elle reçut la deuxième moitié. Sauf que dans ce cas présent, dans lequel Calliopé était embourbé, il n’était pas question d’argent mais de cailloux. Depuis quand le cour du cailloux avait-il surpassé celui des espèces sonnantes et trébuchantes ? Mais elle se rappelait avoir à faire avec une énergumène, ce qui n’arrangeait rien. Sans doute pour elle ces petites pierres représentaient quelque chose de magnifique… Sentimental peut être ?

    Le passage plutôt incompréhensible, c’était quand elle parlait de vie et de cailloux dans la même phrase. Là encore Cally se sentit dépassé : elle n’avait jamais appris que les cailloux pouvaient vivre et pourtant elle se vantait d’avoir une culture générale relativement développée. Comme pour illustrer cet certitude, elle donna un coup de pied dans les petites pierres qui se trouvaient à ses pieds et les regarda voleter autour de ses jambes : non rien. Pas de cris de douleur ou d’autres choses dans les genre… Il étaient décidément bien inanimé, cette fille se faisait encore des illusions. Tchââ ! C’était peut être la vie sylvestre qui lui tapait un peu dans les neurones. Peut être qu’elle était elle aussi perdu dans cette forêt depuis longtemps et qu’elle avait du se trouver des « amis imaginaires » et qu’en désespoir de cause les cailloux avaient fait l’affaire. Ce qu’il faudrai c’est de la conduire bien vite au Mouroir où on pourraitpeut être la soigner. Ou bien l’utiliser pour faire quelques expériences intéressante. Sans doute son cerveau présentait quelques malformations qui permettrons de grandes avancées scientifiques…

    Elle la regarda traîner sa victime jusqu’au milieu de la clairière puis s’occuper d’elle comme si elle jouait… à la poupée. Machinalement cette pensée força la petite mage noire à plonger une main dans son sac pour toucher sa poupée Scylla avec laquelle elle jouait étant plus petite. Mais pas à des jeux aussi macabre. Quoique… Si en fait. Mais le fait est que la poupée n’était pas vivante, la jeune femme étendue par terre était encore en vie, agonisante mais impuissante - l’un et l’autre s’accordent assez souvent - et l’autre fille était en train de la recoiffer… Pendant quelques instants les fibres légèrement empathiques qui avaient subsister à l’éducation greyiste de Calliopé furent remuées et elle eut l’irrésistible envie d’envoyer en plein sur la femme une bonne boule de feu qui l’aurait achevé et ainsi épargné cette petite scène de « je-te-recoiffe-parce-que-je-veux-que-les-morts-soient-beaux ». C’était sans doute une perfectionniste que cette nana…

    - Eh bien, quel tableau… Des cailloux c’est bien ça. Tu devrais lui dire que les cailloux ne « vivent » pas petite mérinos sinon elle continuera à faire ça encore longtemps… Ou alors emmène là sur à la Pineraie carbonisée, elle pourra trouver plein de beaux cailloux là-bas sans avoir besoin de massacrer tout ce qui lui tombe sous la main…

    Encore et toujours Richard, et sa voix était presque blasée. Bien sûr qu’il était un peu blasé, il ne risquait pas grand-chose lui, c’était un escargot. Calliopé, elle, craignait un tout petit peu plus une soudaine « crise » de la part de cette nana. Et puisqu’elle était la seule personne encore vivante et en pleine santé dans cette clairière, ça risquait de lui tomber dessus. Comme elle avait pensait qu’un trop long silence pouvait faire monter une tension inutile, elle se rapprocha encore un peu plus, et Richard grogna. Puis elle s’agenouilla près de la femme, et près aussi de cette fille qui la repeignait avec une joie somme toute bien enfantine.

    - Et qu’est-ce que fait un caillou quand il vit ? demanda-t-elle.

    Pour ça, elle était bien curieuse. Mais elle ne pouvait pas ne pas le demander. Elle se trouvait face à quelqu’un qui lui assurait que les cailloux vivaient et dans la tête de Calliopé une image se formait : une farandole de petites pierres qui sautillaient autour d’un feu de joie en chantonnant… Elle voulait avoir la « version des faits »de l’inconnue. D’ailleurs, c’était bien vraie qu’elle était inconnue… Normalement Calliope ne s’intéressait pas à l’identité de ses interlocuteurs passagers mais pour le coup elle pensait que ça pouvait avoir son intérêt :

    - Et puis, comment vous appelez-vous mademoiselle ?

    Toujours très polie… C’était ça la petite touche Grey qu’elle aimait apporté avec elle dans toutes les situations possible et inimaginables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Letie & Elise Nova
Chasseur, niv 2
Chasseur, niv 2
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 39
Localisation : Là où me mène mon destin.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en harfang des neiges, Contrôle des plantes, Contrôle des cauchemars
Armes: Bâton, dague
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Lun 5 Mar - 9:44

Le peigne s'arrête dans les cheveux bien lissée de la victime et Élise pose le bout de sa dague sur sa lèvre inférieur. Son sourire s'efface et ses yeux se perdent dans le ciel. Elle réfléchit... Ce n'est pas une bête question, tient, que font donc les cailloux quand il vivent ? Parfois ils lui parlent bien entendu, toujours très gentils d'ailleurs. Mais qu'est ce qu'il font de leur vie de pierre ? Elle n'en sait fichtrement rien, ne s'étant jamais posé la question. Maintenant que cette fillette a mit ce détail en lumière, elle ne peut s'empêcher de penser à ce que ses précieux cailloux peuvent bien faire quand elle dort. Quand ils sont dans sa bourse, ils ne bougent pas, mais quand elle les relâche dans la nature ? Bien sûr, ils doivent partir vivre leur vie ! Elle ne a la preuve d'ailleurs : Quand elle a posait à un endroit bien visible et qu'elle revenait le lendemain, il n'était plus là !

Laissant sa victime agoniser paisiblement, la petite démente range son peigne dans la bourse à sa ceinture et en sort un saphir d'un bleu d'azur gros comme le pouce. La pierre a du commencer sa vie de joyaux au bout d'un collier car elle est méticuleusement sculptée en une myriade de petites facettes brillantes formant une sphère presque parfaite. D'un geste désinvolte, elle la tend à sa nouvelle amie qui pose des questions si pertinentes. Avec elle, le cailloux devrait être heureux ! Et comme elle ne peut pas répondre à sa question, autant lui donner les moyens de trouver une réponse seule. Le discours emprunt de folie reprend, mais d'une voix plus rêveuse avec un soupçon d’excitation causé par cette découverte.


- Tu as raison, ils doivent bien faire des choses sinon ils s'ennuieraient. Quand je suis là ils ne font que parler, mais peut être qu'avec toi il voudra bien dire ses secrets ? Lui, c'est le plus beau de mes cailloux ! (Elle regarde dans sa bourse, dague toujours à la main.) J'en ai un autre plus gros, mais il n'est pas aussi beau. Tu lui demanderas et tu me diras ? Je crois qu'ils parlent en voyage, mais je n'en suis pas sûre. Dès qu'on les regarde, ils font les morts... Mais si tu l'écoutes, tu verras qu'il parle.

Pour sûr, elle les entend la jeune tueuse. Même plongée dans une profonde folie, on ne sort pas inchangé d'un meurtre de sang froid. Alors, comme certains ont des encoches sur l'arme du crime, elle, elle a ses cailloux. Pas de regrets bien entendu, mais un souvenir. Son sourire de fillette nageant dans le bonheur le plus pure revient illuminer son visage et elle se penche sur la pauvre femme étendue au sol, commençant tranquillement à découper la robe au niveau de la taille. Elle s'applique pour que le tissus si fragile ne s'effiloche pas trop, il ne faudrait pas gâcher la robe, mais ce n'est pas facile avec une dague pour seul instrument de couture. Du coup, la peau aussi est un peu découpée, mais au moins les deux parties du tissus restent propres. Enfin, à part si on compte les taches de sang évidemment... Mais ce n'est pas sale le sang.

Elle est toujours penchée sur son méticuleux travail quand la fille qui croit aux cailloux lui pose une seconde question. Alors, en temps normal elle n'aurait pas répondu, ou plutôt aurait donner une appellation ridicule, mais là elle lui a demandé comment elle s'appelle et pas qui elle est comme la plus part des gens. Et elle pose des questions pertinentes, elle, au moins, alors elle a bien le droit de savoir. Si elle n'était pas passée, Élise n'aurait pas compris tout de suite que les cailloux vivaient leur vie dans son dos ! Quand même...


- Je m'appelle Élise Nova. Et toi ? Comment tu t'appelles mademoiselle ? Et le monsieur qui te parle, je ne le connais pas non plus. Il ne veut pas se présenter ?

Parce que la voix était celle d'un homme pour autant qu'elle puisse en juger. Enfin, de genre masculin plutôt, après, pour le fait qu'il soit homme, esprit ou autre chose plus original... Quelques phrases ne suffisaient pas à le deviner. Si elle lui disait qui parlait, peut être même que la jeune tueuse accepterait de lui présenter sa sœur ! Bon, elle ne la verrait pas bien sûre puisque personne ne la voyait, mais peut être que si en fait. Si cette fillette était capable de croire aux cailloux, elle pouvait bien aussi croire à Létie ! L'elfette retira le haut de la robe de sa victime, la laissant à demi nue, mais prenant bien garde de ne pas la décoiffer par cette manœuvre délicate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brin-d-if.deviantart.com/
Calliopé Grey
Archimage Maléfique, niv 3
Archimage Maléfique, niv 3
avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 23
Localisation : Une Grey ne se perd pas ! Une Grey... oublie momentanément le chemin qu'elle est censée prendre...

Feuille de personnage
Pouvoirs: Magie noire | nécromancie | force surhumaine
Armes: Un couteau de cuisine | une poupée en chiffon dissimulant des sachets de poison
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Mar 13 Mar - 8:27

    Un grand sage avait dit à une époque qu’on en apprenait tous les jours, et c’était bien dans cette situation là que se trouvait Calliope : elle apprenait quelque chose de totalement nouveau. Elle discutait avec une fille absolument convaincue que les cailloux vivaient et elle disait même, sans apparemment trouver son annonce plus étrange que ça, qu’ils parlaient et devaient faire tout plein de truc quand on avait le dos tourner… En posant sa question la petite mage noire avait enfoncé des portes ouvertes avec allégresse en permettant à la demoiselle de montrer un peu plus clairement qu’elle ne tournait pas bien rond. Vous connaissez certainement l’expression avait une araignée au plafond… Eh bien dans son cas, selon Cally, il s’agissait d’une tarentule ayant absorbé beaucoup d’hormone de croissance qui se baladait dans son « plafond ». Evidemment dans des cas comme ça, on n’a pas trop envie de s’éterniser pour voir ce qui va se passer si jamais l’autre se met subitement à péter un cable - oui Calliopé était toujours très intimidé face aux gens qui n’avaient plus « tout leur esprit », elle n’aimait pas trop l’instabilité, elle préférait de loin la constance, même s’il s’agissait d’une constance en matière de lui nuire… - mais la nana fit quelque chose qui retint la petite humaine de prendre discrètement la poudre d’escampette : elle lui offrit quelque chose.

    Calliopé est une enfant pourrie gâtée. Sa mère lui achetait absolument tout ce qu’elle voulait, elle n’a jamais manqué de rien et le jour de son anniversaire ele croulait sous une montagne de cadeau… Elle n’aimait pas partager non plus. Mais personne en dehors de sa famille ne lui avait jamais offert de cadeau, c’est là que le bas blesse. Or Cally adore recevoir des cadeaux… Alors quand la demoiselle lui tendit une sorte de grosse pierre bleutée toute bien taillée et lui dit de la prendre, elle s’en saisit avec dee gros yeux étonnés, c’était vraiment là la meilleure des tactique pour retenir Calliopé. Elle balbutia vaguement un merci tout en collant la pierre sur son œil : elle brillait, c’était bien vrai qu’elle était belle. Soudain, elle ne voyait plus l’inconnue comme une menace potentiel mais comme une personne très sympa qui avait la capacité de lui donner des choses… Avec un peu de chance il lui restait encore des beaux cadeaux dans son sac… Elle rangea son cailloux dans son propre sac, bien à l’abri. Il était vraiment beau, sa sœur allait en crever de jalousie. Héhé, en fait ça avait du bon de se perdre.

    Calliopé venait de retrouver toute sa bonne humeur, elle sourait à présent et ne se souciait pas plus que ça de la bonne femme dont sa généreuse donatrice était en train de s’occuper : après tout un contrat était un contrat, elle connaissait ces choses là. Et puis elle n’allait pas s’apitoyer pour si peu, c’était un peu larmoyant pour le bébé parce qu’il lui rappelait trop son petit frère mais pour la femme : elle n’avait qu’à s’être défendue, tant pis pour elle !

    Elise Nova… Cela lui faisait penser à une étoile… Mince, peut être qu’elle faisait partie de ce que les gens appellent : « Chroniqueurs », apparemment c’étaient des étoiles tombées sur la terre. Des gens dont il fallait se méfier… Mais à mieux y regarder elle n’avait pas la tête d’une étoile, elle avait entendu dire que ces denrières avaient plutôt tendance à avoir les cheveux blancs ou argentés… Ce qui n’était pas le cas, en y regardant mieux cette Elise Nova avait le look d’une elfe. De base, Calliopé n’avait rien contre les elfes, d’ailleurs certains disent qu’elle-même serait un petit peu elfe donc elle n’allait pas faire jouer une fibre raciste que l’on peut connaître chez les membres de la famille Grey maintenant, surtout qu’elle était très gentille au final cette Elise. C’est pour ça qu’elle estima relativement raisonnable de répondre aux questions de sa nouvelle connaissance :

    - Moi C’est Calliopé Thalie Grey, répondit-elle avec un sourire mais sans tendre la main en avant - elle n’avait pas vraiment envie en ce moment de rencontrer une paume ruisselante de sang - et sans faire remarquer le tutoiement qui normalement la mettait dans tous ses états. Descendante de la famille Grey de Malificium. Et le « monsieur qui me parle » comme vous dites, c’est Richard IV dit le Machiavélique.
    - Eh ! Tête de pétard ! Je veux pas me présenter moi ! Je veux pas ! Qu’est-ce que c’est que ce délire de révéler mon identité à n’importe qui ? protesta soudainement la voix de Richard avec des accents profond d’indignation.

    Calliopé le prit par sa coquille dans un geste habituel et le tendit en avant vers Elise avec un grand sourire :

    - Richard est un grand timide, mais quand il te connaîtra mieux il te racontera peut être sa vie (tiens, elle passait au tutoiement, c’était que le rapprochement émotionnel se faisait, tout du moins dans sa tête). C’est assez palpitant… Tu peux le prendre si tu veux…
    - Quoi ? Quoi ? QUOI ?!
    - Fais pas trop attention à ce qu’il dit hein ? Et puis il cause mais il ne peut pas faire grand-chose.

    Calliopé affichait un immense sourire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Letie & Elise Nova
Chasseur, niv 2
Chasseur, niv 2
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 39
Localisation : Là où me mène mon destin.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Transformation en harfang des neiges, Contrôle des plantes, Contrôle des cauchemars
Armes: Bâton, dague
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Mar 13 Mar - 10:50

Un escargot ! Alors ça ! Elle n'en a encore jamais entendu parler et le grand sourire joyeux qu'elle lance au pauvre gastéropode en dit long sur son enthousiasme. Le droit de toucher un escargot qui cause vaut bien un diamant ! Sans plus s'occuper de la femme d'ailleurs bien proche de la mort, la jeune elfe saisit le grand et vénérable Richard IV le Machiavélique avec un certain respect émerveillé et le pose sur sa main ensanglantée avant de le lever à hauteur de son nez. Il a l'air normal à première vue... Enfin, un trèèèès gros escargot, mais sans rien d'extraordinaire. Et puis ses cailloux aussi ont l'air normaux alors qu'ils sont vivant, faut pas juger selon les apparences ! En plus elle aime bien son nom, faudra qu'elle s'en trouve un du même genre un de ces jours. Un vrai nom de "spécialiste de l'échange de cailloux contre des vies". Sans trop se préoccuper du refus du gastéropode de lui être présenté, elle s'adresse directement à lui avec toute la joie d'une pie venant de découvrir un objet brillant.

- Bonjour monsieur Richard IV le Machiavélique ! Tu vas me raconter, dit ? Ça doit être super la vie d'un escargot, bien mieux que celle des cailloux ! C'est tes parents qui t'ont appelé comme ça ou t'as trouvé le nom après ? Le Machiavélique, c'est ton nom de famille ? Oh, dit, tu veux pas m'adopter pour que j'ai le même ?

Les yeux brillants et excitée comme une puce, La jeune fille aurait bien sautillé sur place si ses mouvements ne risquaient pas de déranger son hôte. Pas la moindre trace d’ironie au cœur de ses propos. Maintenant qu'elle l'a sous le nez, oui, elle voit bien que la voix inconnue provient de lui. Sauf qu'en plus il bouge et il est même palpable, contrairement à beaucoup de voix non habituelles pour les saints d'esprit. Bien que ne faisant pas partie de cette catégorie, Élise sait tout de même faire la différence entre les amis que les autres entendent et ceux qu'elle est la seule à percevoir. La distinction est d'autant plus facile à faire puisqu'elle n'a tout simplement pas d'amis que les autres voient. Bon, dans le cas présent la limite est plutôt floue puisque Calliopé fait partie des amies, mais que les autres l'entendent et... Et Richard IV ? Ah non, lui il veut pas être son ami apparemment, du moins pas pour l'instant. Mais sans doute que tous le monde peut l'entendre ? Ou comme les cailloux peut être ? Juste elle et cette fille ? Parce qu'elle doit bien les entendre, sans quoi elle n'aurait pas l'air aussi contente quand on lui en donne un.

L'escargot toujours perché sur la main et faisant bien attention de ne pas le faire tomber, l'elfette se tourne vers sa nouvelle amie. Pour sûr, elle est loin d'avoir la sagesse et le détachement des chroniqueurs... Elle ne semble d'ailleurs appartenir à aucune caste. À moins qu'il y en ait une regroupant des fous psychopathes ? Si elle existait, Élise serait ravie de la rejoindre, mais... Même les elfes, si elle en a l'apparence physique, ne lui semblent en rien appareillé. N'est-ce pas un peuple plutôt sage, vivant en cohésion avec la nature ? Non, elle ne semble pas vraiment avoir de lien avec cette dernière bien qu'elle se trouve dans la forêt. Au contraire, elle ne l'aime pas bien. Fichus arbres qui tentent de lui résister... Mais ici, au centre de cette clairière ensanglantée, elle semble à sa place, heureuse et sereine.


- Il est super ton ami ! Tu le connais depuis longtemps ?

Maintenant qu'elle voit la bête, elle comprend mieux pourquoi Calliopé l'écoute à ce point. Faut dire que si un escargot lui disait que faire, elle aussi elle en tiendrait compte. Elle accroupie et pose l'objet de son admiration sur son genou pour qu'il soit plus à l'aise, et parce qu'elle va avoir besoin de ses mains pour continuer son œuvre. Si elle ne finit pas, l'homme en noir ne sera pas content et elle n'aime pas avoir des ennemis. Après tout, on ne l'embauche pas simplement parce qu'elle tue, mais aussi parce qu'elle sait si bien écrire des histoires dans le sang. L'effet crime passionnel... Toujours plus crédible quand on ne veut pas être accusé d'un meurtre. Au fond, ceux qui l'embauche sont bien plus glauque qu'elle puisqu'ils savent parfaitement ce qui va arriver à leur victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brin-d-if.deviantart.com/
Calliopé Grey
Archimage Maléfique, niv 3
Archimage Maléfique, niv 3
avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 23
Localisation : Une Grey ne se perd pas ! Une Grey... oublie momentanément le chemin qu'elle est censée prendre...

Feuille de personnage
Pouvoirs: Magie noire | nécromancie | force surhumaine
Armes: Un couteau de cuisine | une poupée en chiffon dissimulant des sachets de poison
Relations:

MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince Lun 7 Mai - 22:26

    Si il y a bien une chose qu’aime Richard, c’est parler. Et la crème de la crème, la cerise sur le gâteau, the icing on the cake c’était quand il parlait de lui ! Il ne s’en privait jamais, mais quand c’était quelqu’un qui lui offrait cette possibilité, même s’il s’agissait une personne des plus suspectes, il ne refusait jamais. Richard IV n’avait pas été très content d’être livré en patûre à cette nana qu’il considérait comme étant une furax complètement barrée, mais vu la manière dont elle le traita -avec une déférence qui lui rappelait les grands moments de sa vie au sein de la communauté escargot- et vu comment elle lui parla, cette Elise Nova gagne quelques points dans son estime. En réalité elle grimpa l’échelle à la vitesse de l’éclair et arriva même à égalité avec Calliopé… Comme quoi dès qu’on flattait son égo tout était possible avec lui.

    Et lorsqu’Elise demanda à Cally si elle le connaissait depuis longtemps, la petite mage noire ne sut pas réellement quoi répondre… Elle sourit vaguement en sortant une réponse légèrement vague :

    - C’était y a un p’tit bout déjà… C’était le jour où je suis devenue apprentie en fait. Je pense qu’on peut le considérer comme un ami mais il y a des jours où c’est un peu… comment dire… difficile. Je t’assures qu’au commencement tu le trouves super mais vers la fin, tu fatigues un peu. Il a une voix qui colle la migraine en plus.

    Elle disait cela en souriant, elle pouvait comprendre l’entrain de sa nouvelle amie, elle aussi elle avait été étonnée et légèrement ravie de tomber sur Richard IV, mais elle avait vite compris qu’il s’agissait plus d’un fardeau qu’autre chose. Enfin, elle disait cela mais elle deviendrait malade à l’idée qu’il lui arrive quelque chose. EN fait elle s’était attchée à lui, c’était affreux à dire mais elle affectionnait vraiment cet être visqueux, d’ailleurs Richard ne s’ne priva pas pour le lui rappeler :

    - Linotte vrilleuse ! s’exclama-t-il avec un rire sardonique (oui, les escargots doués de la parole pouvait éclater d’un rire sardonique), dès qu’il m’arrive un pépin tu deviens toute blanchâtre comme de la farine de mauvaise qualité alors fais pas genre tu te fiches complètement de moi.

    Calliopé ne crut pas intelligent de répondre au sarcasme Richardien. Elle haussa simplement les épaules et sourit une nouvelle fois vers Elise pour lui signifier toute son impuissance face à la bétise et surtout au manque de tact de son escargot. La demoiselle avait d’ailleurs poser Richard sur son genou pour continuer à s’occuper de la femme morte. Y avait pas à dire, elle faisait bien son travail. Tellement bien que Cally ne put s’empêcher de faire remarquer :

    - Tu pourrais trouver de très bons emplois dans Malificium si tu cherches du travail un jour. Même si beaucoup de gens là bas sont légèrement bourrins, il y en a qui pourraient apprécier ton travil d’artiste ! Et ils paient bien, du genre ce que tu veux, si tu veux des cailloux ils pourront t’en trouver des super chouettes !

    Même si certaines personnes pouvaient dire que Calliopé n’était pas une flèche, elle avait quand même le mérite de rapidement piger les choses étranges. Sa nouvelle amie voulait être payer en cailloux pour les faire vivre, elle avait bien enregistrer le truc. Elle voulait encore ajouter quelques choses sur les avantages que présenterait une excursions à Malificium pour sa nouvelle amie mais elle fut interromput par Richard qui se sentait si fier sur le genou d’Elise qu’il ne se tenait plus d’égo :

    - Mais vas-tu te taire castorette enruhmée ? Tu ne vois pas que Damoiselle Nova veux m’écoutez moi ? Elle m’a posé des questions et elle me trouve super ! Elle dit que ma vie doit être intéressante ! Eh bien ma chère Damoiselle, je peux vous dire qu’en effet ma vie est un véritable roman ! Et je peux vous le narrer depuis le commencement jusqu’à la fin !

    Calliopé crut qu’on venait de la poignarder… dans ses oreilles. La vie de Richard elle devait la connaître encore mieux que ses incantations, il lui répétait toutes ses aventures dès qu’il n’avait que cela à faire, ce qui arrivait hélàs assez souvent… Elle s’assis alors par terre, bien consciente du fait qu’elle ne pourrait rien faire pour l’empêcher de causer, mais peut être qu’Elise trouverait une technique efficace pour lui couper le sifflet ? A moins qu’elle trouve réellement sa vie passionnante…

    - Mon enfance fut assez dure, ma mère était une noble dans le royaume escargot mais il se trouve qu’elle ne fut jamais capable de me reconnaître. A cause de cela je n’ai jamais pu accéder aux biens familiaux et je me retrouvais dès la mort de mon père dans la plus grande infortune…

    Tiens, il la faisait court aujourd’hui… Calliopé se souvenait des longues heures passées à écouter ces moments « de pauvreté, de misère, de dangers etc. ». Il avait peut être conscience que Cally était prête à le changer en charpie s’il tentait de trop s’éterniser…

    - Je commençais à me lancer dans les petits vols, puis je formais une bande pour me lancer dans le grand banditisme. Je devins très rapidement Richard -le nom de mon père- IV -car je suis le quatrième de la dynastie- le Machiavélique -on me donna ce surnom car je ne laissais jamais le moindre survivant derrière moi-. Mais le roi en place dans le royaume des escargots augmenta encore le nombre de salade de récompense pour ma capture. Comme vous pouvez vous en douter, avec tout le peuple escargots à mes trousses, je ne pouvais pas résister bien longtemps et ces canailles m’attrapèrent. Bon, je dois admettre que le roi avait de bonnes raisons de me vouloir derrière les barreaux, j’avais tenté de le renverser plus d’une fois… Mais le sort que me réserva cette… fripouille fut bien pire qu’une peine de prison, ou que même la peine de mort…

    Seigneurs des morts, aidez-moi ! Quel beau martyr il faisait, Calliopé soupirait dans son coin. Elle connaissait vraiment l’histoire par cœur.

    - Je me fis exiler ! Vous vous rendez compte, exiler ! Moi Richard IV !
    - Ouais, bon c’est bon abrège… Il s’est fait exiler et depuis il rumine sa vengeance pour défoncer le roi des escargots.
    - Laisse moi parle ! Vessie illuminée !
    - Mais tu parles trop andouille boursouflée !
    - Canard au curcumin périmé !
    - Limacophile !

    Le petit jeu pouvait durer encore longtemps, Calliopé avait appris au contact de Richard à créer tout plein d’insultes originales… Lapauvre Elise en aurait sûrement marre bien assez tôt, enfin c'est ce que pensait Calliopé, mais elle ne pouvait pas laisser Richard avoir le dernier mot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Calliopé & Elise] Le petit prince

Revenir en haut Aller en bas

[Calliopé & Elise] Le petit prince

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Petit Bouchon à Boisbriand
» le petit lapin et les webradios
» [Aide] Aide sur le Français. (petit cours)
» 115 euro le petit lapin ???!!!!
» petit dread vénérable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nelberaid ::  :: La Forêt-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit