AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Cirdan Dödsfall
Bras droit, niv 4
Bras droit, niv 4
avatar

Messages : 8225
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 28
Localisation : Nomade je suis, errer c'est ma vie.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Dissimulation ♦ Souffle Ardent ♦ Contrôle de l'Air ♦ Dunamys : Bouclier de Protection ♦ Tatouage de l'Héritier ♦ Aguenzia : Traverser la matière ♦
Armes: Déicilda, un katana et un luth? Dunamys, une fée.
Relations:

MessageSujet: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Mar 13 Mar - 14:06

    La recherche de l'origine de chaque choses, de chaque êtres, n'est-ce pas ce que l'homme n'a de cesse de poursuivre depuis que le monde est monde ? Car on ne peut vivre décemment sans connaître son passé, ses racines, ce sont elles qui nous constituent en tant qu'être humain. Se construire une existence sur le néant de souvenir n'est pas une chose aisée, notre Nomade en connait un rayon sur le sujet. Lui qui s'est réveillé un jour telle une page blanche d'une biographie oubliée et dont les écrits ont été effacés par le temps. Depuis quelque temps, il semblait y avoir un mince espoir de rédemption pour sa mémoire oubliée. Il avait fait tant de rencontre qui l'avaient aidé à se souvenir, ne serait-ce que de bribe abstraite mais réconfortante dans sa quête des ses origines...

    Il en avait obtenu des informations depuis qu'il était sorti de l'immensité du désert qui avait été sienne durant presque cent soixante dix ans. Sa plus grande source était restée à ses cotés depuis qu'il l'avait libérée. Dunamys, la fée ancienne de son défunt père, connaissait les origines de Cirdan mais elle avait été enfermée pour être protégée de la grande guerre d'il y avait de cela deux cent longues années. Elle non plus ne savait pas grand chose sur la vie propre de l'amnésique avant sa perte de mémoire mais elle avait sut l'aiguiller comme elle pouvait pour apprendre quelles étaient ses racines. La seule qu'il lui manquait à l'heure actuelle, était sa mère. La fée semblait mitigée à son sujet, elle ne l'aimait pas car elle considérait toujours qu'elle lui avait volé son Deicidastäl. La concernant, il n'avait eut que ce rêve, ce flash en compagnie d'une autre éclopée de la mémoire, la shamane Miranda... Il faudrait peut-être qu'il finisse par la revoir, lui faire montre de ses progrès et peut-être lui donner un espoir supplémentaire de retrouver sa mémoire elle même.

    Son évolution depuis était aussi passée par ses rencontres. Celles qui avaient sut faire ressortir des sentiments insoupçonnés, un courage qu'il ne pensait pas avoir, la confiance en l'étranger et tant d'autres choses encore. Un instinct protecteur également alors qu'il ne pensait cela possible qu'envers sa propre famille... Neelahn, Harmonie, Calliopé, Miranda, Luccia elles avaient toutes eut à faire à ce coté du Nomade. Il avait sut aussi tisser des liens solides avec certaines personnes au fil de ses aventures, notamment un autre Nomade du nom de Raos Helkar qu'il semblait rencontrer bien plus souvent depuis qu'il avait quitté le désert. Chose qui n'était pas logique en soit... Il y en avaient d'autres à qui il n'arrivait pas à accorder une seule once de confiance également, comme le Chevalier dont il avait fait connaissance dans la cité interdite aux cotés de son camarade Nomade, un certain Orpheus. Et d'autres qui restaient encore de grands mystères pour lui comme rôdeur entrainé dans une péripétie des plus étrange provoquée volontairement par Cirdan lui même.

    Il s'était juré de ne revenir dans le désert revoir sa mère patrie que lorsqu'il aurait finit son périple à la recherche de sa mémoire effacée, et pourtant, il était arrivé un moment où il ne pouvait pas se passer d'un retour aux sources, un retour aux Origines. Il n'avait jamais mis les pieds dans le bastion de la Confédération Nomade. Son clan n'avait que très peu de relations directes avec eux, ils n'étaient qu'une tribu de marchants, vivant de la pêche sur la côte du désert. Et pourtant, si Cirdan savait quel rapport son histoire passée avait avec cette Confédération, il y serait venu bien plus tôt. Cependant, ce n'était pas pour son passé qu'il était ici, c'était pour son avenir. Il avait pressenti, au fond de lui, qu'il était temps qu'il se rende utile à sa patrie d’accueil, celle qui avait sut l'héberger et l'élever comme son propre « fils ». Il devait beaucoup au peuple Nomade et se sentant grandissant de pouvoir, il s'était dit alors qu'il pourrait leur rendre enfin la pareille.

    Emmitouflé dans un cape à capuche aux couleurs sablonneuses du désert, il portait son châle bleu autour de sa tête pour se protéger du vent et du sable qu'il transportait. Dunamys était assise à coté de sa tête mais cachée par la capuche immense de sa cape. Daigho, sommeillait dans la besace de son maitre. Il avait parcouru une longue distance en peu de temps et déjà au loin, il voyait grandir un nouvel horizon, l'Origine. Il ne lui fallut guère plus d'une heure de plus pour atteindre enfin les minces goulots qui devaient le mener au camp de base... Mais un étranger, arrivant ainsi, sans faire montre une seule seconde qu'il était de leur bord, les Nomades présent et défendant le bastion allaient-ils le laisser passer sans faire ce pourquoi ils étaient postés ici ? Le demi-elfe savait, de ce qu'il avait entendu au sujet de l'Origine, qu'il aurait du mal à y rentrer. Il faudrait qu'il montre patte blanche ou alors en découse avec les gardes de la « cité »...


Dernière édition par Cirdan Dödsfall le Jeu 3 Mai - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haute Autorité
~ Personnage Spécial ~
~ Personnage Spécial ~
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 05/10/2011

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Mar 13 Mar - 18:37

Penché sur le traité, Volo ne lisait déjà plus depuis un bon moment. Il profitait plutôt de cette excuse pour pouvoir réfléchir plus posément... Les éclaireurs avaient annoncé l'arrivée d'un visiteur, un nomade. Avant même d'avoir à réfléchir sur quelle stratégie qu'il aurait à développer pour entrer dans l'Origine, Cirdan avait été repéré et l'information avait voyagé jusqu'à qui de droit. Le quinquagénaire ne se faisait pas tenir informé de chaque visite, il avait certainement plus important à faire mais il avait laissé certaines directives. Non pas que le nomade ait une importance mirobolante pour sa communauté, il commençait tout juste à se forger une réputation, mais il gardait le demi-elfe à l'oeil depuis un certain temps. Par obligation et devoir plus que par choix...

Avec un soupir de résignation il commença à donner certaines directives. Cirdan serait donc guidé jusqu'à lui, sans pour autant être entravé. Il était un "invité" mais se heurterait probablement au légendaire mutisme des gardes s'il avait trop de questions à poser sur ce revirement de situation... Il expédia les dernières lignes du traité, remettant son étude dans les détails à plus tard et s'entretint quelques instants avec le conseiller présent. L'entrevue qui allait se dérouler devrait se tenir à huis clôt. Les gardes resteraient à l'extérieur et la seule autre personne autorisée à venir serait Isma... La mention de la vieille femme fit légèrement grimacer le conseiller mais il se garda bien de le laisser voir. Il sortit de la salle, refermant soigneusement les portes derrière lui et alla quérir qui de droit.

Il jeta un regard vers son bureau avant de se poster face à l'une des fenêtre, tournant ainsi le dos à la porte et croisant ses mains sur le bas de son dos. Cela faisait partie des choses transmises avec les responsabilités, ce spectre incertain d'une potentielle visite de cet enfant abandonné aux sables pour son propre bien. Les clauses d'une vieille alliance qu'il se devait de respecter malgré les années et la disparition des principaux intéressés. Volo aurait pu enterrer la chose, l'oublier et feindre l'ignorance. Mais il était homme d'honneur et s’acquitterait de cette dette.

On conduisit Cirdan au travers des méandres des couloirs jusqu'au bureau de Volo sans lui donner une once d'information. Lorsqu'il se retrouva face à la porte à double battants fermée, le conseiller resté à l'extérieur le détailla des pieds à la tête, comme s'il essayait de se faire une opinion à son sujet. Qu'elle soit bonne ou mauvaise il n'en laissa rien transparaître et lui ouvrit les portes, lui intimant l'ordre de rentrer d'un mouvement autoritaire de la tête. Même si on ne lui disait rien, Cirdan n'était pas complètement idiot jusqu'à preuve du contraire. Il savait pertinemment qui se trouvait dans cette pièce lorsque les portes se refermèrent sur lui...


"Qui es-tu et pourquoi es-tu venu jusqu'ici nomade?"


Sa voix était grave et chargée d'une puissance destinée à mener des hommes. Il lui tournait peut-être le dos mais il n'en restait pas moins redoutable. La question n'était pas anodine et Cirdan put sentir son poids, lourd de sens. Volo semblait attendre une réponse bien précise. Mais laquelle? La confirmation du paiement d'une dette ancienne ou l'assurance que le demi-elfe était bien un nomade et non pas un orphelin se cachant de son destin?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cirdan Dödsfall
Bras droit, niv 4
Bras droit, niv 4
avatar

Messages : 8225
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 28
Localisation : Nomade je suis, errer c'est ma vie.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Dissimulation ♦ Souffle Ardent ♦ Contrôle de l'Air ♦ Dunamys : Bouclier de Protection ♦ Tatouage de l'Héritier ♦ Aguenzia : Traverser la matière ♦
Armes: Déicilda, un katana et un luth? Dunamys, une fée.
Relations:

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Mar 27 Mar - 12:52

    Le voilà qui, bien malgré lui et involontairement, allait faire face à son destin. La vérité enfouie depuis près de deux cents longues années allait bientôt refaire surface. Le demi-elfe était alors à milles lieux d'imaginer la véritable signification de sa venue ici, du moins celle qu'elle allait peut-être prendre. Lui était toujours déterminé plus que jamais à aider la nation qui l'avait recueillit et ré-élevé comme un des leurs. C'était là son seul et unique but pour le moment mais sans doute cette visite allait-elle lui donner bien d'autres raisons de suivre son propre chemin... Il fut donc surpris de voir qu'au final on semblait l'attendre car en arrivant devant aux « portes » de l'Origine, si l'on pouvait appeler cela comme ça, il avait été accueillit par une sorte d'escorte de garde qui paraissait savoir exactement à qui ils avaient à faire...

    Le Nomade, non suspicieux envers les siens se fit conduire sans broncher ni même parler. De toute manière, rien qu'en regardant les molosses qui lui tenait compagnie, il se doutait bien qu'ils n'étaient pas là pour causer, loin de là... Juste pour faire leur boulot en somme. Cirdan ne pensait pas l'Origine aussi complexe, les méandres de couloirs et d'étroits passages se succédaient sans fin. Vu le relief, c'était tout à fait compréhensible et heureusement qu'il était escorté, sinon, qui sait ce qu'il serait advenu de lui dans ce pseudo labyrinthe. Et ce fut bientôt le bout du parcours, du moins pensait-il. Dunamys lâcha un grand soupire d'étonnement quand ils arrivèrent devant l'oasis bleue azur bordées de tentes. Jamais le Nomade n'avait vu une telle organisation presque millimétrée d'habitations nomades.



    « En pénétrant dans le petit canyon, j'imaginais pas comme ça pouvait être derrière. Tu as vu Cirdan ? »
    « Chut. On parlera de ça après, je crois que les gardes sont assez pressés, si tu vois ce que je veux dire »

    Les deux se turent et continuèrent la route, encadrés par les deux « bavards ». Toute cette mise en scène paraissait tellement cérémonieuse pour un Nomade inconnu tel que lui que cela en devenait presque gênant et étrange. Il fut bien vite amené à sa destination finale. Là, les deux sentinelle se retirèrent et le laissèrent seul avec le Conseiller qui attendait devant la porte la venue de Cirdan. Le semi-être ne se laissa pas démonter par la scrutation de son apparence par le dit conseiller. Au contraire, pour lui faciliter la tâche, il avait retiré sa capuche mais restait dans sa cape qui cachait son habit couleur blanc et bleu, les couleurs de son clan d'adoption, le Clan Odarum. Par la même, il avait dévoilé la petite fée qui restait assise à coté de sa tête sur son épaule. Elle non plus n'avait pas de gêne à se faire observer depuis le temps qu'elle passait pour une curiosité auprès des premiers venus qui la croisait.

    La rencontre se fit sans un mot et bientôt l'homme qui se tenait à sa droite ouvrit la grande porte à double battant qui scellait le « cabinet » de Volo et lui intima d'entrer sans un mot de plus non plus. Volo Melarguess, un personnage dont le Nomade des Vents avait si souvent entendu parlé mais dont jamais il ne s'était imaginé la tête ni l'apparence générale. Il était évident que dans le monde Nomade, un tel chef à la poigne de fer était reconnu, respecté et connu ne serait-ce que de nom par tous. Cirdan n'en revenait encore pas de se trouver devant un des dirigeants légendaires de la puissante Confédération Nomade. La salle dans laquelle il se trouvait était sans doute aussi majestueuse que la stature de celui qui l'habitait. La fenêtre qui donnait sur toute l'étendue de l'Origine avait une vue magnifique mais ce n'était pas là qu'il fallait s'attarder mais plutôt sur le colosse qui se tenait devant dos à lui, l'air sérieux et impassible. Dunamys et Daigho eux aussi semblaient être impressionnés par l'homme qui se tenait en face d'eux, ils ne bougèrent pas, le serpent resta dans la besace du Nomade tandis que la fée bleue restait sur l'épaule perchée. Le Nomade s'inclina posant genoux à terre quand Volo lui adressa la parole enfin.

    La voix du Nomade se fit stricte, solennelle et haute :


    « Volo Melarguess, Chef de la Confédération Nomade, le Clan Odarum et moi même Cirdan Odarum vous saluons. Si je suis ici, c'est pour m'acquitter d'une dette qui me tiens à cœur. Cela fait maintenant près de 200 ans que les Nomades sont devenus ma patrie et m'ont recueillit alors que je n'étais qu'une coquille vide sans mémoire abandonnée dans le désert. J'ai appris de longues années durant à vivre avec vous tous, à m'intégrer à votre peuple, à devenir l'un des vôtres. Depuis quelque temps déjà, je me suis mis en quête de mes origines véritables. J'ai beaucoup appris à leurs sujet mais à présent, j'aimerais pouvoir rendre tout ce qui m'a été offert par votre... notre grande nation depuis que j'ai été accueillit en votre sein et la servir autant qu'elle m'a servit à me reconstruire. C'est là le pourquoi de la dette dont je veux m'acquitter envers la grande nation Nomade. »

    Il n'était pas donné à tout le monde d'entendre un tel discours aussi construit de la part du Nomade des Vents. Sans doute un héritage ancien de famille, Deicidastäl ayant apprit à être un grand orateur de part son statuts et son ordre. Cirdan resta incliné devant Volo, ne se relevant pas tant que ce dernier n'aurait pas fait un signe ou n'aurait pas donné suite à la demande de l'amnésique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haute Autorité
~ Personnage Spécial ~
~ Personnage Spécial ~
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 05/10/2011

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Mar 27 Mar - 15:40

On ne pouvait pas dire que Cirdan ne faisait pas preuve de respect dans sa façon d'être. Et Volo le reconnut, lui faisant finalement face. Il laissa son regard critique détailler cette recrue si particulière, faisant volontairement abstraction de la petite chose ailée perchée sur son épaule et dont l'intérêt était moindre. Son appartenance à un clan de nomade n'était plus vraiment à prouver mais certains avaient toujours un peu de mal avec ses origines mêlées et, surtout, chargées de mystères et de non-dit. Avec son visage impénétrable, il était difficile de savoir si le demi-elfe avait correctement, ou pas, répondu à sa question. Au moins y avait-il mis les formes adéquates.

"Redressez-vous."

Une requête formulée en suggestion. Le tout teinté d'ordre… Autan dire que même si la façon était polie, il valait mieux ne pas défier cet homme… Un silence un peu pesant s'installa dans la pièce alors qu'il continuait à l'observer avec l'œil perçant du rapace. Si on ne pouvait pas connaître le contenu de ses pensées, il était évident qu'il était en train de juger le nomade en face de lui. Pour prendre une décision importante… Cirdan était, sans le savoir, à la croisée des chemins. Rembourser sa dette au peuple nomade pouvait être aussi l'annonce d'un prochain départ. Entrer en possession de son héritage pouvait fort bien précipiter ce phénomène… Si le sens de l'honneur de Volo était particulièrement développé, il avait aussi la charge des siens, de son peuple. Si le sang mêlé se pensait inconnu dans la masse, ce n'était finalement pas exactement le cas. Il commençait à faire parler de lui et à développer une puissance qui ne pouvait pas être ignorer. Pas par un stratège… Honneur ou responsabilités? Le choix était difficile mais il finit par le prendre…

"Votre démarche est tout à votre honneur Cirdan Odarum. Mais est-elle réfléchit? Pourquoi voulez-vous le faire aujourd'hui? Comment comptez-vous rembourser cette dette?"

Gardant sa posture rigide près de la fenêtre, il fit un simple signe de tête vers une personne derrière Cirdan. Une femme courbée par les âges s'approcha du nomade. Elle était vêtue d'une tenue colorée agrémentée de pièces de métal qui s'entrechoquaient à chacun de ses mouvements. Elle était tellement courbée qu'il était presque impossible de voir son visage sous sa capuche mais de longues mèches grises décorées de perles et de la fumée s'en échappaient. Elle devait fumer une pipe emplit d'un tabac particulièrement lourd. Au parfum entêtant… Semblant acquiescer sans cesse en ricanant tout bas, elle prit le bras de Cirdan pour le mener jusqu'à un siège. Une fois installé, elle garda sa main dans la sienne, paume vers le haut…

"Vous comprendrez que votre démarche m'intrigue. Et que j'agisse en conséquences."

Hormis le fait qu'elle soit un peu inquiétante avec son aspect de vieille folle, il n'émanait aucune menace de la part de l'ancêtre. Juste une sorte de douceur enveloppante qui mettait en confiance et poussait à la confidence. Elle devait parvenir à lire les pensées et démêler le vrai du faux. Un détecteur de mensonges. Probablement… La fumée de sa pipe s'enroulait autour de Cirdan, son parfum envoûtant lui faisant presque tourner la tête…

[Du moment que tu "respires" la fumée, tu (et ta fée, et ton serpent, à chaque fois) te sens en confiance et détendu. Soit vers le début du post (en gros).
Tu commences à te sentir somnolant et absent à partir du milieu de post. Mais ce sera déjà trop tard pour t'arracher à l'emprise de la fumée (dont tu auras vaguement conscience mais de grosse difficultés de concentration t'empêchent de faire mieux que "sentir")…
Tu tomberas inconscient à la fin de ton post. Ta petite fée ronflera sur ton épaule bien avant mais on va lui éviter un trauma crânien. Ne tombe pas de ta chaise, la vieille peut pas te ratrapper
Pense à bien développer ce qui te "vient à l'esprit"…]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cirdan Dödsfall
Bras droit, niv 4
Bras droit, niv 4
avatar

Messages : 8225
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 28
Localisation : Nomade je suis, errer c'est ma vie.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Dissimulation ♦ Souffle Ardent ♦ Contrôle de l'Air ♦ Dunamys : Bouclier de Protection ♦ Tatouage de l'Héritier ♦ Aguenzia : Traverser la matière ♦
Armes: Déicilda, un katana et un luth? Dunamys, une fée.
Relations:

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Jeu 29 Mar - 22:59

    Il avait attendu jusqu'à l'ordre de se relever. Dans son attitude se sentait la volonté de ne faire aucun faux pas ou du moins de limiter les dégâts le plus possible face à sa maladresse légendaire. Pour l'instant, il semblait bien s'être débrouillé même si en relevant le visage pour quérir celui de son interlocuteur, il ne pu déceler une once d'indice concernant ce qu'il pensait réellement de lui. Volo avait un parfait self-control qui poussait à l'admiration bon nombres de Nomade dont Cirdan lui même. Il rêvait peut-être d'un jour arriver à la même stature que le célèbre chef de la Confédération. Mais cela restait encore un projet lointain et vague, incertain et flou... Il aurait déjà à faire le ménage dans sa vie avant de se consacrer totalement à la cause mais son dénouement était bien plus proche qu'il ne le pensait... Et alors qu'il allait pour répondre aux allégations de Volo, il fut stoppé par une autre personne dans son élan...

    Enfin premièrement, il se demanda ce que Melarguess pouvait bien regarder et à qui il pouvait bien faire signe, c'était donc subrepticement que le Nomade avait tourné le regard légèrement pour voir arriver cette vieille femme. Elle ne payait pas de mine mais si elle était la seule à être dans les appartements de Volo en même temps que lui même, ce devait bien être une personne de confiance et importante à ses yeux. Ce fut aussi pourquoi Cirdan se laissa faire quand elle prit sa main et que l'épaisse et à première vue oppressante fumée s'enroula autour de son être comme serpent resserrant son emprise mais pas seulement, aussi de Dunamys et fatalement de son compagnon de route de toujours dans la fournée. Et bientôt, au fur et à mesure qu'il avançait vers un siège semblant être avancé pour lui, le parfum entêtant de la fumée semblait avoir des effets indésirables mais qu'il ne pouvait contrôler... Voir même... Il finit par ne plus s'y opposer. Sentant ce moment de plénitude le mettre plus en confiance encore et moins enfermé dans les protocoles, il pu parler librement... N'était-ce pas ce que voulais le Chef de leur peuplade à son égard après tout ?

    Étrangement cet état semblait le transcender, un peu comme si cette sorte de drogue somnifère libérait un peu plus son esprit de d'ordinaire. Une impression étrange semblait s'emparer de son corps quand il voulu répondre aux questionnements de Volo pourtant si simple. Il allait exprimer ce qu'il ne pouvait ressentir dans son état normale, quelque chose de subconscient et oublié, quelque chose de lointain et originel... Le regard déjà dans le vague, il avait l'air en état de transe alors que d'une voix qui divaguait autant que son esprit alors que Dunamys et Daigho fermaient déjà les yeux, il reprit :


    « Je pensais venir pour me mettre au service de ma nouvelle nation, pouvoir défendre ses intérêts, devenir un de ses représentants les plus fervent en échange de tout ce qu'elle avait fait pour moi... Ayant retrouvé une bonne partie de ce que je cherchais, je me sentais prêt à faire ce nouveau pas vers vous... Mais maintenant, je me rend compte qu'il semble ne pas y avoir que ça... Comme un lointain souvenir, une lointaine envie de me rendre ici... Mon subconscient est encore si mystérieux mais... Je sens que... qu'il voulait que... je... vienne... ici... Comme... si... in...consci...emment... Il m'a...vait... gui...dé... »

    Il finit par lentement fermer ses paupières et tomber dans un profond sommeil. Sa tête basculant en arrière pour reposer contre le dossier. Sa fée, qui s'était endormie bien avant lui était couchée comme sur un lit que faisait son épaule et sa capuche abaissée sur cette dernière. Qu'allait-il arriver maintenant ? Pourquoi la mystérieuse vieille femme, Isma, les avait endormie contre leur grès ? Pourquoi Volo utilisait-il cette méthode ? A quelles fins ? C'était ce qui était vaguement passé par la tête de Cirdan avant de sombrer définitivement dans le monde onirique.

    Dans son rêve, il revoyait son père, ses traits étaient nets, il était dans le désert mais rien d'autre ne put filtrer de sa mémoire effacée. Était-ce un rêve ou la réalité oubliée ? Le demi-elfe, coincé dans son songe étrange se posait la question sans pouvoir y répondre... Le monde des rêves était un monde si étrange et distordu qu'il était difficile de différencier ce qui avait été, ce qui était et ce qui n'était pas... Puis tout se figea et ce fut le noir absolu, plus un rêve, juste lui seul dans un noir complet, représentait-il sa mémoire vide ainsi ? Était-ce une matérialisation subconsciente de cette dernière ? La vieille femme qui lisait dans les pensées, si c'était le cas, devait assister à tout cela aussi... Peut-être cela apporterait-il des éléments nouveaux que Melarguess attendait ? Qui savait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haute Autorité
~ Personnage Spécial ~
~ Personnage Spécial ~
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 05/10/2011

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Ven 30 Mar - 12:29

Restant toujours proche de la fenêtre, Volo écoutait ce que disait le nomade. Il savait ce que provoquait le tabac si particulier d'Isma, d'où sa position stratégique proche d'une source d'oxygène non saturée de psychotropes, mais cela n'enlevait pas pour autant la valeur de ses propos. Plongé dans un état second, il lui serait d'autant plus difficile de mentir à ce sujet… Une fois que le demi-elfe fut profondément endormi, Isma sortit une boule de verre qu'elle posa sur le bureau. Elle souffla longuement sa fumée dessus, cette dernière étant absorbée par le globe qui devint d'un noir d'encre. Puis elle sortit en lui adressant un signe de tête respectueux, sa tâche accomplie. En quelques instants les dernières volutes de fumées se dispersèrent, lui donnant l'occasion de se rapprocher. Il délesta le nomade de ses affaires. Le sac fut posé au sol, à ses cotés, et Dunamys délicatement allongée sur son bureau. Au cas où…

Une fois cela fait, il sortit la petite boite qui l'avait tant tourmentée, l'ouvrant avec délicatesse. Un rouleau de parchemin, abîmé par le temps, s'y trouvait. Il le déroula et entreprit de commencer à le lire à voix haute. Cela ressemblait à une sorte de poème étrange et alambiqué mais il ne chercha pas à faire comme un artiste en donnant les intonations. Il n'était pas là pour ça… Cela donna un effet étrange, comme si quelqu'un psalmodiait de façon régulière d'une voix grave, accentuant encore le sommeil de Cirdan. Au bout de quelques instants la boule de verre se mit à luire, une image d'une netteté incroyable y prenant forme…


~~ *.*.*.* ~~

"Cirdan! Réveille toi! On ne peut pas rester ici plus longtemps !!"

Le demi-elfe fut tiré du sommeil avec brutalité par une main lui secouant l'épaule et un relent d'alcool qui devait provenir de l'haleine chargée du propriétaire de la voix. Difficile de savoir où il était… Rien ne lui revenait vraiment en mémoire, juste qu'il devait aller voir le dirigeant de la confédération… Ils étaient dans le désert… Mais ce qu'il s'était passé avant était-il un rêve? Dans l'esprit embrumé du nomade cela lui semblait être le cas, un étrange fantasme à des années lumières de sa réalité. Il était dans le désert. Il était pourchassé. Il  devait aller voir quelqu'un. Il était guidé par une personne en qui il avait toute confiance. Sur le coup, il ne parvenait pas à se souvenir de qui il s'agissait. Ni de son nom… Mais il avait confiance en lui. C'était son instinct qui le lui soufflait. Il devait le suivre. Car c'est ce qu'il faisait depuis longtemps déjà, la force de l'habitude…

Alors qu'il scrutait l'extérieur au travers de l'ouverture de la tente, Cirdan put remarquer un symbole étrange tatou sur sa nuque, un symbole qui lui disait quelque chose, qui lui parlait et faisait échos à un sentiment d'appartenance qu'il ne parvenait pas vraiment à identifier… Tout comme la lyre accrochée dans son dos et prenant toute la place sur le haut de son kimono. L'homme se tourna enfin vers Cirdan, lui exposant ainsi son visage. Il avait l'air jeune mais ses yeux noirs effilés brillaient d'une expérience que le jeune sang mêlé ne possédait pas encore. Malgré son aspect soigné, notamment ses cheveux noirs et son bouc noirs impeccables, on pouvait le sentir particulièrement anxieux…


"On doit bouger! Vite !!!"

Au loin une tempête arrivait. Du moins c'est ce que cela semblait être vue de loin… Mais le bâtard avait de bons yeux grâce à sa part de sang maternel. La tornade de sable était étrange, trop sombre, pas assez "ajourée". C'était quelque chose d'autre qui se précipitait vers eux. Imposante, pour ne pas dire immense, tentaculaire, noire, inquiétante. Et douloureuse… Difficile de dire comment il le savait mais le nomade pouvait affirmer avec certitude que s'il se faisait prendre, il aurait mal… Et cette tornade noire faisait naître chez lui un étrange mélange d'appréhension et d'excitation… Mais ils étaient tous les deux seuls au milieu du désert, la chose serait sur eux dans peu de temps… L'homme le poussa de l'avant pour fuir…



[Petit passage via MP jusqu'à autorisation de post

A toi de me dire ce que tu comptes faire et me poser des questions, je te donnerai les éléments par MP afin de te permettre de poster quelque chose de plus fluide et fourni… ]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cirdan Dödsfall
Bras droit, niv 4
Bras droit, niv 4
avatar

Messages : 8225
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 28
Localisation : Nomade je suis, errer c'est ma vie.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Dissimulation ♦ Souffle Ardent ♦ Contrôle de l'Air ♦ Dunamys : Bouclier de Protection ♦ Tatouage de l'Héritier ♦ Aguenzia : Traverser la matière ♦
Armes: Déicilda, un katana et un luth? Dunamys, une fée.
Relations:

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Lun 9 Avr - 23:18

    La nuit noire, c'est à cela que ressemblait l'abîmes des rêves dans lequel sombrait le Nomade. Là, il ne ressentait plus rien, ni émotions, ni même son corps. C'était comme flotter dans le néant de son subconscient, un subconscient à la fois si rempli de souvenirs récents de la dernière centaine d'année passée sur Nel Beraid mais aussi tellement vide d'être basé sur le vide de sa mémoire perdue... Il avait dut apprendre à vivre avec ce vide mais se retrouver face à lui en cet instant précis, c'était comme s'il se rendait compte que malgré ce qu'il avait apprit, en fin de compte, il n'avait retrouvé que des informations mais très peu de bribes visuelles de sa mémoire...

    Et voilà que la chaleur naquit, son corps reprit conscience de lui même ou plutôt Cirdan reprit conscience de son corps, du moins le pensait-il ? La frontière entre réalité et rêve est si mince qu'il est parfois difficile de faire la différence entre ce qui est et ce qui n'est pas réel... Et si le rêve ressemble à s'y méprendre à la réalité, qui peut dire du rêve ou de la réalité quelle est la vérité ? Cette chaleur, omniprésente maintenant, paraissait familière à notre héro. Il l'aurait reconnue entre milles : étouffante mais à la fois vivifiante, accueillante pour lui mais si cruel pour ceux qui ne l'avait jamais côtoyée... C'était... Le désert.

    Une voix parvint à ses tympans alors qu'il était encore à demi plongé dans ses songes d'une nuit d'été... Elle lui intimait de se réveiller et déjà, le timbre des paroles de l'opportun résonnait dans son esprit en écho d'un souvenir lointain mais inaccessible. Qui était-ce ? Que faisait-il à vouloir le réveiller de ce rêve cauchemardesque ? Et surtout... Quelle était cette forte odeur d'alcool !? Le demi-elfe ouvrit soudainement les yeux comme lorsque que l'on ressort d'un mauvais rêve en sursaut. Il avait une impression étrange mais ne savait pas quoi encore, juste le moment où vous vous dites que quelque chose ne tourne pas rond mais que tout vous paraît normal... Quel paradoxe. Encore engourdit de son sommeil profond, il dévisagea presque l'inconnu qui pourtant à son esprit apparaissait comme une connaissance intime...


    *Quelle étrange situation... Que m'arrive-t-il bon sang...*


    Tentant de se relever, il fut prit de vertiges et décida de rester encore un peu assis. Regardant, détaillant l'homme qui se trouvait avec lui dans sa tente. Lorsque son regard croisa le tatouage dans la nuque de ce dernier alors qu'il scrutait au dehors, le Nomade ouvrit de grands yeux ronds. Ce signe, il le connaissait mais sa tête était tant embrumé qu'il ne pouvait mettre la main dessus. Vraiment, tout était d'une étrangeté peu rassurante et pourtant, paradoxalement, Cirdan se sentait au fond de lui en confiance avec l'individu... Quel était son nom ? Il aurait tant voulu le savoir mais rien ne venait... Calamité ou bien fait exprès ? Pas le temps de tergiverser... Le musicien, en témoignait sa lyre dans son dos, le pressait davantage... Il avait horreur de ça, surtout au réveil mais bon... Il le suivit au dehors.

    « Ouais ouais j'arrive. »

    Le soleil était de plomb, Cirdan s'attendait à se retrouver quelque part non loin de l'Origine mais ce n'était pas le cas, il était dans un coin du désert inconnu de lui même... Sa visite chez Volo n'avait-elle été qu'un simple rêve et rien de plus ? Cela avait eut l'air si réel... Ou peut-être était-ce il y a longtemps ? Ou n'était-ce pas encore arrivé ? Cet instant paraissait pour notre Nomade des Vents : hors du temps et de l'espace. Et pourtant, il avait cette impression d'être dans le monde réel... Cette frontière tacite entre le rêve et la réalité... Quelle plaie ! Se disait-il.

    « Qu'est-ce que... »

    Un vrombissement sourd faisait un boucan de tout les saints dans son dos, jusqu'au point qu'il se retourna pour voir de quoi il en retournait... De toute manière, c'était là aussi que l'inquiétude de l'inconnu au lyre résidait. Ce dernier semblait vouloir encore plus presser le pas, il en arrivait même à pousser Cirdan en avant pour l'inciter à s'emparer de leur monture et de fuir. Ce qui se trouvait devant ses yeux l'emplie à la fois d'effroi et d'excitation... Pourquoi de l'excitation alors qu'une tempête noire qui ressemblait à s'y méprendre à une véritable pieuvre d'encre noir tournoyante à ce point menaçante approchait ? Aucune idée... Il ne fallait surement pas chercher la logique tout cela... C'est alors que bloquant le mouvement, il planta ses pieds dans le sable pour ne pas bouger, envoyant à son compagnon de route d'un ton stricte :

    « Nous ne savons même pas si nous aurons assez de vitesse pour fuir ! Du calme mon ami, il vaut mieux voir ce qu'on peut y faire pour y survivre ! »

    Il essayait de calmer son compagnon mais rien n'y faisait, l'homme gesticulait et semblait de plus en plus nerveux alors que la tempête approchait en grandes pompes. Mais d'où connaissait-il se type ? Au fond de lui, il ressentait de la sympathie, comme s'il était un membre de sa famille mais en même temps, un vague impression étrange embaumait cette relation, quelque chose d'enfouie et de masqué... Mais quoi ? C'était tout à fait singulier et Cirdan n'avait jamais encore ressentit cela auparavant... Et Dunamys et Daigho ? Où étaient-il, il sentait qu'ils n'étaient pas avec lui mais ne pouvait dire pourquoi, il le savait c'est tout... Dieu ce qu'un rêve peut être étrange...

    « Ce n'est pas naturel ! Quelque chose cloche ! »
    « Cirdan, ce n'est pas le moment de jouer les aventuriers ! Prenons nos monture et allons nous en avant qu'il ne soit trop tard aller ! »
    « Pas question ! Comme je te l'ai dit, on n'est pas même sure de pouvoir y échapper ! »

    Les deux se beuglaient l'un sur l'autre alors que le phénomène surnaturel, nous pouvons le dire maintenant, se rapprochait inexorablement. Coupant court aux échanges devenus presque joutes vocales, le Nomade se concentra sur la tornade qui était toute proche maintenant, enfin à une distance respectable mais assez proche pour devenir réellement une menace et ce, même s'ils fuyaient maintenant. Le demi-elfe étant un manipulateur de magie, il voulu tenter d'en savoir plus, essayant de ressentir une quelconque source de magie à l'intérieur du tourbillon infernal mais rien n'y fit... Il n'y ressentait rien de particulier. En revanche, il pu remarquer grâce à ce regard plus perçant et précis que la trajectoire était tout à fait remarquable. Elle semblait, enfin cette chose semblait suivre une route bien définit, rien à voir avec un phénomène météorologique du désert courant. Et surtout, aucune particule de sable n'était soulevée, et ça, ça c'était vraiment bizarre et à la fois terrifiant pour un Nomade qui connaissait les tempêtes classiques du désert... Maintenant, c'était une certitude, cette chose était tout sauf naturelle. L'homme à la lyre saisit Cirdan par la manche fortement et le tira à lui :

    « Cirdan, écoute moi ! Fuyons ! Tu crois que mourir ici aussi stupidement ferait plaisir à Deici, ton père ? Tu es sous ma responsabilité, partons immédiatement ! »

    « Mais je !... »

    Cirdan fut alors stoppé par une sensation étrange. Un goût amer qu'il n'aurait su expliquer... Rien n'était explicable dans ce qu'il était en train de vivre à vrai dire... Et tout cela commençait à lui faire se poser de sérieuses questions. A quoi rimait tout cela, pourtant, comme dans un rêve, il n'était pas tout à fait maitre de sa pensée et il était cantonné à ce que la suite des évènements voulait. Il lui restait ces sensations étranges de déjà vu, de l'inconnu connu, de la tristesse, de la rage, de l'anxiété, de la peur... C'était hélas trop à la fois mais il ne devait pas se poser à réfléchir davantage alors que quelque chose fonçait vers eux sans sembler faiblir ni même ralentir. Tout de même, cette mention de son père par l’intermédiaire du Disciple lui causait une peine indescriptible, comme un manque et une tristesse immense de ne pas l'avoir à ses cotés et à la fois un ressentiment inconnu à l'égard de son « ami » même s'il sentait celui-ci comme extrêmement proche de son paternel. Mais malgré tout cela, il devait se re-concentrer sur ce qui arrivait.

    « Je ! Je suis sur que mon père m'aurait fait entièrement confiance en ce qui concerne le désert ! J'ai été élevé chez les Nomades depuis... »

    Un autre trou lui vint mais il n'eut guère le temps d'y penser davantage alors que le bruit entêtant de la tornade se faisait plus fort encore. L'amnésique, regardant encore plus attentivement la chose, il remarquait maintenant qu'elle semblait irrégulière même dans la vitesse de ses déplacements. La variation entre ses pointes et ses baisses était tellement flagrante que cela enfonçait encore plus le clou d'un phénomène entièrement provoqué mais par quoi ? Pourrait-on la contourner par hasard ? Ou bien y faire face sans risquer sa vie ? Cirdan n'était sur de rien et pour une Nomade habitué au désert, comprenez que se sentir impuissance face à un tel phénomène avait de quoi blesser votre fierté... Et pourtant, fierté ou pas, il faudrait la laisser de coté cette fois-ci aussi. Fuir ou rester et se « battre », tel était le dilemme auquel le demi-elfe était assujetti à présent...

    « Je te dis moi, qu'il nous faut fuir ! Cirdan, ne fait pas l'idiot, ton père » Cirdan grinça encore des dents inexplicablement « n'aurait pas cautionné un tel comportement suicidaire ! Même moi qui suis sans cesse influencé par mes sentiments je ne me risquerais pas à faire une telle chose inconsidérée ! »

    Ce mot "sentiment" prononcé par cet individu également fit ressortir une curieuse appréhension et pourtant rien d'identifiable, Cirdan dut laisser également ce sentiment de coté. Il était temps d'agir avant d'en venir aux mains involontairement avec l'ami de son père, chose qui serait alors peu constructive mais également encore plus suicidaire du moins si l'on pensait que la tornade ici présente était aussi maléfique que son aspect le laissait à croire... Avant de prendre une décision finale et suivre son coéquipier, le Nomade des Vents allait encore une fois devoir confirmer son titre ou bien l'infirmer d'ailleurs.

    « Je tente une dernière chose, laisse moi faire et si cela échoue, nous partirons ! »
    *Mais avant, j'insisterais lourdement pour te poser certaines questions qui me brûlent les lèvres je pense... *


    Bien que réticent, le Disciple d'Hélios consentit à le laisser faire, il considérait la parole de Cirdan comme sûre et donc s'il avait dit qu'il fuirait après cela, il le croyait. Il ne restait plus qu'au Nomade d'essayer de faire joujou avec les vents de la tornade même si, vu qu'elle n'était pas naturelle, il doutait de se heurter à un contrôle plus puissant que le sien ou encore pire, à un vent incontrôlable d'aucune manière que ce soit... Et encore, pourvu que ce fusse un vent et rien d'autre de plus farfelu... Sait-on jamais ce que les rêves nous réserve... Mais cela, Cirdan ne le savait pas, il ne savait même pas s'il rêvait ou s'il était dans la réalité vraie... Il ouvrit alors les bras en arc de cercle comme s'il appelait la tornade à venir lui faire une accolade amicale. Afin d'éviter d'entrer directement en conflit avec un éventuel autre manipulateur du vent, il opta pour une tactique alambiqué...

    En effet il se concentra non pas sur le tourbillon en lui même mais sur l'air qui l'entourait. Il commença à exercer son contrôle sur cette masse d'air qui petit à petit se mit à se mouvoir. Le vent qu'il venait de créer était un vent puissant, fort de sa maitrise qu'il n'avait eut de cesse de perfectionner depuis qu'il avait quitté le désert et chez lui. Ce vent paraissait tourbillonner autour de la tornade noire mais dans le sens contraire. Petit à petit, il resserrait son propre étau venteux contre le phénomène, les vents contraires s'affronteraient, qui serait le vainqueur et qui serait le vaincu ? Cela ferait-il apparaître ce qu'il y avait au milieu de tous ces tentacules étranges de vent ou d'on ne sait quoi d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haute Autorité
~ Personnage Spécial ~
~ Personnage Spécial ~
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 05/10/2011

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Mar 10 Avr - 4:58

L'homme ressemblait un peu à un lion en cage. Il tournait, virait, inquiet en jetant de petits coups d'oeil furtifs à la tornade puis à Cirdan. Il était clairement mal à l'aise de rester ici et bien qu'il ait confiance en les capacités du demi-elfe dans une certaine mesure, il semblait persuadé qu'il ne ferait jamais le poids contre la tornade. Les chevaux renâclaient aussi, comme s'ils sentaient le danger arriver sur eux. Ou l'anxiété de l'homme qui ne cessait de vérifier leur harnachement. Pourtant il ne semblait pas au sang mêlé que cet homme de confiance ait été un lâche dans ses souvenirs. Ce n'est pas l'image qu'il avait pu avoir de lui, sans savoir comment ni pourquoi, il le savait...

De son coté, le nomade avait commencé à générer un vent qui n'arrangeait rien à la situation confuse. Le sable soulevé par le vent qu'il était en train de générer troublait clairement la vision qu'il pouvait avoir du phénomène noir. Heureusement, même si la tornade arrivait assez vite sur eux, elle était encore suffisamment éloignée pour qu'ils n'aient pas à subir les effets dévastateurs d'une tempête de sable. Sa sensibilité au vent lui permit de sentir comment les courants d'air qu'il générait réagissaient au contact de la tornade... Visiblement, ils ne rencontraient aucune sorte de résistance. Tout juste une très très légère pression, comme si le phénomène se servait de l'action de Cirdan pour agir. La seule réelle pression, par rapport aux vents, était exercée dans une même direction, tout simplement parce que cela continuait à avancer.

Il n'y avait plus trace de la tornade noire, remplacée par une tornade de sable tournant en sens inverse. Mais qui continuait à avancer obstinément vers eux en exerçant une pression douce mais résolue sur l'air contrôlé par le demi-elfe. L'homme aux cotés du nomades eut un petit hoquet paniqué en voyant comment les choses avaient tournées.


"Mais tu as empiré les choses là non?"

Pendant quelques secondes il ne dit rien, regardant la tornade de sable puis, brusquement, il sembla prendre une décision. Il se tourna vers Cirdan, lui attrapa le bras et le tira violemment vers les chevaux et lui.

"Je ne te perdrai pas maintenant. Tu viens avec moi..."

[Même principe]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cirdan Dödsfall
Bras droit, niv 4
Bras droit, niv 4
avatar

Messages : 8225
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 28
Localisation : Nomade je suis, errer c'est ma vie.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Dissimulation ♦ Souffle Ardent ♦ Contrôle de l'Air ♦ Dunamys : Bouclier de Protection ♦ Tatouage de l'Héritier ♦ Aguenzia : Traverser la matière ♦
Armes: Déicilda, un katana et un luth? Dunamys, une fée.
Relations:

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Sam 14 Avr - 22:05

    Pendant que Cirdan maintenait sa magie, le disciple tournait en rond…Cela avait le don de commencer à taper sur les nerfs du Nomade mais il n’en fit rien. En lui, il se donnait comme devoir et tâche principale de comprendre ce qui arrivait sur eux pour éviter le pire. C’était primordial que d’analyser un danger pour mieux l’affronter… Cependant cette règle de base avait semblé échapper totalement à l’homme paniqué. Mais à vrai dire, il n’y avait pas que lui qui était dans cet état… Même les chevaux pressentaient quelque chose de pas bon mais alors pas bon du tout. Le demi-elfe restait tout de même de marbre, il voulait comprendre et peut-être démêler le pourquoi de cette étrange situation…

    Ce vent qu’il avait invoqué afin de sonder l’étendue du phénomène, allait-il se retourner contre lui ? Il sentait tout la pression que la « chose » exerçait sur son emprise. Il lui semblait que sa propre tornade venait de rendre le noyau à la fois plus clair mais aussi plus énigmatique. Il n’arrivait même pas à arrêter le phénomène avec la propre force de son pouvoir. Bon certes, ce dernier n’était pas des plus puissants mais tout de même, il le jugeait assez fort pour faire contrepoids ce qui ne fut pas le cas… Etait-ce l’effet d’être dans un rêve ou quelque chose qui y ressemble ? Il était vrai que dans un rêve, on ne peut jamais clairement influer sur l’issue d’une action mais pourtant, il avait eut des choix à faire… C’était vraiment incompréhensible… Sans trop se poser de question, il restait dans l’expectative de voir ce qui allait se passer… Il tenait toujours sa tornade personnelle en place sans conviction réelle.

    Les paroles du disciple n’arrangèrent pas les choses, voir même pire, c’était lui-même qui empirait les choses à tailler dans le gras de la patience du Nomade. Déjà que maintenir son contrôle sur ses vents était quelque chose d’éprouvant, si en plus il devait supporter quelqu’un qui débutait de lui taper sur les nerfs… Il n’était pas sortit de l’auberge comme l’on dit. Durant les quelques minutes de répit alors que le disciple s’était enfin tut, Cirdan put alors réduire sa tornade pour essayer de percevoir encore mieux ce qu’elle cachait en son centre mystérieux… Qu’allait-il découvrir ? Cela allait-il le surprendre ? Il devait en avoir le cœur net même si… au vu du déplacement, il avait eut déjà sa petite idée… Qui fut bien vite confirmée. C’était… Une forme anthropoïde… Ce n’était définitivement pas naturel. Ce qui n’empêchait pas l’individu dans l’aura noire d’avancer inexorablement vers eux. C’est alors que le Disciple fut prit de panique. Attrapant avec vigueur son bras à nouveau, il tenta de le faire bouger… La réaction fut alors immédiate.

    L’amnésique se dégagea vivement d’un coup de coude. Se retournant vers le disciple, ce dernier avait finit de lui faire perdre patience. Il lui dit alors d’un ton sévère où la colère se sentait jusqu’à sa respiration saccadée et ses joues rouges de rage. Bien qu’il fusse dans un rêve ou quoi que ce soit d’autre, le Nomade des Vents gardait ce caractère peu commode même s’il avait apprit jusqu’à présent à être plus nuancé depuis son départ du clan Odarum… Les sourcils froncés, quiconque serait passé par là aurait pu aisément comprendre qu’il était dans un furieux état…


    « Que t’arrive-t-il mon ami ? Je ne comprends pas ! Laisse moi donc faire ! Aussi loin que je me souvienne, tu n’es pas un couard sans courage ! Reprends toi bon sang ! C’est un humain qu’il y a là dedans, un HUMAIN ! Je veux savoir qui c’est ! »

    Dans le même temps, le fameux disciple lui envoya une gifle qui semblait venir du cœur tant elle était forte. C’est alors que le Nomade se sentit étrange comme si cet acte venait de le replonger en enfance. Il savait combien une gifle pouvait être humiliante mais de là à avoir cet effet là, c’était étrange… D’autant plus étrange que ce n’était pas seulement ses émotions mais également son apparence qui semblait changer. Il se sentait de plus en plus petit. Mais pourquoi ? Que se passait-il ? Que lui arrivait-il ? Etait-ce un sort du disciple ? Du phénomène ? Bien qu’il ne fut pas prit de panique, le Nomade se posait la question jusqu’à ce que la transformation s’arrête d’elle-même, se retrouvant alors dans sa propre peau mais à l’âge d’une cinq d’ans.

    *Mais que ?! Que m’arrive-t-il ?*

    « Tu n'as jamais su ce qui était bon pour toi. Il faut toujours que tu fasses en sorte que tout tourne mal !! »

    Inexplicablement, les sentiments de Cirdan s’étaient eux aussi métamorphosés en même temps que tout le reste. Se sentant plus faible et inférieur, l’homme qu’il avait en face de lui en devenait plus inquiétant et menaçant. Pourtant, un ressentiment profond à son égard était toujours présent, même mêlé de peur, le Nomade gardait son esprit rebelle et de révolte. Machinalement alors qu’il ressentait tout ça, il se frotta la joue rouge de la correction qu’il venait de recevoir, il avait vraiment tout d’un enfant à sa grande surprise… C’était comme si le Cirdan adulte ne pouvait qu’observer mais que dans le même temps il vivait son lui enfant. Cette impression de vivre tout en étant détaché, propre au rêve, c’était ce qu’il ressentait en ce moment même. Il baissa les yeux aussi par automatisme, son caractère d’enfant prenant le pas sur tout le reste. Honteux, il regardait le sol comme un enfant que l’on vient de gronder sévèrement…

    Et le phénomène qui n’arrêtait pas d’avancer en arrière plan. Cette situation devenait de plus en plus difficile pour Cirdan. Il était prit en tenaille entre cet homme qui était autoritaire et presque « méchant » à ses yeux, au risque de tomber dans le manichéisme le plus total. A ce moment, ce fut comme si le Nomade aurait voulu ne pas être là, ne pas exister. Il avait vraiment tout de l’enfant brimé à ce moment précis de l’espèce de songe dans lequel il était plongé depuis son « réveil » dans la tente. Et son regard, légèrement dévié, regardait la silhouette noire arriver. La tornade qu’il avait créée qu’il ne contrôlait maintenant plus avait disparue, laissant bien visible le fameux noyau… Soudain tiré de sa réflexion, il fut tiré par le bras par le disciple de la même manière que précédemment mais avec son corps d’enfant, le demi-elfe ne pouvait opposer aucune résistance, se faisant trainer jusqu’aux chevaux même en résistant…

    Cette situation semblait rappeler une autre. Ce sentiment de déjà vu qu’il avait eut auparavant reprenait possession de son esprit. Pourquoi cette situation lui semblait familière ? Avait-il déjà vécu cela dans une autre vie ou bien… Etait-ce un élément de son passé oublié ? Prit d’une soudaine panique, le sentiment de déjà vu avait prit le dessus sur tout et ce sentiment lui intimait l’idée que s’il se laissait faire, il allait au devant de ce gros ennuies, d’un grand danger qu’il ne mesurait pas alors. Il tira fortement sur son bras pour retenir le disciple dans son élan. Il était presque à lui donner des coups, ce qu’il finit par faire pour que le méchant homme lâche prise. Il donnait de furieux coups de pieds mais étant donné sa puissance de frappe, il ne lui faisait pas bien mal… La situation était-elle sans espoir ? Et le phénomène qui se rapprochait encore, enfin ne parlons plus de phénomène mais de silhouette humaine... Le Nomade était tellement désespéré qu’il se surprit à crier à tue-tête :


    « Papa ! Aide-moi ! » Tendant sa main dans le vide vers un père qui n’existait plus…

    C’est alors que soudainement, comme si la silhouette venait de réagir à son appel, cette dernière sembla presque exploser sur eux. Elle propulsa le disciple et le gamin Cirdan dans le décor. En réalité, ce n’était pas une explosion mais comme un champ de force puissant qui les avait repoussé violemment au sol. Chose amusante, la malchance du Nomade le poursuivait même jusque dans ses rêves puisqu’il se retrouva la tête plantée dans le sable tandis que l’homme lui, se retrouvait plus loin, prêt pour la configuration finale. Retirant sa tête du sable, Cirdan en recracha le surplus qui s’était introduit dans sa bouche, ce fut comme une mini fontaine de sable, détail amusant. Il était légèrement sonné, ses tympans sifflait, sa vue était trouble. Il lui faudrait quelques petites minutes pour recouvrer ses esprits… Et déjà, la silhouette prenait forme à sa vue et lui semblait bien plus familière… Quelqu’un qu’il connaissait ? Rampant au sol jusqu’à atteindre une position équidistante, involontaire cela dit, du Disciple et du « phénomène noir », il put enfin voir nettement ce qu’était devenu cette masse humain auparavant informe.

    Son regard se figea, un flot de sensations étranges afflua du fin fond de son esprit et rejaillit à sa conscience. Il se rendit alors compte qu’il n’était plus un enfant mais un adolescent, presque un jeune adulte. Il était exactement comme… Quand les Nomade Odarum l’avaient trouvé dans le désert ! Ce rêve était-il vraiment destiné à lui révéler la vérité sur ses origines ? Le pourquoi du comment il avait perdu sa mémoire ? Autant nous pourrions nous le demander mais Cirdan, enfermé dans son rêve, n’y pensa pas une seule seconde. Il jugeait juste qu’il avait de nouveau grandit mais sans avoir atteint sa taille adulte et supposée actuelle. L’étrangeté de ce rêve dépassait tout ce qu’il aurait pu imaginer. Il lui paraissait une éternité le moment où il était sortit de son sommeil après avoir, hypothétiquement pour lui, été chez Volo, le Chef de la Confédération Nomade. Il n’y pensait même plus à vrai dire tant il était absorbé par ce qu’il se passait devant ses yeux ébahit. Ce qui étonna Cirdan également, ce fut la « matière » dont été faite la silhouette, c’était comme liquide mais noir… de l’encre ? Il fit l’espace d’une seconde le rapprochement entre cette silhouette et la symbolique de la matière en laquelle elle était faite… Mais de voir la forme de son père dans cette silhouette, là était toute la stupeur du Nomade des Vents…

    Tout aussi soudainement que l’explosion d’énergie précédente, quand notre héro se retourna vers le Disciple, ce dernier avait changé de tête enfin plutôt il était toujours le même mais l’apparence avait changée. En effet, il paraissait d’autant plus sombre, rongé par le mal. Il portait des cernes sous ses yeux qui avaient perdus tout leur éclat. C’était comme si le temps était passé sur lui et l’avait vidé de tout les bons sentiments qui le constituait avant. Même ses habits étaient ternes et usés. Il était passé d’un homme soigné à une véritable loque humaine mais qui faisait peur à voir. Le genre d’individu qui, lorsqu’on en croise un dans la rue, on fait bien vite de changer de trottoir. Cette vue provoqua une réaction immédiate et irréversible chez Cirdan. En effet, il sentait un flot encore plus immense que tout ce qu’il avait connu précédemment, de sentiment le submerger…

    Une peur viscérale s’empara de lui alors. Il sentait que s’il suivait le Disciple qui semblait encore l’appeler à fuir, il allait au devant d’un très grand danger. Son impression de déjà vu, cette sensation étrange, tout le dissuadait de suivre cet individu si connu à son esprit mais inconnu à sa mémoire. Il pouvait percevoir que s’il succombait à la tentation de fuir avec lui, jamais il n’en apprendrait davantage sur son passé, il retomberait dans l’oublie. Ce n’était pas son but, pas pour cela qu’il avait quitté une nouvelle famille aimante. Non, il voulait aller de l’avant et ce fut pourquoi le choix fut vite décidé. Tournant le dos à « son passé », il tendit la main vers l’avenir. D’un pas décidé, il tournait le dos au Disciple pour se diriger vers son père. Pourtant… en regardant son père, ce n’était guère plus rassurant…

    En effet, à sa vue, il sentait une souffrance indescriptible prendre possession de sa conscience. Pas une douleur physique non, mais comme une déchirure intérieur qui s’ouvrait d’autant plus qu’il avançait vers ce simili de père aux allures si familières mais en même temps si lointain dans sa mémoire floue. C’était la première fois depuis près de 200 ans qu’il revoyait son père presque en chair et en os et qu’il avait une chance d’embrasser un élément venu du plus profond de son passé. Cette souffrance donc se mêlait donc à l’attirance de la vérité. Il savait en son fort intérieur que quoi qu’il fasse, en découvrant son passé, depuis le début, il allait devoir souffrir… Ce n’était au final que dans l’ordre des choses que de suivre cette ligne de conduite une fois de plus…

    Qui dit nouvel élément, dit revirement de situation. C’est alors que ne sentant pas venir le coup arriver, le disciple clairement devenu fou de rage, sauta littéralement sur le dos de Cirdan, le faisant tomber dans le sable. Ils roulèrent sur quelques mètres, l’éloignant à nouveau de la silhouette de son père. Se retrouvant sous le disciple, celui-ci le regardait d’un regard presque meurtrier. Il voulait le tuer après l’avoir protégé ? Quelle ironie ? Alors le Nomade sut qu’il ne s’était pas trompé en choisissant son père plutôt que de fuir lâchement. Ca, il s’en rappellerait pour longtemps encore.


    « Que fais-tu jeune idiot ! »
    « Lâche moi sale enflure ! Tu… »

    Mais il n’eut pas le temps de continuer sa phrase que déjà le disciple lui envoya un magnifique coup de poing dans le nez qui se brisa sous l’impact. Le nez en sang, Cirdan dans un cri de colère intense, renversa la situation, se retrouvant à nouveau en position dominante. Dans une rage nouvelle dont il ne mesurait pas encore l’intensité, il frappa, frappa, frappa encore le visage de l’homme qu’il avait à sa merci. Il était comme fou, comme si une vengeance venu du fond de centaines d’années refaisait surface sans qu’il ne comprenne pourquoi… Mais elle était là, dans ses poings fermement brandit contre un ancien ami. Et plus il frappait et plus le disciple avait le visage tuméfié, en sang et pourtant, il continuait à garder ce regard perçant et avide de se débarrasser de Cirdan au plus vite.

    Pourquoi cela se passait-il comme ça ? Pourquoi l’attaquer ? Pourquoi, sans cesse pourquoi… Le Nomade semblait balayer les questions à coup de poing dans la face de son adversaire. Ce dernier, ne ressemblait plus à rien tant il avait la gueule aplatie sous les coups. Ce n’est que lorsque le corps du disciple sembla alors rendre un dernier spasme qu’il finit par le lâcher pour se remettre en quête de son père artificiel. Mais une fois qu’il fut de nouveau debout, une lourde masse s’abattit sur son corps… C’était de nouveau le disciple qui venait de se relever on ne savait comment mais il était la tenace et coriace. Cirdan se secoua vivement, tentant de le déloger sans succès. Se saisissant de la main, il le fit passer par-dessus son épaule en abaissant son centre de gravité telle une prise de judo bien connu. Ce qui remit son ennemi à nouveau à terre. Cependant, vif comme l’éclair, semblant surhumain, il se dressait à nouveau entre l’amnésique et la silhouette qui ne bougeait pas d’un pouce…

    Soudain, le Nomade sentit le sable trembler sous ses pieds. Il eut juste le temps de faire un bon en arrière quand une espèce de ver des sables géant sortit de terre pour soulever le Disciple. Ce dernier fonça sur le dos de l’animal extraordinaire, en plein sur Cirdan, qui sautant comme jamais, s’aidant d’un petit coup de pouce venteux, sortit sa lame et dans l’élan, trancha franchement la tête de son opposant… Et pourtant, à peine le ver avait-il disparu que le disciple traitre avait de nouveau la tête sur les épaules et son épée courte brandit contre le demi-elfe. Ce dernier n’en croyait pas ses yeux. Comment faisait-il ? Dans un rêve tout est possible… Le fils de Deici remarqua également qu’il s’était encore rapproché de la silhouette. Il avait maintenant l’intime conviction qu’en touchant celle-ci, tout serait finit… Encore fallait-il qu’il puisse l’atteindre…

    Filant comme le vent, repoussant sans cesse les assauts du disciple. Le tranchant, le frappant violemment, le repoussant de rafales de vents, Cirdan arrivait presque à la silhouette. Tout s’accéléra et dans un dernier saut et du bout des doigts, il toucha la silhouette… Sa main passa comme dans de l’eau… Avait-il réussit ? Avait-il finit ? Qu’allait-il se passer ? Le disciple allait-il disparaître et le laisser tranquille… ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haute Autorité
~ Personnage Spécial ~
~ Personnage Spécial ~
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 05/10/2011

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Sam 14 Avr - 23:34

Le temps sembla se figer dès que Cirdan parvint à entrer en contact avec l'entité faite d'encre. Puis le monde se mit à "couler". Comme si tout ce qu'il pouvait voir était fait de sable et posé sur une plaque ronde qui rétrécissait peu à peu alors que son père et lui en était le centre. Au delà, le néant, un noir sidéral et non euclidien qui donnait le vertige à quiconque cherchant à percer son mystère. Alors que le monde se disloquer, des tentacules d'encre commencèrent à ramper sur le bras du nomade, l'enserrant pour qu'il ne puisse pas s'enfuir. L'image de on père faite d'encre était en train de l'engloutir, l'attirant en son sein comme une amibe cherchait à digérer sa proie.

L'encre était étonnement froide, glaciale, alors qu'elle brûlait chaque parcelle de peau nue de Cirdan. A bien y regarder, elle cherchait en fait à se frayer un chemin sous la peau du nomade, la raclant à la recherche de la moindre faiblesse exploitable. Il n'y avait bientôt plus forme de Deicidastal, juste une masse variable faite à base d'encre. Elle avait presque complètement englouti son fils et les tentacules se dirigeaient dangereusement vers son visage, sa gorge surtout. Elle atteint enfin sa bouche, son nez, ses yeux et ses oreilles alors que le reste de son corps semblait en fusion. Il y eut une fraction de seconde de calme et l'encre plongea dans le nomade.

La douleur explosa dans la tête du nomade, comme si l'encre venait de faire exploser son corps de l'intérieur. Couleurs, formes, odeurs, sons, trop de données venaient saturer ses sens au point que cela en devienne complètement insupportable. Des années de souvenirs et des informations plus complexes se déversaient brusquement dans son esprit alors que l'encre s'emparait littéralement de lui. Deux mains se posèrent brusquement sur ses épaules, faisant cesser toute sensation. Cirdan avait l'impression de flotter dans l'éther, enfin calme, enfin soulagé. Une elfe aux cheveux blancs se tenait d'un coté, souriante, sans qu'il puisse discerner clairement son visage. De l'autre son père. Tout aussi souriant. Tous les deux avaient posé leur main sur ses épaules avant de s'exprimer d'une seule et même voix…


"Réveille toi Fils !"

~~ *.*.*.* ~~

Le demi-elfe se réveilla brusquement, en sursaut, sur la chaise où la vieille femme l'avait initialement abandonné. Il était épuisé, en sueur, frissonnant et, surtout, sa peau le brûlait comme s'il s'était oublié en plein désert. Volo se tenait face à lui, l'air grave, un parchemin roulé entre ses mains. Les blessures qu'il avait reçu dans son songe avaient été réellement retranscrites sur son corps. Car il le savait maintenant qu'il avait retrouvé le monde réel, tout cela n'avait été qu'un rêve, un rêve édicté par une magie vieille de plusieurs décennie mais qui avait pourtant conservé toute sa puissance.

Mais certaines choses s'étaient transposées dans la réalité. Comme ses blessures. Ou comme la sensation de brûlure qui traduisait en fait l'apparition d'étranges circonvolutions noires sur sa peau… Ou comme encore ces images, ces sons, ces pensées qui émergeaient dans son esprit de façon anarchique. Toute une mémoire à réapprivoiser, tout un pan de connaissances à découvrir… L'héritage d'un père qui retrouvait enfin son possesseur.

Le dirigeant des nomades le laissa reprendre un peu de contenance en se levant et en allant s'occuper du parchemin désormais vierge. Il avait vu l'encre utilisée pour les mots qu'il avait lu ramper sous la peau du jeune homme et préférait oublier rapidement cette expérience. En quelques instants le parchemin finit en cendre, balayant les derniers restes d'une promesse faite des années auparavant.


"J'ai remplit mon devoir envers toi et les tiens. Maintenant que tu es entré en possession de ton héritage je te repose la question de façon plus explicite… Que comptes-tu faire dorénavant?"

C'était une question qui appelait une réponse franche et entière. Mais pas un dialogue. Lorsqu'il l'aurait donnée il pourrait partir. Rejoindre les siens. Quels qu'ils soient. Volo agirait en conséquences, savoir s'il trahirait certains secrets ou pas… Et il le garderait à l'œil… Son sac et Dunamys, toujours endormie, étaient toujours à coté de lui. Et il y avait des soigneurs qui attendaient qu'il sorte pour le prendre en charge...

[Ce fut très instructif. Félicitations, te voici niveau 4.
Tu peux poster ta sortie]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cirdan Dödsfall
Bras droit, niv 4
Bras droit, niv 4
avatar

Messages : 8225
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 28
Localisation : Nomade je suis, errer c'est ma vie.

Feuille de personnage
Pouvoirs: Dissimulation ♦ Souffle Ardent ♦ Contrôle de l'Air ♦ Dunamys : Bouclier de Protection ♦ Tatouage de l'Héritier ♦ Aguenzia : Traverser la matière ♦
Armes: Déicilda, un katana et un luth? Dunamys, une fée.
Relations:

MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé] Jeu 3 Mai - 14:38

    Une fois qu'il eut touché l'encre, ce fut en même temps une libération mais aussi un tout qui s'abattit sur lui. La mauvais Disciple avait disparu, le nom de ce dernier lui revint comme une évidence en mémoire ProdhotisVerräter, conseillé et ami de son père mais le reste ne lui revenait pas. Sans doute retrouverait-il plus tard qui il était réellement et ce qu'il avait fait mais pour le moment, sa mémoire était encore capricieuse. Ce qu'il ressentait toujours à son égard, c'était la méfiance, le dégout, la haine grandissante mais à présent, il n'était plus là, seule l'encre en forme de père lui faisait face, froide et sans signe de vie autre que l'animation de l'encre qui coulait, pas de chaleur humaine, rien. La certitude d'être dans un rêve ne faisait plus aucun doute pour Cirdan à présent qu'il commençait à brasser ses souvenirs. Mais il n'était pas au bout de ses peines, bien au contraire...

    Bien au contraire oui, car maintenant la douleur qu'il avait pressentit en choisissant le père plutôt que l'ex-inconnu, allait faire son œuvre. L'encre contenu dans la silhouette semblait s'animer activement et même avec virulence, la forme prenait des allures toutes autres, la silhouette humanoïde qu'elle formait s'estompait petit à petit pour laisser place à une masse informe qui semblait l'attirer en son sein. Au naturel, Cirdan aurait résisté et fait un pas de recul mais il n'en fit rien, d'un parce que la douleur était intense et presque tétanisante et de l'autre parce qu'il sentait que son destin se trouvait dans cette douleur. Cette corrélation indicible était pourtant claire dans son esprit, il devait se laisser faire au prix de souffrance. Et puis de toute manière, le Nomade savait qu'il allait souffrir un jour ou l'autre pour arriver à conclure sa destinée, ce ne serait qu'un pas de plus... Se laissant envahir, ce ne fut pas sans quelques gémissement de douleur lorsque l'encre sembla s'infiltrer sous sa peau.

    Il regarda attentivement le phénomène, c'était à la fois terrifiant et fascinant. Comment cela pouvait-il bien lui faire mal alors qu'il se pensait dans un rêve. Ceci lui fit douter encore de la vérité mais au fond, qui s'en souciait ? S'en souciait-il de savoir si tout cela était réel ? Il avait vécu des moments uniques lors de cette petite aventure, pas des plus agréables certes mais décisifs ça oui. Il avait enfin pu mettre un visage sur... L'as... L'assassin de... Son père ? Ce souvenir, cette bribe importante revenait à la mémoire du Nomade. Ce qu'il se passait était-il en train de lui rendre ses souvenirs perdus ? Il se sentait encore si vide pourtant, peut-être n'était-ce que dut au hasard tout simplement. Cependant bientôt la douleur reprit le pas sur la réflexion et la brûlure glaciale que lui infligeait cet encre intrusif lui arrachait quelques spasmes et tortillement de douleur. C'était en parallèle comme si une armée de fourmis s’introduisait en lui comme dans une fourmilière. Lorsque l'encre atteint, enfin sembla avoir atteint, sa tête, son cerveau et tout ses sens furent submergés, comme si on les saturait de tout un tas de sensations. Il cru que sa tête allait exploser tant la douleur interne était grande. Dans ses oreilles, un bourdonnement incessant comme des milliers de cris dont il ne pouvait distinguer ni la provenance ni le genre, juste un embrouillamini de sons. Ses narines sentaient le poivré, le sucré, le fruitier, le sang, la mort, tout cela en une seule attaque olfactive soudaine, de quoi vous arracher les tripes quand cela se combinait comme à l'instant, avec les mêmes sensations mais gustatives.

    Et des souvenirs, ce fut comme un défilement sans fin qui allait à une telle vitesse qu'il n'était pas sur de saisir tout ce qui se déversait en lui comme l'on écrit à une vitesse fulgurante sur un manuscrit vierge. Même s'il ne distinguait rien, il avait une intime conviction que ces souvenirs perdus étaient en train de tous lui revenir dans la face d'un seul coup, d'où la submersion de son corps et de son esprit par tout ces stimulus qui combinés donnaient une douleur insoutenable au Nomade. Il se sentait crouler sous le poids des informations de toutes sortes qui remplissaient la part qui avait été si longtemps vide de son esprit. C'était comparable à une renaissance mais en bien plus douloureux. Mais alors qu'il lui semblait que son crâne allait imploser, une sensation vint taire toutes les autres. Sur ces épaules et à ses cotés, deux présences distinctes....

    Dans un premier temps cependant, il se sentit comme transporté, il flottait comme dans le néant. Il ne paraissait même plus ressentir son propre corps tant celui-ci avait été meurtrit de douleur et le contraste à présent était fulgurant. Néanmoins, quelque chose le retenait de partir flotter vers l'infini espace, les deux mains, les deux présences à ses cotés. Cirdan, qui avait fermé les yeux de douleur les rouvrit et pu enfin voir : Un personne aux cheveux blancs et aux oreilles pointues, une femme fine et gracile se tenait à sa droite, il ne pouvait distinguer son visage clairement mais sa mémoire lui dictait que c'était une représentation de sa mère qu'il n'avait en réalité jamais vue. A sa gauche, se tenait son père, souriant, il l'aurait reconnu entre milles, celui qui s'était occupé de lui au péril de sa vie, qui avait fait tant de sacrifices que maintenant le demi-elfe se rappelait clairement. Une fine larme s'invita sur la joue de Cirdan alors qu'elle n'était pas conviée à la fête, reniflant, un autre joignit la première sur l'autre joue. Inexplicablement et alors que le Nomade sentait une sorte de joie intense le submerger, il versait deux larmes, les seules qui eurent le courage pointer le bout de leur nez dans ce moment solennelle. Puis un silence se fit et d'une commune voix, il entendit des paroles qui résonnèrent dans sa tête comme milles échos.


    « Réveille toi Fils ! »

    Et alors qu'il avait déjà les yeux ouvert, il rouvrit les yeux une nouvelle fois. Que ? Pourquoi rouvrait-il encore les yeux alors qu'ils étaient ouvert une seconde auparavant ? Tout simplement car il venait de reprendre connaissance. Surpris, il ne ressentit pas immédiatement la douleur des blessures qui, elles, avaient été réelles. Il se contentait de poser un regard étrange tant l'expression était difficilement descriptible à l'encontre de Volo. Maintenant, le Nomade savait tout mais... Bien qu'en sachant tout, il ne se rappelait pas de tout. Comment expliquer cette chose paradoxale ? Simplement que tout mortel ne peut jamais avoir accès à toute sa mémoire d'un seul tenant. Des éléments extérieurs lui rappellent des souvenirs, c'est tout ce que l'esprit humain commun peut faire avec sa propre mémoire et c'était le cas de notre héro. Ainsi, à lui se rappelèrent les dires de son père, que s'il voulait la vérité sur la guerre et tout ce qui s'était passé contre lui et les siens, il devait venir récupérer les écrits qu'il avait laissé à cet effet pour son fils auprès de la Confédération Nomade. A présent, tout était clair, plus qu'un devoir ressenti envers sa patrie d'adoption, le demi-elfe avait pressentit qu'il y avait autre chose à récupérer en ces lieux et son esprit, bien que partiellement effacé, ne s'était pas trompé...

    Puis après la surprise, la douleur revint à la charge. Toute cette bataille contre le responsable de sa perte de mémoire, maintenant il s'en rappelait parfaitement car ce souvenir lui était venu naturellement en premier, lui avait causé pas mal de blessure plus ou moins grave. Rien qui aurait pu le mettre KO mais qui allait au moins lui tenir quelques jours précieux de repos bien mérité. Son crâne le faisait atrocement souffrir également, car ce qui avait commencé dans le rêve, se finissait dans le monde réel. Ce flot inextinguible et semblant infini de souvenir, de sensations multiples et variées, de pensées aussi biscornues qu'anarchiquement organisées se déversaient toujours en lui. Il allait vraiment devoir y avoir un travail colossale et de longue haleine pour remettre de l'ordre dans ces dossiers désordonnés de sa mémoire recouvrée. Puis son attention se porta sur ce qui faisait en réalité, le plus mal, ces marques brûlantes sur son corps. Rien à voir avec les cicatrices qu'il avait déjà, un étrange tatouage semblait se mouvoir et onduler sur tout son corps.


    *Mais qu'est-ce que c'est que ! *

    De sa torpeur douloureuse alors le Nomade fut à nouveau tiré par la voix strict de Volo. L'héritier Dödsfall avait pu entrevoir l'espace d'un instant le parchemin se désagréger dans les flammes et il comprit d'où venait ce tatouage. C'était l'héritage de son père, les fameux écrit qui étaient maintenant gravés sur son corps en lettre d'encre aux vertus particulières. Le Nomade des Vents écoutait attentivement les paroles du « doyen » de la Confédération. C'était maintenant qu'il devait décider de sa prochaine route, pas après. Dans un premier temps de réflexion, Cirdan semblait plus poussé par la vengeance des siens que par autre chose, il voulait savoir si le traitre était toujours vivant, si par un quelconque moyen il avait pu survivre près de 200 ans, pour lui faire la peau. Mais réfléchissant davantage, la manière dont il avait été élevé après son entrée chez les Nomades, sa dette était loin d'être payée, il lui faudrait 170 ans de loyaux services à la cause de la Confédération au moins pour s’acquitter de sa reconnaissance. Et puis, ils étaient sa nouvelle famille ! La réponse se fit sentir d'elle même. Regardant droit dans les yeux le Chef de la Confédération, se levant difficilement mais tenant sur ses deux jambes droits, il lança :

    « Mon Héritage me dicte une chose, ma raison m'en dicte une autre. Maintes délibérations ont dut être faites dans ce petit temps de réflexion mais j'ai prit ma décisions. Bien que découvrir la sombre vérité ai attisé mon désir de vengeance, je pense qu'il est de mon devoir d'écrire ma propre histoire au sein de notre Confédération, je pense que plus qu'une dette, je me dois de servir ma nouvelle famille même si venger ma véritable me démange. Pouvoir allier les deux serait un terrain d'entente rêvé à mes deux objectifs. Qui sait ce que l'avenir réservera. En tout cas, je peux vous jurer que je défendrais la cause des Nomades quelque soit le terrain sur lequel elle doit être défendue. Et ce ne sont pas des paroles en l'air, tel la promesse que vous venez de tenir malgré tant d'années, je tiendrais la mienne de porter haut et fier la bannière de la Confédération Nomade si le besoin s'en fait sentir.

    Merci de la part de mon père d'avoir tenu vos engagement. A présent, je vais repartir, essayer de faire la part des choses. J'ai bien trop de souvenir à apprivoiser maintenant que ceux ci me sont revenu, si douloureux soient-il. Gloire à la Confédération ! »


    Titubant, il avait l'air dans un piteux état mais son esprit avait atteint un degré supérieur de force, la force d'être de nouveau entier et lui même. Il prit Dunamys par le bras qui le faisait le moins souffrir et la déposa dans son sac délicatement, puis passant ce dernier par dessus son épaule, il prit le chemin de la sortie. Il passa à coté de la vieille femme qu'il remercia d'un faible hochement de tête pour tout ce qu'elle avait fait. Lorsqu'il eut passé les portes du bureau de Volo, celles-ci se refermèrent lourdement derrière lui et le Nomade s’effondra au sol d'épuisement. Les soigneurs le prirent bien vite en charge et le menèrent à l'infirmerie. Là, il passerait plusieurs jours avant de pouvoir reprendre la route en pleine forme...

    Qu'attendait maintenant le Nomade redevenu lui même ? Allait-il pouvoir faire face à toute la tragique vérité sans sombrer dans la démence. On ne pouvait savoir ce que tant d'années subitement retrouvées et avec des souvenirs aussi douloureux, pouvait provoquer sur l'esprit humain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Qui suis-je et où vais-je? [Test niveau 4][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nelberaid ::  :: Le Désert :: L'Origine-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit